Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVomitory › Raped in Their Own Blood

Vomitory › Raped in Their Own Blood

cd • 10 titres • 40:33 min

  • 1Nervegasclouds05:19
  • 2Raped in Their Own Blood03:22
  • 3Dark Grey Epoch03:16
  • 4Pure Death03:11
  • 5Through Sepulchral Shadows04:56
  • 6Inferno02:44
  • 7Sad Fog over Sinister Runes04:51
  • 8Into Winter Through Sorrow04:22
  • 9Perdition02:51
  • 10Thorns05:41

enregistrement

Enregistré au Studio Prima Volta en avril 1996. Masterisé au Cutting Room. Produit, enregistré et misé par Living Skul et Vomitory.

line up

Tobias Gustafsson (batterie), Urban Gustafsson (guitare), Ronnie Olson (voix), Ulf Dalegren (guitare), Tomas Bergqvist (basse, voix).

remarques

Réédité dans une version regroupant les deux éditions remasterisées de "Raped in their Own Blood" et "Redemption"

chronique

Vomitory. Si c'est pas metal comme nom ! Vomitory, c'est metal. Vomitory, c'est death metal. Formé en 1989, mais ne vendant son âme au consommateur que longtemps après, prenant un temps de réflexion au moment où ses concitoyens cartonnaient royalement, Vomitory est aussi un As du timing. C'est aussi un champion de la propagande ! Sortir son premier album avec de vrais cadavres sur la pochette, et comme titre "violé dans leur propre sang" ça met également les pochettes de Necrolord au rayon jolis dessins mignons, et range ce groupe direct dans mon écurie de trucs inavouables genre Brujeria ou Impetigo... Musicalement, je trouve que le groupe se confectionnera un credo autour du concept de "catchy". Vomitory, c'est catchy ! C'est simplex et attrapant, malgré cet écho infâme sur la voix - ça c'est cool-, des dérivés de riffs crusts, avec arpèges mystérieux mais pas trop pour en remettre une couche de metal, pas une masse de solos van haleniens, et un gros qui tabasse sur les fûts pour faire un maximum stageuhdiver et headeuhbanguer les ptits suédois au club, le samedi soir, le soir où t'as le droit d'boire. Ça fait serrer les doigts sur le volant. Ça fait serrer les mains sur le walkman. Ça fait serrer les doigts autour de la gorge de ta copine. Euh... Bon, assez compliqué à trouver dans sa version originale, ce disque est achetable pour 100 couronnes grâce à une sympathique réédition par le groupe lui-même, couplé avec l'album suivant qui pulvérisera encore plus le jouissomètre chez votre serviteur. Si je vous parle du début (presque) de ce groupe, c'est pour dire aussi que celui-ci a splitté en 2013 avant même que son chanteur meure ou que quoi que ce soit d'autre d'horrible arrive : le groupe a juste arrêté parce que marre. Éternel membre du gros gang des second couteaux death metal en Suède - j'en rajoute pas trop, imaginez si on avait eu la même masse de groupes en France au même moment, le kif que ça aurait pu être ! Quand même ! - , Vomitory ne pourra pas capitaliser grand chose de ce death metal bien ficelé, brutal et simple, et entraînant, jusqu'à cette réédition "2 disques en 1" un peu moche que j'ai pu enfin acheter pour écrire ici cette bafouille, et fermera donc boutique fatigué presque 25 ans après sa formation. Cela n'empêche pas d'essayer de craquer son portefeuille pour choper l'édition originale, ou de faire la feignasse comme moi et de choper la réédition, remasterisée.

note       Publiée le vendredi 1 mai 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Raped in Their Own Blood".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Raped in Their Own Blood".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Raped in Their Own Blood".

vargounet › vendredi 19 janvier 2018 - 20:10  message privé !

¨Pfiou c'est vraiment du lourd ce skeud en fait ...