Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeath › Human

Death › Human

8 titres - 33:47 min

  • 1/ Flattening of emotions
  • 2/ Suicide machine
  • 3/ Together as one
  • 4/ Secret face
  • 5/ Lack of comprehension
  • 6/ See through dreams
  • 7/ Cosmic sea
  • 8/ Vacant planets

line up

Steve Di Gorgio (basse), Paul Masvidal (guitare), Sean Reinert (batterie), Chuck Schuldiner (guitare, chant)

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death technique

Voici ce qui constitue pour beaucoup LE chef-d'œuvre de Death. Il est clair que tout est là pour le prouver : entouré de musiciens hors pair, Chuck peut désormais pleinement se lâcher pour la création de ses compositions. Et qu'est ce que cela s'entend ! Le niveau technique de ce "Human" est hallucinant ! Tout est ultra complexe tout en restant accrocheur, les rythmiques sont folles, saccadées mais entraînantes, les riffs de grattes sont fantastiques de techniques et d'efficacité, et la voix est toujours aussi agressive et personnelle ! En plus d'être plus technique et efficace que "Spiritual healing", "Human" se paie même le luxe d'être plus violent, représentant le mélange parfait entre technique et death metal. Des titres comme "Flattening of emotions", "Suicide machine" ou "Vacant planets" ne trompent pas : des riffs meurtriers en veux-tu en voilà, des solos dans tous les sens, des parties de batteries qui savent se faire bien rapide comme être plus posées, il n'y a que des hits ! Mais ce qui tue encore plus à mon humble avis, c'est la capacité de Chuck à transgresser les soi-disantes "règles" du metal au travers de morceaux comme "Lack of comprehension" et son intro complètement planante lançant le meilleur titre du disque, ou cet intriguant "Cosmic sea" complètement instrumental, très spatial, où Chuck s'en donne à cœur joie niveau solos, prémices des albums futurs. À ce disque, je ne peux y donner qu'un seul défaut : sa durée. Il est trop court. J'adore ce disque comme il est rare d'aimer un disque, mais 33 minutes c'est trop court. Je reste sur ma faim à chaque fois que "Vacant planets" se termine, et c'est pour cela que je ne lui donne pas la note maximum. C'est dur, certes, mais vu la qualité des albums de Death, je crois que cela est nécessaire pour les différencier entre eux. Foncez sur ce disque (encore...) !

note       Publiée le lundi 24 juin 2002

partagez 'Human' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Human"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Human".

ajoutez une note sur : "Human"

Note moyenne :        68 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Human".

ajoutez un commentaire sur : "Human"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Human".

Jean Pierre Moko › mardi 16 décembre 2014 - 19:34  message privé !

ultime

Note donnée au disque :       
pyosisified › samedi 16 novembre 2013 - 02:20  message privé !

Typo dans le line up, c'est Di Giorgio (ou DiGiorgio, m'enfin avec 3 i quoi) à la basse, pareil pour la chronique de l'album suivant. J'en dors pas depuis 2011 !

Note donnée au disque :       
Nicko › lundi 18 mars 2013 - 13:46  message privé !
avatar

voilà...

pyosisified › lundi 18 mars 2013 - 13:42  message privé !

Y a une coquille dans la tracklist, "6/ See through dreams" sans "the". Il est jamais trop tard 10 ans après !

Note donnée au disque :       
Seijitsu › dimanche 17 mars 2013 - 20:09  message privé !

Si vous ne ressentez pas un contraste énorme entre The sound of perseverance et ce Human, alors c'est que vous êtes sourds. Du grand death metal et le sommet de Death par la même occasion. Pas d'accumulation de plans, des riffs à la fois efficaces et inventifs et une durée parfaite qui empêche toute indigestion. La voix a nettement moins de charme que celle d'un David Vincent ou d'un John Tardy, mais on finit par s'y faire avec le temps. Surtout que la musique vaut la peine pour qu'on fasse des efforts.

Bon comme tout album de Death, ça sent un peu trop la machine parfaitement huilée et chercher de l'émotion et des ambiances là dedans est vain (sauf sur l'immense "Cosmic sea"), mais il faut avouer qu'une fois de temps en temps, cette débauche de brutalité et de technique fait du bien.

Note donnée au disque :