Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSuprême NTM › Seine Saint-Denis Style

Suprême NTM › Seine Saint-Denis Style

cd • 9 titres • 07:26 min

  • 1Laisse Pas Trainer Ton Fils
  • 2Seine Saint-Denis Style
  • 3po
  • 4po
  • 5po
  • 6pop!!!!
  • 7.
  • 8.
  • 9.

enregistrement

.

remarques

La version 12" contient les pistes instrumentales et a capella.

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
boom-bap

Plaçons-en-une pour ce single regroupant tout de même les deux titres les plus connus de NTM, deux facettes déjà pas évidentes à concilier : la glorification virilisante des quartiers et des cités dont est originaire le groupe, et la seconde d’après, la complainte blessée et alarmiste de ces-mêmes quartiers. Ce n’est pas la nuit qui tombe mais le constat du désespoir trop banal, et même si beaucoup feront mine de ne pas comprendre, le titre le plus politique de NTM ne tape pas sur les flics ou l’état mais bien sur les parents absents, irresponsables ou démissionnaires. Enfin, tape… Pour le coup NTM, le groupe qui faisait peur aux parents, se mets à la jouer fine, cherche les causes plutôt que toujours pointer les conséquences (LE travers des lyrics de rap hexagonal), c’est plus sentimental que "Petit Frère" de I Am, typiquement, mais ça n’en tape pas moins juste. Les esprits chagrins se moqueront du refrain poussif à base de "Jeanine, viens là, ton texte c’est de dire "ooooouuuhh-aaaah" d’un air préoccupé et rêveur", bon, ok, c’est du radio-mical, et alors ? ça s’y prête, c’est un titre qui visait à toucher les consciences des parents… Bien entendu, porter un tel regard avec le cynisme made in 2015 qui tenaille les têtes demande un minimum de recul. Et donc, contrepied nécessaire et "funky-fresh" (ça aussi, c’est de son époque), Seine St Denis Style ("Mets donc ton gilet pare-balles", alias l’une des rares punchlines que les ricains, les rosbifs et les autres nous envient comme des crevards, quand même), avec son sample de piano-bar en fin de soirée, qui sursaute comme du Busta Rhymes (samplé quelque part sur l’album) ou du ODB sous stéroïde, pneumatique et déluré, les deux MC’s atteignant ce degré d’osmose et de rien-à-battre qui leur permet de virer onomatopéique, de se laisser aller à toutes les gamineries tout en gardant une maîtrise salement adulte du boxon. Plus posé est l’atmosphère de "That’s My People", single dont je ne parlerai pas, mais sur lequel on retrouve quand même cette mélancolie bien différente de chez I Am, cette odeur pouacre de bouche de métro au petit matin, de sueur rance après une nuit à tagguer les rames, un petit quelque chose d’old-school raffiné à l’extrême… Ces trois titres, à moi, me rappellent furieusement un autre groupe de hip-hop furieux, déraisonnable et bordélique, plus sentimental que véritablement agressif, et gorgé d’instrus survolant la ville façon travelling désabusé : Fonky Family. Ce que NTM avait réussi sur LP4, pour moi, c’était retrouver la torpeur urbaine et nocturne de la FF de 1997, n’ayant jamais réussi à véritablement kiffer les autres albums du duo Joey Starr-Kool Shen. Chacun ses références, hein… Evidemment, même tout néophyte que j’étais, je sentais confusément que NTM était d’un autre bois, la pochette de l’album comme de ce single le rappelait bien : au moment de sortir ce truc, les mecs savaient qu’ils n’auraient plus jamais rien à prouver ensuite. Pour le meilleur (pas d’albums mou, propre ou autotuné de NTM) mais surtout pour le pire.

note       Publiée le samedi 2 mai 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Seine Saint-Denis Style".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Seine Saint-Denis Style".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Seine Saint-Denis Style".