Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKillah Priest › The Offering

Killah Priest › The Offering

cd • 17 titres • 60:16 min

  • 1The Offering (Intro)
  • 2Salvation
  • 3Gun 4 Gun
  • 4How Many?
  • 5Uprising
  • 6Melodic Part 2
  • 7Priesthood
  • 8Inner G
  • 9Ghetto Jezuz
  • 10The Offering
  • 11Truth B Told
  • 12Osirus Eyes
  • 13Stand Still
  • 14The PJ’s
  • 15Happy
  • 16Essential
  • 17Till The Angels Come*

line up

Killah Priest (MC)

Musiciens additionnels : Hell Razah, Nas, Ras Kass, 4 Horsemen, Blood Sport, Immortal Technique, Zariya (MC's), MOD The Black Marvel, Arythmetic, Kount Fif, Subliminal, Shakim Allah, Jordan River Banks, DJ Sane 720, 4th Disciple, Chucky Madness, Ciph Barker, Bn Grymm, Shakim Allah, DJ Huggy (productions), Starry James (chœurs)

remarques

[*] piste bonus

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
underground

L'introduction nous inquète avec son beat fatigué, mais c'est un leurre car le titre se déploie enfin et nos craintes s'évanouissent, pour un moment du moins : Killah Priest est linéaire, mais compact. Déterminé car prêcheur, malgré des productions qui ne suivent pas toujours. Il a le flow appuyé du vétéran, sévère et discipliné, avec cette pointe d'âpreté si particulière, et ces textes assez limpides à l'oreille rompue qui se permettent quelques rappels sur la motivation prophético-surjouée du lascar. Cette instru mystico-wu-tangienne nous laisse espérer un album possiblement grand. Mais The Offering, sous sa pochette à l'artwork involontairement parodique et parfaitement grotesque, sera juste du Killah Priest de croisière, un peu bling-bling, pour amateurs confirmés : un album bancal mais assez solide, dans le plus pur style mystico-Wu-Tang du nouveau millénaire, parfois assez comparable en qualité aux titres moyens que le collectif de la 36ème chambre sortait dans les années 2000, avec un Killah Priest qui s'essaie à plusieurs approches, saturé de producteurs (du n'importe quoi à ce niveau, presque un par titre), toujours axés mélodiques et souvent catchy. Même s'il ne retrouvera certainement jamais la subtilité et la singularité de Heavy Mental, on s'en contente, blasé. Rien ne dépasse dans ce gros rap austère et politiquement orienté, avec ce qu'il faut de puissance, même si je regrette cette touche stéroïdée à la Jedi Mind Tricks (qui a influencé beaucoup de rappeurs vieillissants), ce côté rap camion et symphonique qui bourrine ici et là, comme un embonpoint ingrat. Mais Killah Priest n'est pas Vinnie Paz, il a un charisme un peu plus épais. Le titre produit par 4th Disciple avec entre autre invité Ras Kass est sans surprise assez costaud. Sur le succint mais puissant "Truth B Told", Killah Priest rappelle qui il est et quelles sont ces vues sur l'industrie du disque, en indépendant féroce. Comme Professor Griff en marge des autres membres de Public Enemy, le Prêtre Tueur est un MC parfaitement lucide, et son austérité un peu lâchement taxable d'intégrisme lui permet d'aligner des sentences telles que suit : "I read Judas' scriptures, only warned me to be true to my niggas, and getting corrupt, like Catholic church, and child nudity pictures. That's like the Virgin Mary performing Kama Sutra with Hitler." Killah Priest est plus que jamais ce rappeur qui nous rappelle davantage l'archevêque Richard Williamson que Malcolm X. MC à l'austérité religieuse toujours atypique. Et puis il y a Nas sur ce disque, accessoirement... Le featuring n'est pas très mémorable, mais Nas est en forme, ce qui suffit amplement à contenter son homme. L'album s'essoufle un peu sur la durée et les deux titres laid back "The PJ’s"/"Happy" sont parfaitement superflus et aussi banals et plats que possible (désolé pour la dédicade à ta grand-mère Killah, que ses confitures soient bénites sur la terre comme au ciel), mais rien de honteux tout de même. Il n'y a rien de très intéressant à raconter sur The Offering finalement, et cette chronique laborieusement journalistique reflète le manque d'excentricité purement artisane de la chose : c'est un disque de rap hardcore/conscient plutôt respectable des années 2000, ce qui fût somme toute assez rare... A conserver sans en attendre plus que quelques frissons épars.

note       Publiée le mercredi 22 avril 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Offering".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Offering".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Offering".