Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPissed Jeans › Hope For Men

Pissed Jeans › Hope For Men

  • 2007 • Sub Pop SPCD 730 • 1 CD

cd • 10 titres • 41:29 min

  • 1People Person
  • 2Secret Admirer
  • 3A Bad Wind
  • 4Scrapbooking
  • 5I've Still Got You (Ice Cream)
  • 6Fantasy World
  • 7I'm Turning Now
  • 8Caught Licking Leather
  • 9The Jogger
  • 10My Bad

enregistrement

Enregistrement : Dan McKinney

line up

Matt Korvette (chant), Bradley Fry (guitare), Dave Rosenstraus (basse), Sean McGuiness (batterie)

remarques

chronique

En effet, cette pochette devrait parler à plusieurs de nos membres, et à quelques-uns dans notre équipe ; si pas déjà, depuis le temps que Pissed Jeans ont eu leur petit succès incontestable dans la scène noise rock. Espérons. Et puis abandonnons-nous dans les sauces corporelles du présent, sans se soucier de ce lendemain qui sent la javel, oui, vivons entre copains sans ses méchantes femmes capables de nous discipliner et même de nous persuader que faire pipi dans le lavabo est un temps révolu (alors qu'il est pile à hauteur et que ça éclabousse moins, pure logique sanitaire !) et écoutons Pissed Jeans, groupe qui parle avant tout aux hommes solitaires, aux adolescents éternels. Un truc de vieux garçons en mal d'amour pour qui la vie est un long fleuve tranquille de pisse coulant dans une ruelle à la fermeture des bars. Pathétique, banal, ou logique, à trente piges la moitié des mecs ont désormais ce statut. Qu'il est triste, d'être un lego mâle sans son lego femelle. Mais qu'il est si délicieusement facile, de se complaire dans cette procrastination sentimentale biéreuse, comme il l'est de laisser sa chambre en boxon (rébellion contre maman) et d'écouter du noise rock (rébellion contre papa). Il restera toujours de l'espoir, pas vrai ? Tu peux toujours y croire tant que tes doigts seront vissés dans ton cul. Alors bois. Abandonne-toi au karaoké du samedi soir, mets-toi la honte, essaie de faire flipper les couples tranquilles, frappe les murs comme le raging bull. S'abandonner, c'est très noise rock, comme sensation, même si pas toujours mémorable. Cela dépend de ce qu'on a ingurgité avant. Et comment on gueule après les voisins. Banalement ça peut être juste comme ne pas dormir ni manger pendant deux jours, et vomir dans un saladier après avoir aspiré une flasque. Pissed Jeans c'est ça, toutes ces images vues et revues. Noise rock éthylique (pléonasme ? peut-être pas) de mecs qui ne tiennent pas l'alcool, comme bibi, mais qui veulent repousser leurs limites, car ils ont foi en le leur et savent assurer le show quand ils le sont. Qui aiment se faire et s'entendre vomir. Noise rock, avec une dimension sludge et garage, comme une trace dans le fond du slibard. Parce que les mecs de Pissed Jeans, comme leur nom l'indique assez bien, ils s'abandonnent eux aussi. Totalement. Même pas la peine de se les prendre dans le buffet en concert - ce qui est très généreux aussi - pour saisir cette générosité : celle d'américains qui veulent se lâcher, me rappelant toujours le gros sac du gentillet The Hangover, qu'on aurait transbahuté chez Bukowski. Bien entendu. Le noise rock, ça se chronique difficilement sans causer d'alcool, donc de cuite et donc de verre cassé dans la tronche. Sauf qu'avec les généreux et amicaux Pissed Jeans, eh bien j'ai juste envie de causer que de ça : de vodka, de blend whisky, de tequila, de vin rouge en cubi, de cuite entre hommes, qui se mettent des gros coups de latte pour rire entre hommes avant de s'enlacer virilement puis se refoutre des coups dans le bide. Boire ça nous rend hippie ou méchant, selon les connections qui se font, trop subtiles. Parce que Pissed Jeans ça ne m'évoque que ça, à la lisière du swing sans limites de Jesus Lizard et toujours à la lisière du blues monstrueux d'un Oxbow, mais sans jamais y aller franchement, malgré leur son qui est par moments le plus orgiaque et velu possible pour le genre. Comme s'ils étaient lestés par leur bonne volonté, ou plutôt leur ironie hipster qu'on ressent un peu partout, de leurs photos à leurs paroles volontairement décalées... Lestés à un noise rock de potes encombrants, divertissants, inventifs, mais pas bien dangereux. Ces deux références aussi, c'est quelque chose de difficile à esquiver quand on parle de noise rock, oui. Mais qu'est-ce qu'on écouté tous les jours les mecs très sympathiques de Pissed Jeans à votre avis, avant de chier cette pêche de disque ? Le slow piano, si on peut appeller ça comme ça - car en réalité c'est surtout du pur Foetus - fait partie de ce que Pierre-Jean a fait de mieux. Le passage à la Big Business se défend pas mal non plus, le gros titre avec rythmique de goret est bien dru, le passage calme pour se faire peur est mignon. Tout ça a de la gueule, c'est certain. On sent l'amour de sa propre merde, la générosité éthylique, le blues viscéral, la dissonance, le glapissement d'ivresse authnetique, etceuteura, mais mal an mal an, ça reste du noise rock de quidams. Avec tout ce qu'il faut ; sans le petit plus qui ferait que. Oxbow de semaine, pour emmener au bureau.

note       Publiée le dimanche 24 mai 2015

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Hope For Men" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Hope For Men".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Hope For Men".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Hope For Men".

La Folia Envoyez un message privé àLa Folia

Health Plan https://www.youtube.com/watch?v=DbC0XlqJ-1w

Note donnée au disque :