Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSuprême NTM › Authentik

Suprême NTM › Authentik

cd • 15 titres • 46:51 min

  • 1Test Des Micros
  • 2Authentik
  • 3L'argent Pourrit Les Gens
  • 4De Personne Je Ne Serai La Cible
  • 5Big Flap
  • 6Le Pouvoir
  • 7Freestyle
  • 8Paix
  • 9Le Monde De Demain
  • 10Danse
  • 11Quelle Gratitude
  • 12Soul Soul
  • 13C'est Clair
  • 14Blanc Et Noir
  • 15Dédicace

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Kool Shen & JoeyStarr (MC's, productions)

Musiciens additionnels : Rockin' Squat (MC en feat. sur "Freestyle"), DJ Acide (scratches sur "Quelle gratitude")

remarques

chronique

Styles
hip-hop

Y en a marre du rap. Le Suprême dans les archives du sombre et expérimental ? On veut de la niou musique, de la niou musique ! Mmmh, désolé... mais on a ses références, et j'ai toujours été plus porté sur les Inconnus que sur les Nuls. Mais jamais plus porté sur NTM que sur IAM : ce sont les deux faces d'une même pièce. D'ailleurs les deux ont commencé avec le même genre d'album d'époque très daté, avec une fougue juvénile touchante, copiant intégralement le style ricain en y apportant un peu de leurs personnalités toutes régionales. C'est une drôle de sensation, quand même, de revenir à la source NTM... Style énergique, funky-soul-urbain, pas encore aussi jazzy qu'il le sera sur Paris sous les Bombes, mais déjà un peu cuivré. Et politique-revêche : Authentik, c'est l'influence sonore Public Enemy qui fait des siennes dans le 9-3, avec une touche Niggaz Wit Attitude pour le rentre-dedans bas du bonnet ("C'est clair", avec accessoirement le sample sexuel le plus bizarroïde de toute l'histoire des sex tracks hip-hop). Un Public Enemy hexagonal, très allégé, et speedé, assez comparable à ce que faisaient certains groupes anglais au même moment (je pense très nettement à Bring Down the Walls de Silver Bullet, ou à Hijack, avec le recul). La puissance n'étant pas la même, les MC's, comme pour contrebalancer ce son de squat du 9-3, rappent juqu'à ne plus avoir de souffle, façon Kool G Rap : leurs flows semblent vouloir s'échapper des enceintes qu'ils n'ont pas encore la force de perforer (pour ça il faudra attendre leur LP4, brutal climax). Kool Shen est déjà très fort dans ce style jeune et fougueux. Joeystarr, avec son feeling bestial pas encore mûr mais déjà atypique, fait contrepoids en brute qui défend son pote chétif. La caisse claire et la grosse caisse, tels qu'auto-proclamés ; et je souscris. Les deux se combinent à la perfection, je réalise toujours en les entendant que bien peu de duo de MC's américains, question flows, sont aussi bons, et je préfère sans hésiter les flows de NTM à ceux de M.O.P par exemple. Pour le fond, on peut trouver ça marrant aujourd'hui, mais ils ne tapaient pourtant pas dans l'analyse binaire manichéenne, en fait c'était même... nuancé, disons-le sans exagération, voire subtil, pour du hip-hop social-orienté s'entend, en comparaion avec la majorité des groupes U.S. Et peu d'egotrip au final : on est vraiment sur du social-provocateur sans toute cette mentalité mélodramatique faussement concernée qui se développera plus tard dans la frange visible du rap français. Authentik porte assez bien son blase : un son cru, des rimes mal dégrossies de MC's pas encore adultes, mais vivaces comme des mauvaises herbes en jachère. On était clairement du côté "conscient" de la force, du côté de KRS-One : représentation de la jeunesse banlieusarde, appel à la révolte, confrontation guerrière avec la variété. Du punk pour ghetto blaster et jeunes gens énervés en survêtements. Leur Bomb Squad de poche incrustait ce son "old school" de cuivres et d'ambiances très "blaxploitation" ("Le monde de demain", meilleur exemple). Les beats sonnent parfois très vieillots, sans parler des skits sympathiquement péraves. On a envie de souffler la poussière - hélas, elle est incrustée à jamais. Pour ceux qui aiment les sources brutes, ça donnera à ce skeud son côté organique, osseux, tendance squelettique, comme si la fougue juvénile avait été gravée, scellée. Oui, ils étaient jeunes, naïfs et enjoués. Le double flow était vraiment rapide. Joeystarr développait déjà son espèce de style carnivore. "L'argent pourrit les gens"... Bien sûr, tout ça a une résonnance particulière aujourd'hui, emprunte d'ironie, et de nostalgie si on est porté sur l'époque insouciante du rap. Si j'ai ce petit ton encyclopédique qui ne fait guère envie, c'est aussi parce que cet album ne m'a jamais emballé. Il a un côté quasi-festif et il est léger, à l'opposé de la grosse beigne de 1998 après laquelle ils splitteront. Mais il est surtout obsolète. Le moins prise de tête mais le plus daté, sans hésitation... Une désuétude intégrale qui lui vaut cette note sévère.

note       Publiée le samedi 2 mai 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Authentik".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Authentik".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Authentik".

born to gulo › mercredi 1 novembre 2017 - 10:43  message privé !

Aurait-on regardé l'hagiographie de Didier hier soir à la télé?

Fabb74 › mardi 31 octobre 2017 - 23:29  message privé !

Très très belle chronique, surtout très juste du sieur Raven, comme toujours oserais-je dire... En revanche, je reviens sur cette note plutôt mal calibrée pour cette première pierre du meilleur groupe de Rap issu du sol tricolore ! Dur pour moi car à une époque où je baignais dans le rock/pop anglo-saxon et les premiers Public Enemy, voilà que déboule un trio (Dj S comptait pour second rôle important dans le groupe) qui capte l'attention via un clip coup de poing Le Monde de demain imparable ! Souvenir d'ado ou pas, je me procure la cassette single puis l'album à sa sortie et l'use jusqu'à la sortie du second qui e mettra une seconde gifle. Aujourd'hui c'est sur, le son sonne clairement old school mais le charme persiste, en tout cas à mon encontre. Vive le Suprême !

Note donnée au disque :