Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJackdaw With Crowbar › Sink Sank Sunk

Jackdaw With Crowbar › Sink Sank Sunk

ep | 4 titres | 14:29 min

  • A
  • 1 Sunk by an Iceberg [5:44]
  • 2 Redstar Loco [2:59]
  • B
  • 3 Amerillo [2:20]
  • 4 Fuck America [3:26]

enregistrement

Face A enregistrée par John Crossley au Squaredance, à Derby. Face B enregistrée au Red Spot par Tim Ellis.

line up

Tim Ellis, Fergus Durrant, Dave Tibbats, Dan Morrison

remarques

"Amerillo - a town in Texas - provides AMERICA with nuclear warheads"
Le disque est fourni avec une carte postale

chronique

Vous, bande de petits musiciens amateurs… plus la peine de chercher à composer le meilleur morceau du monde, Jackdaw With Crowbar l’a déjà fait. ‘Sunk by an Iceberg’ n’est jamais passé au top 50, mais aurait bien mérité de faire chavirer les dancefloors tout autour de la terre depuis des années. Tube intersidéral du groupe, ils en ont incorporé des versions sur à peu près tous leurs enregistrements. Et celle-ci est sans nul doute la plus percutante et incisive. Propulsé par une rythmique disco à base de pluie de pains de glace, cet espèce de rock crado relate les derniers instants du Titanic (l’histoire poétique et fataliste des musiciens à bord qui continuèrent de jouer jusqu’à la fin du naufrage…), sauf qu’ici tout n’est qu’autodestruction corporelle, réverbération insondable de la fonte broyée, mouvement de panique et défonce mystique sous la pression montante, pendant que la guitare essaie d’envoyer des S.O.S en morse. Surement plus proche de ce qui s’est vraiment passé ce soir là en antarctique. Non contents de cette première tuerie, les bougres retournent tout de suite le pic de glace dans la plaie avec ‘Redstar Loco’ et sa délicieuse intro chaotique de laquelle émerge lentement une sautillante rengaine hystérique. Avant même que l’on comprenne ce qui nous arrive, nous voilà en train de danser le twist collé au plafond, pendant que des aliens s’exercent à jouer des polyrythmes sur le mur perpendiculaire. Vraiment hallucinant ! La face B nous entraine avec Amarillo dans son carnaval déjanté, histoire de reprendre pile là où la face A s’arrêtait : toujours aussi dingue. Pourquoi s’arrêter sur une si belle lancée ? Enfin, sur Fuck America le groupe règle explicitement ses comptes au mégaphone avec la première nation du monde, sur une rafraichissante parodie cow-punk... Voilà. Voilà en quelques lignes une brève description du second EP balancé par le groupe à notre tronche. Un enchainement de titres qui laisse sans voix, une suite tout à fait logique d’absurdités insensées. Un aboutissement dans une discographie déjà presque trop parfaite.

note       Publiée le mardi 12 mai 2015

Dans le même esprit, sergent_BUCK vous recommande...

partagez 'Sink Sank Sunk' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sink Sank Sunk"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sink Sank Sunk".

ajoutez une note sur : "Sink Sank Sunk"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sink Sank Sunk".

ajoutez un commentaire sur : "Sink Sank Sunk"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sink Sank Sunk".