Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGorguts › From Wisdom to Hate

Gorguts › From Wisdom to Hate

cd | 8 titres | 40:36 min

  • 1 Inverted [04:22]
  • 2 Behave Through Mythos [05:09]
  • 3 From Wisdom to Hate [05:06]
  • 4 The Quest for Equilibrium [06:47]
  • 5 Unearthing the Past [05:02]
  • 6 Elusive Treasures [06:18]
  • 7 Das Martyrium Des... [04:33]
  • 8 Testimonial Ruins [03:19]

enregistrement

Produit par Pierre Rémillard et Gorguts. Enregistré et mixé au studio Victor à Montréal par Louis Legault et Pierre Rémillard, assistés de Sylvain Brisebois (juin-aout 2000).

line up

Luc Lemay (guitare, voix), Daniel Mongrain (guitare), Steve Cloutier (basse), Steve Macdonald (batterie).

remarques

Sortie CD chez Olympic et Season of Mist. Réédité en 2011 (LP, CD) par Deepsend et War on music, puis en 2015 sous forme CD et LP par Century Media.
Sous licence d'Olympic Recordings.

chronique

From Wisdom to Hate fait suite à l'ovni Obscura. Après un tel pavé de bizarrerie et de virtuosité, comment rebondir ? Allaient-ils faire un album de rock industriel ? Un album de dark ambient ? Un album de chansons folk ? Rien de tout cela : ils vont faire la suite d'Obscura, du death technique extra-terrestre mais on va dire un poil moins radical que la ouferie précédente. L'album est déjà plus court, et il y a du changement niveau guitariste et batteur, les morceaux sont construits comme des tubes death metal, même si les accords et le jeu de guitare sont toujours aussi bizarres, atonaux, désarçonnants, dissonants, et la batterie toujours aussi poulpesque et étrange, les rythmes et variations aussi conviviaux que des dodécaèdres examinés dans le rétroviseur après avoir trop peu dormi pendant deux jours, en manque de speed. Alors, oui, c'est un bon album, ce n'est pas un copié/collé du précédent ni une espèce de retour en arrière artificiel vers le brutal death plus "simple", beaucoup disent qu'en fait c'est un mix des deux... je vais plutôt dire que ce fut un nouvel album de Gorguts, et qu'il poutre toujours bien aujourd'hui, tout en gardant un feeling, en créant une atmosphère originale, humaine, pas trop abstraite comme c'est souvent le cas lorsque les groupes de metal avec de très bons techniciens aux manettes se décident d'enregistrer des albums. C'est surtout une oeuvre glauque, dont le propos dépressif est totalement assumé : le titre résume bien le propos... comment peut-on passer de la sagesse à la haine ? Ben c'est facile, mais on ne se rend pas forcément compte du basculement, et il y a comme un hébétement après, je ne sais si le groupe a vécu cela après avoir pondu l'illustration du disque, quand ils se sont rendu compte du méfait qu'ils avaient produit : ces collages sumériano-euh je ne sais quoi, avec les petites ombres synthétiques là, argh! En effet, les thématiques de destruction de l'âme sont ici voilées par un fil rouge sumérien, comme si les antiques habitants des villes perses étaient forcément des images plus psychopathes que les habitants actuels des métropoles nord-américaines... Alors que la pochette d'Obscura était une gutsinerie flippante en soi, bien à l'image du disque mais de manière plus... frappante ! En somme, c'est un peu ce que j'entends ici, le basculement dans la folie sanguinaire, envers et contre soi ou les autres, un peu moins autiste que dans Obscura où l'on était vraiment prisonnier de cette voix horrible, de ces harmonies cauchemardesques, de cette agression sonore... Sur "From Wisdom to Hate" les québécois nous laissent un peu plus d'air pour respirer, mais pas trop quand même, je n'imagine pas écouter ce disque dans un état physique ou émotionnel trop tangent, et je crois que les mecs qui ont produit cette musique en avaient amplement conscience. D'une tristesse rampante, un peu molle, collante, cet album marqua donc un joli point de plus dans la carrière de Gorguts qui par la suite se mettra encore une fois en pause pendant quelques années suite au décès du batteur Steve MacDonald. Steeve Hurdle, feu le (fabuleux) guitariste présent sur Obscura proposera ensuite à Luc Lemay, dernier membre historique de Gorguts de former une autre bizarrerie du nom de Negativa (obscure ? négatif ? avec un A Monsieur!). Il faudra ensuite attendre 2008 pour écouter un nouvel album de Gorguts, un "Colored Sands" fort d'une grosse injection de cordes qu'ici, heureusement pour moi, il n'est pas question à part de manière courte et synthétique en intro de "The Quest for Equilibrium" - je vous l'ai déjà dit, je n'aime pas le violon avec le death metal ! De toute façon, vous avez compris, envoyez-vous aussi des doses de celui-ci, y a pas moyen d'être déçu - à part peut-être si l'on est tatillon sur la longueur de l'album et ses quarante petites minutes malgré la densité du propos, même si celui-ci est plus aéré que sur Obscura, la conclusion instrumentale amenant même au bout du compte un peu de calme dans la pièce après ce moment étrange et plein de notes de musique.

note       Publiée le jeudi 21 mai 2015

partagez 'From Wisdom to Hate' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "From Wisdom to Hate"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "From Wisdom to Hate".

ajoutez une note sur : "From Wisdom to Hate"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "From Wisdom to Hate".

ajoutez un commentaire sur : "From Wisdom to Hate"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "From Wisdom to Hate".

Reflebe › lundi 15 janvier 2018 - 11:44  message privé !

Moins marquant qu'"Obscura" dont il garde des acquis pour les fusionner avec une approche death plus classique. A mon avis, il était préférable de ne pas insister dans la voie précédente au risque de faire du sous "Obscura". Les compos sont bonnes voire très bonnes, notamment le morceau éponyme qui est un de mes morceaux préférés du groupe et de death en général.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 21 mai 2015 - 10:08  message privé !  born to gulo est en ligne !

Je le préfère à Obscura pour ma part, moins ostensiblement oufguedin-torturé, et subtilement plus Turquoise.

Note donnée au disque :       
dimegoat › jeudi 21 mai 2015 - 08:59  message privé !

La formule "Obscura" était bien essorée et c'est une excellente chose qu'ils n'aient pas tenté de l'étaler davantage. Ce "From Wisdom To Hate" est plus conventionnel, concis et accessible mais ça reste de la dentelle de peau de caribou faisandé.

Note donnée au disque :