Vous êtes ici › Les groupes / artistesLL'Effondras (☉) › L'Effondras

L'Effondras (☉) › L'Effondras

cd • 7 titres • 73 :10 min

  • 1L’Heure du Loup1:30
  • 2Amrha9:17
  • 3La Fille aux Yeux Oranges9:16
  • 4L’Âne Rouge13:40
  • 5Caput Corvi (Part I)11:04
  • 6Caput Covi (Part II)10:50
  • 7L’Aure des Comètes17:33

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré par Frédéric Lefranc au studio Le Hameau, assisté par Julien Trimoreau, du 5 au 10 janvier 2014. Mixé par Frédéric Lefranc au studio 5th Floor en février 2014. Masterisé par Romain Raffini au studi 2R Audio en avril 2014.

line up

Nicolas Bernollin (batterie), Pierre Lejeune (guitare), Pierre Josserand (guitare)

Musiciens additionnels : Niko Wenner (piano)

remarques

L’intégralité de l’album est disponible en écoute et en téléchargement - pour 6,66€ - sur la page bandcamp du groupe (voir lien dans la rubrique "extraits").

chronique

Qu’on la prenne comme science, hérésie, égarement de l’esprit ; comme on voudra ; je veux dire : l’Alchimie. Je l'entends, ici, comme une trame. Ses termes comme des bouts d’indices, surtout pas faits pour être résolus. L’image – ce Lion Vert, dit aussi VITRIOL, qui pour le groupe, sur cette pochette, se découpe en blanc sur bleu – non pas décorum, enseigne de billevesée new-age, l’escroquerie fût-elle prise par son revers ténèbres. Elle est une porte. Passons le porche. Retenons que dans le Grand Œuvre elle marque, paraît-il, "l’union du haut et du bas"… Cette musique, disais-je, ne se déchiffre pas comme un froid tableau de nombres. Elle connaît, pourtant, les masses des particules du son ; elle sait le poids et l’envol ; ces trois types-là, en effet, ont trouvé leur voix propres pour les transmutations. De matières simples, ils font des étendues. D’arpèges, ils font des principes moteurs, cycles qui semblent générer leurs dimensions. Des fûts, caisses, bords de caisses, cymbales, frappes aux baguettes ou aux mailloches – cela se vérifie en concert, quand c’est joué à pleine puissance – ils font d’autres chants sans mots, d’autres voix en plus de celles des deux guitares, qui sonnent dans ces déserts, ces vastitudes qui en même temps semblent naître, couler, rouler directement depuis la musique. Désert, vastitude, mais rien n’est mort, ici – il y a toujours quelque chose qui habite, se déplace, fouis, survole, nomadise, sème, pollinise. J’aime ces espaces qui flottent – où ça flotte ; j’aime ces plénitudes poussées, grandies, soufflées depuis des presque-riens : quelques accords, un motif, les balais qui tournent et enflent une densité. J’aime cette tension qui s’instille, s’infiltre lentement, exhale en vagues des cercles du Grand Calme, où il semblait le plus immobile. J’aime que cette absence de toute explication ne soit pas un Mystère qui se donnerait comme raison à quoi souscrire, règle à saisir, secte à quoi adhérer ; qu’elle soit plutôt l’aura d’un être musical, d’êtres, de leur alliance. Ça pourrait sembler presque trop simple : trois hommes jouent ensemble, cordes, mécaniques, micros, machine de bois, de métal, de peaux ; doigts, muscles, idées, charpentes, touchers, intention ou intuitions, qui sait, savoirs, gestes. Ils se trouvent. Ils nous trouvent et prennent un nom. Pour l’unicode, ce point dans un cercle désigne paraît-il le soleil ou bien, plus spécifiquement – on y revient – sa masse. Pour tout le monde, ce sera L’Effondras. Qui pour les cartes, les plans, semble un lieu-dit, quelque part dans l’Ain. Il appert que s’y lient Têtes de Corbeaux, Aures Célestes en fulgurances… Je vous l’ai dit : je ne sais rien, ou si peu de l’Alchimie. Je me fous pour cette fois qu’ils en maîtrisent, ces trois, plus ou moins que moi les chartes, codes, tenants. Me revoilà dans les places, les lieux d’égarement, sous les cieux et dans les terres qu’ils en font. Voilà qu’il y grince, crie, murmure, tinte. Voici qu’on y rencontre un Astre dans une Gueule.

note       Publiée le samedi 25 avril 2015

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "L'Effondras".

notes

Note moyenne        10 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "L'Effondras".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "L'Effondras".

Dioneo › samedi 15 janvier 2022 - 15:04 Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Oui, la fin du disque avec les minutes de répit puis le morceau "caché" (mais donc pas tant) qui vient un peu casser le cadre est bien cool... La dernière fois que je l'ai écouté, je l'avais laissé de côté un moment et je ne me souvenais plus de ça, ben c'était cool d'être à nouveau surpris par le truc.

Sinon Oiseaux-Tempête, c'est un nom que je vois passer assez régulièrement mais je crois que je n'ai jamais écouté ça... C'est con parce que vu certains participants - je voix que G.W. Sok (l'ancien chanteur de The Ex) et Radwan Ghazi Moumneh (de Jerusalem in my Heart) sont au moins pour certains disques dans le coup, déjà. Alors bon, pas de raison de pas, d'autant qu'ils sont sur bandcamp etc.

Note donnée au disque :       
GrahamBondSwing › samedi 15 janvier 2022 - 14:08 Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Enchaîné 2 fois ce matin, vraiment bien... je suis souvent dans l'attente du petit décalage et c'est cool quand ça arrive, comme dans la première partie de Caput Corvi lorsqu'on passe soudain sur une partie beaucoup plus rock tradi... Il y a aussi ce moment ou le groupe sort les crocs sur la deuxième partie (sous forme de ghost track) de l'Aure des comètes... c'est le genre de petites surprises qui font apprécier l'album. J'ai aussi écouté l'intégralité des Flavescences, très réussi aussi, et ce qualificatif Toolesque que j'ai attribué de manière exagérée dans un précédent post, puisque c'est uniquement la première piste qui s'avance majestueuse et sûre de sa force, telle un drakkar noir dans la mer du nord qui m'a rappelé un peu l'approche de la bande à MJK (on a même droit à un petit break "assassin" vers 06:10). Pour être complet, je vais citer le groupe "Oiseaux-Tempête" qui était en reco de la plateforme de streaming, pas l'air dégueu non plus...

Message édité le 15-01-2022 à 14:09 par GrahamBondSwing

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 5 avril 2021 - 19:58 Envoyez un message privé àDioneo
avatar

J'avais pas réécouté ce disque/ce groupe depuis une éternité, tiens... Là je me le remets. Ben... C'est toujours aussi bon, aussi "distinctif" aussi, dans ce registre instrumental à deux grattes + batterie qui pourrait facilement s'égarer dans le post-rock générique mais qui à la place "trouve" autre chose - des atmosphères vivantes et en teintes variées, de vrais contrastes, un jeu tout en détails mais qui sait envoyer massif aussi quand ça devient l'idée.

Apparemment leur prochain sort en mai, je vois à l'instant... Faudra aussi que je réécoute Les Flavescences (j'étais un peu passé à côté à sa sortie en 2017) et les deux EP "intermédiaires"... Ce serait con de s'en passer, après tout, d'un groupe comme ça.

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 12 février 2018 - 16:35 Envoyez un message privé àDioneo
avatar

L'un des guitariste n'est plus le même que sur ce disque (que sur les disques, même), au passage. À la place de Pierre Josserand, c'est Raoul Vignal (dont j'ai entendu la musique en solo, très picking acoustique, mais pas ce qu'il fait avec eux... On verra si ça change énormément leur musique).

Note donnée au disque :       
WZX › lundi 12 février 2018 - 13:16 Envoyez un message privé àWZX

Tiens, pas mal de dates pour les voir/les écouter prochainement : http://leffondras.com/#live !