Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeath › Leprosy

Death › Leprosy

8 titres - 38:49 min

  • 1/ Leprosy
  • 2/ Born dead
  • 3/ Forgotten past
  • 4/ Left to die
  • 5/ Pull the plug
  • 6/ Open casket
  • 7/ Primitive ways
  • 8/ Choke on it

line up

Bill Andrews (batterie), Terry Butler (basse), Rick Rozz (guitare), Chuck Schuldiner (guitare, chant)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

Dire que "Scream bloody gore" révolutionna le monde du metal extrême tient du doux euphémisme. Des dizaines de groupes y trouvèrent leur nouvelle source d'inspiration, donnant lieu à de nombreuses copies. Alors quant à y donner une suite, le challenge s'avérait difficile. Et pourtant, ce "Leprosy" est un massacre ! Si "Scream bloody gore" posait les bases du death metal, "Leprosy" en définit les règles, les gimmicks, tout ce qui fait de ce style celui que l'on connaît aujourd'hui. C'est-à-dire une musique rapide comme l'éclair, violente et brutale à souhait, des vocaux arrachés (les plus violents de Death, toutes périodes confondues), des guitares distillant riffs meurtriers sur riffs assassins, et solos éblouissants. Ajoutez à cela une technique irréprochable et surtout utile, ainsi que des compositions non-linéaires (contrairement à l'album précédent) riches en breaks, accélérations et autres interludes plus lents, et vous comprenez bien entendu que ce "Leprosy" est certainement tout simplement l'un des meilleurs albums de death metal de l'histoire. si vous restez sceptique, jetez une oreille sur "Born dead", "Pull the plug", "Open casket", ou "Choke on it" tous cultes et connus par une majorité des metalleux. Mention spéciale au batteur qui se déchaîne complètement sur ce disque et qui nous offre un jeu des plus brutaux. Bref, avec "Scream bloody gore", ce "Leprosy" constitue le duo infernal que tout amateur de death metal DOIT posséder !

note       Publiée le lundi 24 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Leprosy".

notes

Note moyenne        53 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Leprosy".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Leprosy".

surimi-sans-mayo › vendredi 14 août 2020 - 11:30  message privé !

Me faire insulter par heirophant, c'est un peu comme un coup de boule de Wesley Willis. J'ai l'impression que ma participation sur guts prend enfin du sens.

Note donnée au disque :       
heirophant › vendredi 14 août 2020 - 11:24  message privé !

Tu as tout à fait le droit d'avoir des goûts de chiottes.

Note donnée au disque :       
surimi-sans-mayo › vendredi 14 août 2020 - 11:14  message privé !

Et on a aussi bien le droit de trouver son style chiantissime au monsieur, paix à son âme.

Note donnée au disque :       
heirophant › vendredi 14 août 2020 - 09:10  message privé !

D'une, commence par nettoyer le sperme dedans tes noreilles. De deux, il est vrai que cet album présente quelques défauts : les solos peu inspirés de Rickroll, heureusement courts, le son de la caisse claire sur les deux derniers titres qui change bizarrement pour faire concurrence à St Anger, et les titres Forgotten past et Primitive ways qui sont moins bons. Mais pour tout le reste, ça déboîte sa maman. C'est une usine à riffs qui tuent, ça reste assez primitif tout en étant bien plus varié et mieux construit que le premier, avec déjà des mesures asymétriques qui pointent le bout de leur trique. Bill Andrews, qui se vautrera sur le suivant, fait ici un travail remarquable et pousse au air drum. La prod est monstrueuse, puissante et poisseuse à la fois. Niveau ambiance, on est tellement au-dessus de tous ces groupes post-modernes de chiasse accordés 10 tons en-dessous qui essaient de faire passer un bruit de chasse d'eau pour le summum de la evil attitude. Et pour Death en particulier, à part les zicos dont il s'entoure qui changent à chaque album, la base restera la même. Le style si particulier de Chucky est déjà là.

Note donnée au disque :       
vigilante › jeudi 13 août 2020 - 20:18  message privé !

Autant avant il me faisait sauter au plafond, autant après toutes ces années je trouve qu'on s'y emmerde un brin. Il est presque trop prévisible. En tout cas ce soir il ne m'a pas vendu du rêve. Même avec le remaster.