Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Purple › Now What?!

Deep Purple › Now What?!

cd | 11 titres | 60:03 min

  • 1 A Simple Song
  • 2 Weirdistan
  • 3 Out Of Hand
  • 4 Hell To Pay
  • 5 Bodyline
  • 6 Above And Beyond
  • 7 Blood From A Stone
  • 8 Uncommon Man
  • 9 Après Vous
  • 10 All The Time In The World
  • 11 Vincent Price

enregistrement

produit par Bob Ezrin

line up

Ian Gillan (chant), Roger Glover (basse), Steve Morse (guitare), Ian Paice (batterie), Don Airey (claviers)

chronique

Voilà un énième album de Deep Purple que je n'aurais jamais eu idée de m'acheter, encore moins d'écouter. Deep Purple se foutent royalement de leurs pochettes et de leurs intitulés depuis un bail, ça donne encore moins envie. Mon papa me l'a offert à la Noël 2013, un peu comme une orange, modeste, dans un petit papier cadeau un peu froissé. Pourtant il écoutait Alice Cooper et Supertramp à l'époque, j'ai jamais retrouvé de vinyle de Deep Purple dans ses cartons, donc pas trop compris... Moi, Deep Purple, en dehors de Burn et de quelques morceaux sublimes comme "Child in Time" et son inénarrable gospel auto-émasculatoire signé Gillan, finalement merci bien, je crois que j'ai même toujours préféré Uriah Heep, avec le recul... J'avais écouté vite fait Rapture of The Deep à la sortie je crois, comme ça en passant devant la borne en rayons, je me souviens qu'une petite fille handicapée avait étalé sa langue sur le dos de mon blouson avant que sa maman ne la gronde, mais pas d'un moindre tube. Le devenir de ce groupe de papys m'évoquant plus la safrane que la harley, je m'en foutais, et j'estimais que la revente était plus qu'envisageable, leur seul album de la période culte méritant son statut restant peut-être Burn, en réalité. De toute façon Deep Purple a jamais été un groupe de studio comme beaucoup d'entre vous le savent déjà, il n'y a qu'à voir la liste hallucinante d'albums live que Nicko s'est chargé de chroniquer. C'est un groupe de concert, mais je ne porte pas de pull-over à col en V donc je ne les ai jamais vus. Et ils le savent : ce sont des sexagénaires achetant des blu-rays qui les suivent le plus assidûment. Mais ne soyons pas arrogants : c'est aussi ce qui nous pend au nez avec nos groupes des années 90 (regardez simplement le retour de Soundgarden... j'ai plus d'intérêt à suivre la survie de Johnny, en toute sincérité). Et Bob Ezrin le sait, en vieux producteur pompier et lustreur, l'ancêtre guindé de Rick Rubin en quelque sorte. Ici, il les fait sonner presque aussi carrés et rutilants que du Living Colour, voire du Rage Against The Machine. Un son très rythmique, très rock, bien épais et "catchy" (dieu que cet adjectif est laid, mais, j'avoue que parfois je dois le dégoupiller par faiblesse), quelque peur lifté mais pas tant que ça, on sent que Deep Purple vieillit plutôt naturellement, à la Hugues Aufray. N'était-ce ce chant très luminaire du père Gillan, qui donne cet aspect un peu artificiel-chérie FM à la chose, ces vieilles branches envoient du copeau d'pin. Y a même l'orgue, sans lui Deep Purple serait bien moins pourpre, même si son pourpre n'est plus celui du Lord. Et puis si Steve Morse est pas Blackmore, il vieillit quand même mieux que Iommi (le retour de Black Sabbath avec Ozzy ne m'a d'ailleurs strictement rien fait, et la délicieusement naïve "Vincent Price" en fin de ce disque en remontre pas mal aux idoles des doomsters même si on est plus dans un esprit Dio ou King Diamond), il se paye son intro à la Pink Floyd sur "Uncommon Man" (avant que le titre vire au progressif bien putassier crari mid- 70's), quelques riffs bien ronronnants... Now What?! est donc un album de sexas pas du tout honteux, franchement bon, même, malgré quelques titres poussifs ("Above and Beyond"), une sorte de Perfect Strangers des années 2010, où les effets putassiers typiquement 80's comme la reverb seraient remplaçés par quelques grammes de stéroïdes. Cet album bénéficie de l'épaisseur de l'âge, son côté commande alimentaire ne lui porte pas préjudice, et son son très entrepreneur assumant ses cheveux gris le fait bien. Quant à savoir si c'est vraiment gutsien, je me contenterai de dire : demandez à notre patron Chris, vu que c'est lui qui les a voulus dans nos pages. Pour moi, Deep Purple, ça ne sera jamais rien de mieux que du bon rock, chose du quotidien, pragmatique ("Une chanson simple")... Je ne crache pas sur un bon steak-frites de temps à autre, et les frites sont ici maison, alors OK.

note       Publiée le jeudi 7 mai 2015

partagez 'Now What?!' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Now What?!"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Now What?!".

ajoutez une note sur : "Now What?!"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Now What?!".

ajoutez un commentaire sur : "Now What?!"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Now What?!".