Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlue Öyster Cult › Fire Of Unknown Origin

Blue Öyster Cult › Fire Of Unknown Origin

cd | 9 titres | 39:06 min

  • 1 Fire Of Unknown Origin
  • 2 Burnin' For You
  • 3 Veteran Of Psychic Wars
  • 4 Sole Survivor
  • 5 Heavy Metal : The Black And Silver
  • 6 Vengeance (The Pact)
  • 7 After Dark
  • 8 Joan Crawford
  • 9 Don't Turn Your Back

line up

Eric Bloom (chant, guitare), Donald 'Buck Dharma' Roeser – lead guitar, chant, basse, percussions, effets), Allen Lanier (claviers), Joe Bouchard (basse, chant), Albert Bouchard (batterie, synthétiseurs, choœurs)

remarques

artwork signé Greg Scott.

chronique

Styles
new wave
rock
hard rock
Styles personnels
hard f.m. façon b.Ö.c.

Détail Öcculte : mettre un tréma dans le sous-genre ci-dessus, zone habituellement intégralement en petits caractères contre notre volonté, conserve étrangement la majuscule pour la lettre qui en est couronnée. Öcculte comme ce groupe, comme cet album. J'y vois comme un signe : Guts Öf Darkness (qui est chose vivante, comme la plymouth Christine, n'en doutez jamais) nous fait signe que c'est Ö.k., que cet album mérite une note haute, ce qui serait un genre de 81% chez öbskure (étrangement là le "o" reste en miniscule !) Don't let these shakes go on... capture-les, saisis leur beauté ambivalente, leur magie, sois ce son néon-turquoise, cette pochette : transmets Fire of Unknown Origin, sois ce fluide BÖC, que la force de l'Huître Bleue sois avec toi jeune padawan ! Oui, Maîtres... Fire Of Unknown Origin est singulier d'abord pour sa rigueur, avec laquelle se montrer tout aussi rigoureux est approprié : neuf titres, durant tous entre 3 minutes 18 et 4 minutes 55. Même si à mon goût il manque vraiment un titre à la fin de la face B pour conclure en beauté après le moyen "Don't Turn Your Back", cet album grows on you comme disent les anglophones, paradoxal car c'est un de leurs plus FM. Je lui mets cette note car avec le recul c'est un de leurs trois meilleurs albums, eh oui, oh, hahahaha, hinhinhin... Öui... FM... Mais le tréma n'est pas sur le "u", et c'est aussi là que réside la différence très cher lecteur néophyte. Un des rares disques de vieilles gloires hard rock des années 70 qui soit sorti dans les années 80 en arrivant à ne pas sonner comme une soupe fâcheuse. Il est même franchement classe, ce Fire, grâce à ("malgré" si allergie aux 80's) son enrobage lugubre de synthétiseurs d'occasion. Un instrument que ce groupe fasciné par la science-fiction ne pouvait pas éviter de s'approprier, et qui ne leur sert jamais de cache-misère sur cet album, contrairement à d'autres, car les titres ont été minutieusement écrits et préparés, leur froideur futuriste new wave/neo-prog n'est pas anodine. Oh, Fire Of Unknown Origin est hard FM, oui, bien sûr : il répond au cahier des charges de son temps. Mais il est surtout Blue Öyster Cult, avec cette mélancolie d'huître bleue si atypique, ce feu bleu d'origine inconnue qui brûle en eux depuis le début. Et ici pour la première fois, donc, ces claviers-néons caractéristiques, et quelques discrets doigtés à la Andy Summers entre les plus habituels à la Iommi ("Burnin' For You" a presque quelque chose de post-punk sur les couplets, et son petit solo de guitare ressemble à du Robert Fripp), qu'on ne captera pas forcément à première écoute si on focalise sur l'aspect putasse-allumeur de la production. Et un tube NWOBHM, "Heavy Metal: The Black and Silver", pour faire bisquer Judas Priest (avec le mime vocal de Rob Halford sur la fin de "After Dark"), qui deviennent dangereusement aiguisés. Etrange album, comme le break flippé de "Joan Crawford". Album volontiers mystérieux voire même fascinant derrière son côté très radio-friendly, qui ne contient, c'est une première depuis Secret Treaties, aucun titre réellement jetable. "Veteran of the Psychic Wars" et "Vengeance (The Pact)" sont deux grands morceaux indispensables du BÖC, occultes, magnétiques. Le premier est une merveille new wave. Le second arrive à posséder avec en son sein quelques secondes de chœurs dignes d'un tube de Gotainer, c'est ça toute la force occulte du BÖC, son magnétisme incomparable. Et les paroles de Bloom inspiré par Moorcock sont magnifiques, magnétiques : accessoirement (ou pas), on est à un autre degré de classe que les contes puérils d'Iron Maiden sous son plus fameux line-up, aussi profonds qu'une attraction de pirates à Disneyland... mais c'est bien la Vierge de Fer qui reprendra le flambeau du hard rock conteur d'épopées. Engendrant des hordes de beaufs techniques sans classe ni vice. Fire of Unknown Origin, ce sont les derniers instants de magie pure de ce grand, très grand groupe... Ils doivent se savourer comme tel, dernière lueur dans la nuit, lampée de liqueur phosphorescente sous un ciel étoilé.

note       Publiée le mercredi 13 mai 2015

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'Fire Of Unknown Origin' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fire Of Unknown Origin"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fire Of Unknown Origin".

ajoutez une note sur : "Fire Of Unknown Origin"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fire Of Unknown Origin".

ajoutez un commentaire sur : "Fire Of Unknown Origin"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fire Of Unknown Origin".

taliesin › samedi 18 novembre 2017 - 17:47  message privé !

Le dernier B.O.C. que j'apprécie ! Après bon... Je trouve Club Ninja particulièrement infâme, Imaginos pas beaucoup mieux... Pas écouté ceux qui suivent ;-)

Note donnée au disque :       
boumbastik › samedi 18 novembre 2017 - 17:32  message privé !

J'hésite entre soupe étrange et rock fm étrange. En général les soupes sont meilleures le lendemain.

Aladdin_Sane › vendredi 15 mai 2015 - 11:22  message privé !

Le meilleur BÖC depuis "Tyranny and mutation" et en attendant "Imaginos". Sinon, je n'ai jamais terminé le livre du Camion Blanc. En fait, ça n'est pas vraiment une bio au sens classique du terme mais plutôt une analyse (fumeuse) des textes et pochettes d'albums.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 14 mai 2015 - 21:29  message privé !

Peut-etre le plus mythique du groupe, le plus mystérieux (ce qui joue largement dans la popularité du BÖC au sein de la famille hard rock-heavy). Et un petit miracle de sortir quelque chose rivalisant avec les premiers dans le marasme du début des années 80 pour les groupes de ce genre. Quelqu'un aurait une bonne bio à conseiller? J'ai (encore) entendu du mal de celle camion blanc.

Note donnée au disque :       
COLDSTAR › jeudi 14 mai 2015 - 13:21  message privé !

Je m'ajoute à Zugal pour appuyer sur la réelle impression d'homogénéité qui se dégage de cet album, une première depuis Secret treaties. La prédominance des synthés dès l'ouverture de l'album joue beaucoup. Le titre éponyme est limite le moins inspiré de l'album, en balance avec un Sole Survivor prometteur mais complètement démoli par son refrain putassier. Le reste est très réussi, du hit hard fm Burnin' for You jusqu'à la fin de l'album, son Joan Crawford décalé et la basse sublime de Don't turn your Back. Malgré cela, l'apocalyptique "Veteran of the Psychic Wars" se détache nettement, peut-être le meilleur titre du groupe.

Note donnée au disque :