Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTerminal Cheesecake › Johnny Town Mouse

Terminal Cheesecake › Johnny Town Mouse

lp • 10 titres • 33:25 min

  • face A
  • 1Johnny Town Mouse6:13
  • 2Bone of a Saint2:34
  • 3Trout1:55
  • 4Jaw3:11
  • 5Car First2:00
  • face B
  • 6Bladdersack3:36
  • 7Angel-Worm2:29
  • 8Kugelshreiber2:26
  • 9Mustard Gas3:13
  • 10Terminal Head-fuck5:49

enregistrement

Enregistré et mixé au Von's, Londres par Pete Peck. Produit par Terminal Cheesecake

line up

John Jobbagy (batterie), Russell Smith (guitare), Gary Boniface (voix), Mick Parkin (basse), John Jobbagy (batterie)

remarques

All tracks written by Terminal Cheesecake. Lyrics to 1. by Beatrix Potter

chronique

La première raison d’être de Terminal Cheesecake, d’après quelques légendes de disquaires, était d’être une version Brittiche des Butthole Surfers. Ceux qui connaissent le groupe Américain (et si vous venez lire cette chronique ici, il y a de forte chances que vous soyez déjà au courant de l’absurde existence de la bande à Gibby & Leary) se mordront surement les doigts d’angoisse ou d’excitation. Après un premier EP tout à fait foutraque, voici le premier album d’un groupe qui finalement dépasse largement la notion d’hommage. Oui, ce ‘Johnny Town Mouse’ pourrait très bien être comparé aux vieux Buttholes dans leurs débordements consommatoires et leur façon d’aller nulle part avec une conviction de templier. Sauf que chez Cheesecake, l’humour devient noir de noir, l’esprit fun d’adolescent encore bon enfant est annihilé, le regard d’adulte déviant n’apparait que trop clairement, et des oreilles de ce Johnny Town Mouse, on extrait surtout l’huile malsaine pour la diluer dans son whisky bon marché du matin. ‘Trout’ et ‘Mustard Gas’, les deux morceaux tirant le plus vers l’expérimentation dure (respectivement une bouillie de samples et un raclement de fond de parking) sont des balises de cette ambiance poisseuse, et toutes les rythmiques des autres morceaux ne font que donner des ossements de fonte à cette chair de guitares psychénoiseuses et à cette moelle contre nature. Une fois le tout assemblé, les dégâts sont gros. De ce morceau d’ouverture en roue libre, de ce ‘Car First’ (repris au passage par les autres fous furieux de GOD sur un split… je vous laisse imaginer le massacre), de ces bandes passées à la pale d’hélico sur la fin de ‘Bone of a Saint’, de ce ‘Kugelshreiber’ qui fait physiquement mal au cervelet, jusqu’à la foire totale du ‘Terminal Head Fuck’, on traverse un gros parcours du combattant qui ne fait pas de cadeau pour les oreilles. Johnny Town Mouse est sans conteste le disque le plus frontal du groupe, et la seule chose que pourront faire les albums suivant pour aller plus loin, c’est de le surpasser dans la bizarrerie... La limite de l’agression, elle, a déjà été atteinte.

note       Publiée le mardi 30 juin 2015

Dans le même esprit, sergent_BUCK vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Johnny Town Mouse".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Johnny Town Mouse".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Johnny Town Mouse".

cyberghost › jeudi 9 juillet 2015 - 02:21  message privé !

Butthole Surfers ouais, les deux noms sont d'ailleurs dans le même esprit génialement idiot.. Butthole Surfers version Skullflower des débuts...

Note donnée au disque :       
taliesin › jeudi 2 juillet 2015 - 08:27  message privé !

Dans le genre de références à la littérature destinée aux jeunes (bien que l'on sait que les écrits de Lewis Carroll ne se limitent strictement pas à ça), il y a la pochette de leur second album, V.C.L. (http://cdn.discogs.com/Jx7hyaBQqfrpj3pfoA7Xh32Y6I8=/fit-in/300x300/filters:strip_icc():format(jpeg):mode_rgb()/discogs-images/R-989689-1181529282.jpeg.jpg)

Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 30 juin 2015 - 19:57  message privé !
avatar

cédémalad !

sergent_BUCK › mardi 30 juin 2015 - 16:06  message privé !
avatar

difficile de certifier, vu le lourd traitement que se prends la voix sur le morceau... mais très probable que oui, puisqu'à la base Johnny Town Mouse est aussi un livre écrit par Beatrix Potter.

J'imagine très bien Gary Boniface balancer ce texte depuis un bouquin qui trainait dans le studio... ce genre de pratique s'est déjà vu, et ça marche souvent pas mal !

Note donnée au disque :       
nicola › mardi 30 juin 2015 - 15:50  message privé !

Beatrix Potter ? Celle de Peter Rabbit ?