Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThinking Fellers Union Local 282 › Lovelyville

Thinking Fellers Union Local 282 › Lovelyville

  • 1991 • Matador OLE 031-1 • 1 LP 33 tours
  • 1991 • Matador OLE 031-2 • 1 CD

lp • 15 titres • 46:31 min

  • Face A
  • 1Four O'Clocker 23:25
  • 2Not This World1:13
  • 3Nail In The Head6:04
  • 4Green Eyed Lady3:44
  • 5Mother Uncle Delicious Tasty0:55
  • 6The Streets Vibrated With Traffic And Power Tools0:16
  • 7Mark My Words0:40
  • 8Push0:32
  • 9More Glee6:16
  • Face B
  • 10Big Hands2:45
  • 11The Marshall1:29
  • 12Sinking Boats4:48
  • 13Motorin' Flarey Jenkins2:34
  • 142x4s4:25
  • 15Nothing Solid7:18

ep bonus sur l'édition cd • 7 titres • 10:56 min

  • 1Maverick1:36
  • 2Wonderbread Display0:33
  • 3The Meat Display1:31
  • 4Strife Is Good2:08
  • 5The Marshall's Boonts0:32
  • 6The World Is Changing For Good0:53
  • 7The Demise Of Craig3:40

enregistrement

Enregistré par Greg Freeman aux Lowdown Studios, San Francisco, et aux Thwart Studios à Oakland. Produit par TFUL282 et Greg Freeman.

line up

Paul Bergmann (batterie), Mark Davies (basse, guitare, baritone, Casio, batterie, voix), Anne Eickelberg (basse, voix), Brian Hageman (guitare, violon, mandoline-guitare-harpe, bandes, voix), Jay Paget (batterie), Hugh Swarts (guitare, voix)

remarques

chronique

Il n’est pas évident de s’approcher de la musique des Thinking Fellers. Évoluant dans des sphères noise-rock foutraque qui peuvent vaguement rappeler leurs confrères de Trumans Water, les Fellers se retrouvent plutôt du coté de ceux qui font une musique hors-normes, poussée assez loin dans le domaine. Voyez plutôt : Dès les premières secondes, on est projeté dans un fatras orgiaque, la grosse foire dans le jardin du voisin à laquelle on a invité tout le quartier à son insu. Une fiesta clownesque et décadente où tout débordement en plus d’être permis est encouragé. Et malgré des passages plus calmes, on est balloté comme ça tout le long du disque jusqu’au monstrueux ‘Nothing Solid’, qui préfigure le cauchemar sonore que le groupe sortira un an plus tard. C'est truffé d’interludes, des parcelles musicales qui installent chacune une atmosphère particulière, souvent dérangeante… on en croise des fois plusieurs à la suite, quand ces vignettes ne sont pas tout simplement glissées à l’intérieur des vrais morceaux eux-mêmes... Oui, il y a de toute évidence aucune envie de marquer les auditeurs par des refrains sympathiques, encore moins de tenter d’accrocher l’oreille dès la première écoute… Et surement pas envie de plaire tout court, finalement ! On nous déballe ça tel quel, et à nous de nous débrouiller pour recoller les morceaux selon notre bon vouloir. Si bien qu’on ne sait en fait pas si on a affaire à un groupe radicalement anticonformiste qui massacre volontairement chaque chanson qu’il écrit, ou bien à une bande de barjots tout simplement incapables d’en écrire une bien droite, de chanson. Quoi qu’il en soit, ce disque est fun et bourré de richesses, mais ne supportera certainement pas une écoute distraite, au risque de devenir tout simplement pénible. Enfin... pas d’inquiétudes, les TFUL282 vont nous démontrer que la curiosité est une splendide qualité.

note       Publiée le dimanche 8 novembre 2020

Dans le même esprit, sergent_BUCK vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lovelyville".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lovelyville".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lovelyville".

Klarinetthor › jeudi 12 novembre 2020 - 01:24  message privé !

on a l'impression que ça va être un peu long au debut si ça se répète mais en fait pas du tout. Ils piochent dans pas mal de trucs en fait mais en proposant leur propre mélange, pas très synthétique d'ailleurs. Il y a pas exemple à deux endroits une gratte très sonicyouthienne qui ressort et puis pof elle est partie. Je connaissais pas ce disque et très peu le groupe mais ça donne envie d'explorer.

Note donnée au disque :       
ericm › mercredi 11 novembre 2020 - 22:29  message privé !

et bien pour moi c'est simple, leur LP sorti en 1994 "strangers from the universe" est l'un des meilleurs disques de tous les temps

sergent_BUCK › mardi 10 novembre 2020 - 03:44  message privé !
avatar

Ah mais il y a du Trout Mask dans les Thinking Fellers, ou au moins des résidus et retombées, comme dans 95% des disques de noise rock un tant soit peu déjantés de ces 3-4 dernières décennies je pense... Après il y a aussi le fait que c'est une influence bien digérée, ce qui rends la musique plus fun, le coté DIY expé dont parle Sissor Man aidant pas mal aussi.

Sinon, le reste de leur discographie est en route. Il serait vraiment dommage de s'arrêter à ce Lovelyville ! c'est typiquement le genre de groupe sur lequel il vaut mieux s'acharner, ça finit toujours par payer.

Note donnée au disque :       
Procrastin › mardi 10 novembre 2020 - 03:22  message privé !

La chro me faisait craindre à tord un Trout Mask Replica (dont tu sembles être un fervent sectateur), ben c'est juste très fun, libre et bordélique. C'est cool, merci!

Scissor Man › lundi 9 novembre 2020 - 19:05  message privé !

J'ai que le dernier (2001), toujours aimé ce côté foutraque avec un goût d'inachevé, DIY expérimental où tous les musiciens sont aussi chanteurs/chanteuses. Le premier groupe qui migre de l'Iowa vers San Francisco. Je vais faire un tour du côté de leur bandcamp.