Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNaked City › Radio

Naked City › Radio

  • 1993 • Avant Avan 003 • 1 CD
  • 2005 • Tzadik TZ7344-5 - Remastérisé • 5 CD digipack

cd • 19 titres • 58:00 min

  • 1Asylum01:54
  • 2Sunset Surfer03:22
  • 3Party Girl02:33
  • 4The Outsider02:27
  • 5Triggerfingers03:31
  • 6Terkmani Teepee03:56
  • 7Sex Fiend03:31
  • 8Razorwire05:28
  • 9The Bitter And The Sweet04:48
  • 10Krazy Kat01:51
  • 11The Vault04:44
  • 12Metaltov02:07
  • 13Poisonhead01:09
  • 14Bone Orchard03:53
  • 15I Die Screaming02:29
  • 16Pistol Whipping00:57
  • 17Skatekey01:24
  • 18Shock Corridor01:05
  • 19American Psycho06:09

enregistrement

Enregistré en avril 1992 par Alec Head. Mixé en septembre 1992 par Roger Moutenot.

line up

Joey Baron (batterie), Yamatsuka Eye (voix), Bill Frisell (guitare), Fred Frith (basse), Wayne Horvitz (claviers), John Zorn (saxophone alto)

remarques

L'édition Tzadik 2005 est un coffret de 5 CDs comportant l'ensemble des travaux studios du groupe en version remastérisée.

chronique

Styles
jazz
jazzcore
Styles personnels
experimental

Naked City s'aventure avec "Radio" dans un jazz très urbanisé dans lequel on retrouve toutes les facettes expérimentales que l'on connait du groupe. Contrairement aux albums précédents, on sent ici une réelle sensation d'unité. Les compositions, particulièrement soignées et équilibrées, permettent à chaque instrument de s'exprimer en toute liberté tout en restant dans le cadre défini au départ. Sur la seconde partie du disque le "hurleur en série" Yamatsuka Eye des Boredoms fait son apparition pour une fin d'album encore plus tonitruante ! Zorn et sa bande définissent ici une autre vision du jazz ou chaque note, chaque accord est un véritable enchantement. Wayne Horwitz aux claviers est ici absolument magistral et le saxo fou de John Zorn dans un registre moins écorché qu'à l'acoutumée, réellement convaiquant. Ce "Radio" dont la photo de couverture par Man Ray est aussi présente (comme les plus observateurs d'entre vous l'auront remarqué) dans l'habillage de notre webzine, est un pur régal pour les oreilles, et définitivement le plus jazz des disques du groupe.

note       Publiée le dimanche 16 décembre 2001

chronique

Styles
jazz
ovni inclassable
Styles personnels
jazzcore

Paru en même temps qu'Absinthe, Radio, qui fait donc office de dernier album de ce super groupe, est, comme Absinthe, une exception dans leur discographie. Dès "Asylum", puis "Sunset Surfer", la chose qui surprend, au-delà de la longueur des titres, c'est leur construction qui semble n'être, à présent, plus sujette au dynamitage dont le groupe de John Zorn s'était pourtant fait une spécialité. Pour la première fois, le saxophoniste New Yorkais laisse à ses acolytes de talent, Bill Frisell et Wayne Horvitz surtout, l'espace nécessaire pour qu'ils puissent s'exprimer. Suffisamment longuement en tout cas pour se rendre compte que Bill Frisell est un guitariste élégant et Wayne Horvitz un claviériste intuitif. Même Fred Frith, guitariste à la base, se révèle un surprenant et excellent bassiste. Tout cela tient la route. Jusqu'au dixième titre. Arrivé à la charnière fatidique, le groupe replonge de plus belle dans son terrorisme musical, conviant pour se faire Yamatsuka Eye qui s'était fait plus que discret ces derniers temps. Au final, "Radio" peut faire office d'introduction idéale à ceux qui veulent mettre un orteil dans l'eau pour voir quelle est sa température, avant de faire le grand saut.

note       Publiée le dimanche 16 décembre 2001

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • (N°6)
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Radio" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Radio".

notes

Note moyenne        25 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Radio".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Radio".

sergent_BUCK Envoyez un message privé àsergent_BUCK
avatar

Demi-teinte oui, mais faut dire que pour les jours où on a pas forcément envie de se plonger dans l'Absinthe, ou de souffrir un Leng Tch'e, ça fait tout simplement du bien d'écouter un peu la Radio ;)

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Tout le côté "Groooovy baby !" de l'album est vraiment très cool, "Sunset Surfer" en tête. Et puis il y a "Metaltov", du pré-Masada indeed, d'ailleurs il sera repris par Electric Masada. Tout ce qui préfigure un peu le Zorn le plus cool sous toutes ses formes, avec la dose d'excentricité propre à Naked City, c'est du petit lait. Les pistes à la Torture Garden mais plus délitée, ça fonctionne moins pour moi ici, ça parait moins abouti, plus vague dans la forme, sans le côté vraiment ludique de Heretic. Pris entre Leng tch'e et Absinthe, les deux monuments quoi, un Naked City un peu plus demi-teinte.

Message édité le 15-12-2021 à 14:54 par (N°6)

Note donnée au disque :       
DesignToKill Envoyez un message privé àDesignToKill

Ils nous prouvent qu'ils peuvent aussi faire du bon !

Mais ça fait plaisir de revenir aux hurlements sur la fin

Note donnée au disque :       
prypiat Envoyez un message privé àprypiat

vais le noter quand même celui-là... Il est devenu mon préféré à force d'écoutes !

Note donnée au disque :       
prypiat Envoyez un message privé àprypiat

Excellent, surtout le petit rock'n'roll 50s "Party Girl", qui fait toujours du bien, et le final, juste fun... Et bien sur pour les morceaux "vrai jazz" qu'il contient...

Note donnée au disque :