Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDestruction › Release from Agony

Destruction › Release from Agony

cd • 8 titres • 37:22 min

  • 1Beyond Eternity1:11
  • 2Release From Agony4:41
  • 3Dissatisfied Existence4:31
  • 4Sign Of Fear6:41
  • 5Unconscious Ruins4:23
  • 6Incriminated5:19
  • 7Our Oppression4:47
  • 8Survive To Die5:30

enregistrement

Produit par Kalle Trapp.

line up

Schmier (basse, voix), Olly (batterie), Harry (guitare), Mike (guitare).

remarques

Première édition (CD, LP) par Steamhammer. Rééditions et repressages multiples en CD, LP et cassette depuis chez Steamhammer, Profile notamment.

chronique

Destruction, groupe allemand, si allemand qu'on l'a regroupé autour d'un big Four, voire big Three plus Un diront les mauvaises langues. Big 3/4 de quoi ? Ben du thrash teuton bien sûr ! Le big four, avec Tankard (le "plus un"), Kreator et Sodom. Et Destruction. Alors, comment pourrait-on différencier ce groupe des autres ? Parce qu'on sait très bien que c'est un truc de journalistes ces big machins, y a quand même une grosse différence entre Anthrax et Slayer dans l'équivalent américain par exemple... Ben je dirais que la grosse différence commence à s'entendre sur cet album. Déjà, il décroche la timbale de la couverture la plus, euh... comment dire... années 80 ? Thrash ? Thrash des années 80 ? Très naïvo-gore, avec un peu de Pushead dans le côté sang+bandages, un peu de bizarrerie dans l'illustration de la souffrance de la vie sous les traits très BD d'un des monstres du film le "Labyrinthe de Pan" - les yeux dans les mains... Derrière le disque, le groupe pose - le mot est faible - comme une bande de chevaliers du metal tout en cuir, montrant bien haut leurs instruments respectifs, un peu comme dans un catalogue d'instruments de musique. Et la musique alors ? Ben, c'est du thrash, mais pas vraiment celui que j'avais pu entendre de ce groupe dans leurs disques précédents, beaucoup plus "technique", traduction : ressemblant plus à du Coroner qu'à du Venom... Ces compositions complexes me perdent donc parfois, et je me retrouve coincé entre trois morceaux et demi de branlettes de manche... mais elles dégagent quand même une aura de bizarrerie glauque, comme lorsqu'on regarde longtemps la pochette de cet album - essayez, vous verrez, c'est super. Les réceptions et écoutes de ce disque sont en fait variées chez moi : l'agacement éprouvé en écoutant la voix particulièrement grinçante du chanteur se transforme parfois en kif pur tellement elle parait goguenarde ; la fatigue subie par ces enchainements de riffs incessants laissant parfois le batteur en queue du peloton mute en headbanguing mollasson et décadent ; enfin, cette envie de comparer ce disque avec autre chose de l'époque (Sodom ?) laisse place à une écoute attentive de ce son laissant à l'auditeur le loisir de bien découper en rondelles tous les instruments du groupe. Je me suis donc senti un peu dupé au début, m'attendant encore une fois à une grosse tambourinade très "straight forouardeuh", mais la réception finale de ce jet putride de shreds maléfiques titille forcément en moi les restes d'admiration pour les dingos de la guitare héroïco-thrash, comme des avatars ténébreux de Malmsteen. Un album donc pas très facile à dompter, mais qui saura ravir les admirateurs de musiques un peu de travers, un peu boiteuses, brutales par moments, malsaines par d'autres, mais aussi ultra fendardes, selon l'état d'esprit éprouvé.

note       Publiée le lundi 9 mars 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Release from Agony".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Release from Agony".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Release from Agony".

metalgrave › lundi 20 septembre 2021 - 21:00 Envoyez un message privé àmetalgrave

ce que je reproche a ce band , niveau agressivité c'était clairement en dessous SODOM et KREATOR

Note donnée au disque :       
zugal21 › mardi 26 janvier 2021 - 18:03 Envoyez un message privé àzugal21

Pour répondre au Corbeau, je dirais que ce qui est carrément Vivaldien c'est le solo de " The Ritual " sur Infernal Overkill

Note donnée au disque :       
Raven › mardi 26 janvier 2021 - 14:57 Envoyez un message privé àRaven
avatar

Tu cites aussi Malmsteen, et je dois dire que Destruction m'y fait plus penser qu'à Coroner !

Rastignac › mardi 26 janvier 2021 - 12:37 Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Je sais pas qui à qui tu t'adresses, mais c'est la comparaison que je fais dans cette chronique... :)

Note donnée au disque :       
Richter › mardi 26 janvier 2021 - 10:48 Envoyez un message privé àRichter

Celui-ci aussi je l'ai en LP en première édition. Très bon compromis entre la virtuosité des riffs et le bourrinage. Au lieu de comparer ça à Sodom, vaudrait mieux le faire avec Coroner je trouve. Excellent album en tout cas.

Note donnée au disque :