Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKillah Priest › Behind The Stained Glass

Killah Priest › Behind The Stained Glass

cd • 16 titres • 61:49 min

  • 1I Believe
  • 24 Tomorrow
  • 3A Crying Heart
  • 4Hood Nursery
  • 5Redemption
  • 6Profits of Man
  • 7The World
  • 8Vintage (Things We Shared)
  • 9Looking Glass
  • 10I Am
  • 11The Beloved (The Messenger)
  • 12Jeshurun
  • 13God's Time
  • 14Born 2 Die
  • 15O Emmanuel (Zoom)
  • 16The End Is Coming

line up

Killah Priest (MC), DJ Woool (production)

Musiciens additionnels : Kount Fif, Thoro Tracks, Magnetic (productions), Jeni Fujita, 60 Second Assassin, Allah Sun, Victorious (MC's)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
underground

J'avais pas mal accroché à ce Killah Priest à sa sortie, acheté à l'aveugle sur la foi de quelques extraits rapidement entendus (tel le magnétique "God's Time" ou le final prophético-dark "The End Is Coming"), alors qu'il n'était sur le papier qu'une compilation de chutes studio de The Offering un peu augmentée. Depuis, j'avoue ne l'avoir pratiquement jamais ressorti... Alors qu'il est plutôt bon. Amateur, mais valide, et peut-être même un chouia meilleur que The Offering malgré - ou grâce à - ses productions moins clinquantes et surtout plus homogènes (un seul producteur plus deux-trois guests). La pochette arrive pourtant à être encore plus moche que celle de The Offering, ce qui est un exploit, dans le genre collage d'apprenti vitrailliste bourré. Et le son y est en effet nettement plus underground, parfois bien dégueulasse, voire pathétique (les beats souvent indigents comme sur "Profits of Man" ou "Jeshurun"), quand il ne propose pas simplement des beats synthétiques qui semblent dater de l'underground west coast circa 1994 ("Looking Glass"). Les samples un peu triomphaux le font pas toujours (cuivres, cuivres !), car il faut dire que DJ Woool est tout sauf un producteur marquant, juste un de ces innombrables RZA de poche, mais Behind the Stained Glass a un feeling bien plus mélancolique qu'avant ("4 Tomorrow"), moins bourrin, même franchement triste par moments, qui, combiné au flow pas du tout plaintif du Killah, donne un petit charme à cet album et me le rend attachant malgré ses airs d'épave. Serait-ce finalement son meilleur album depuis Heavy Mental ? Tout ça ne veut pas dire grand chose tant les attentes ont été orphelines. Mais le MC porte toujours ses couilles, rappant avec force même quand la prod est à la ramasse, ne relâchant jamais la pression mentale qu'il s'inflige depuis des années, même pour une berceuse étrange ayant des airs de Esham sur violons ("Hood Nursery") et quelques refrains chantés limite mielleux. Killah Priest est un excellent MC et je regretterai toujours qu'il n'aie pas été mieux entouré... Après celui-ci, Killah Priest va encore plus galérer et ne sortir que des albums de plus en plus confidentiels et inégaux (jusqu'à un certain point d'explosion), oublié comme le dernier des curés déblatérant ses sermons dans une église coincée entre un stade olympique et un centre commercial gigantesques. Behind the Stained Glass est cet album de survivant, usé, sans appui de poids, mais toujours sur le qui-vive, accroché à ses saintes-écritures dans un monde technologiquement à son climax et moralement en ruines. Déprimant.

note       Publiée le mercredi 22 avril 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Behind The Stained Glass".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Behind The Stained Glass".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Behind The Stained Glass".