Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLa Race › 4cm de mon Amour

La Race › 4cm de mon Amour

lp • 6 titres • 31:42 min

  • A
  • 1Isséi le Cooker/Les Chiens7:59
  • 2Nicole/Emilie3:14
  • 3Chiale5:14
  • B
  • 4Diable Blanc5:34
  • 5Pilule d'Hitler2:28
  • 6La Peste/Life is Shit7:12

enregistrement

Enregistré au Poulailler, été 2013 par Seb Normal. Mix et Master plus tard par Phil Scrotum, avec les conseils acharnés de Bâton.

line up

Romain Bouge (batterie), Klaus Legal (guitare), Romain Putevie (voix)

remarques

Artwork : J. et Spanglor
Album téléchargeable sur le site de Mon Cul : http://moncul.org/category/la_race

chronique

Styles
noise rock
Styles personnels
viande crue et couteaux pointus

Qu’attendre de ce nouveau La Race ? A peine j’en avais appris l’existence que le froid dans le dos commençait à monter. Pour moi, La Race aurait pu s’arrêter après son 12’’, tant la simple formule semblait avoir atteint ses limites. "MANGE LE COUTEAU" résonnait et résonne encore dans ma tête comme un traumatisme post non-assistance à personne en danger, moi qui avait laissé tourner le vinyl jusqu’au bout sans intervenir. Après un passage par les bacs à disques des caves de La Cantine, me voilà avec l’objet entre les mains. Pochette cartonnée épaisse, bien imprimée… Comparé à la teneur ‘fait maison’ des disques d’avant, on se retrouve avec du pro, du usiné. Ce ne sont plus des petits méfaits isolés, ce disque nous rapproche de la confrérie pirate, de l’association de crapules, de la bande de malfrats avec les pseudos qui vont avec… "Phil Scrotum", "Bâton"… pas sûr de vouloir rencontrer un type qui se fait appeler ‘bâton’, pour ma part. ‘4 cm de mon Amour ?’ c’est donc ça… la résistance moyenne de la masse musculaire ferait elle que la plupart des lames se plantent à plus ou moins 4 cm de profondeur ? Je respire un grand coup et je lance l’appareil… Oh non, vous ne m’aurez pas avec cette introduction lente et glauque… comme si je ne m’attendais pas à ce qui allait me tomber sur le coin de la tronche. Et voilà, ça ne rate pas. L’autre arrive sournoisement avec son baril de lames rouillées et la seconde d’après je me retrouve enseveli sous les coupures. Romain le Cogneur est toujours aussi sec sur ses percussions… souvent à la limite de l’indus. De celui où les machines ont picolé de l’huile d’alambic et se mettent à tourner à plein régime, un peu en biais. Romain le Cracheur, lui, semble avoir continué son régime à base de crème de barbelés. C’est avec joie qu’on retrouve son raclement de gorge teinté de râle matinal, et c’est avec soulagement qu’on ne comprend toujours pas les paroles. Enfin si, parfois : ça parle de chiens qui ne laissent rien derrière eux, de Diable blanc qu’il faut faire sortir, de Peste qui arrive… Et d’autres joyeusetés qu’on se serait bien passé d’entendre, finalement. ‘Les Chiens’ fait d’entrée de jeu très mal. Le morceau se grave au couteau dans la tête dès la première écoute. Et puis il y a ‘Chiale’, la pure méchanceté… ou l’affreux jojo, non content d’avoir volé et cassé notre jouet sous le nez continue de nous mettre des mandales pour avoir la satisfaction de nous voir pleurer encore, encore plus. Et cette face B, plus lente, plus perfide. Pas la moindre sonorité confortable, comme dans un test d’endurance, et même si le disque n’est pas long, on est poussé à bout. De Diable Blanc et ses paroles graveleuses, de Pilule d’Hitler, avec sa syncope qui donne des nausées… toutes les oreilles, y compris les plus robustes seront mises à l'épreuve. Et voilà la Peste qui commence… plus de rythme ici, il n’y a qu’un gros nuage grisâtre qui arrive, qui arrive, qui arrive… Jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Plus rien à jeter aux chiens, plus rien à faire chialer, plus rien à faire sortir… Plus rien de mes tympans. Allez les gars, merci pour tout votre amour mais, dites vous qu'il va falloir faire encore plus costaud pour la prochaine ! En attendant, je vais aller reposer un peu mes acouphènes avec du John Cage, moi.

note       Publiée le mardi 3 février 2015

Dans le même esprit, sergent_BUCK vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Dioneo
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "4cm de mon Amour" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "4cm de mon Amour".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "4cm de mon Amour".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "4cm de mon Amour".

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

"Radical", sinon... Ça colle bien aussi (cf précédemment dans le topic écoutes, je cherchais le mot, j'avais trouvé "extrême", à propos de l'album suivant et du groupe tout court).

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Bordel, Diable Blanc... C'te voix, quoi. (Passe toujours aussi "bien", et ça enchaîne très bien derrière un petit Veuve SS, en passant... La France a un formidable talent (à la masse + armes blanches), ouais, hum).

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

CHIALE ! CHIAAALLLEEE !! ALLEZ CHIAAAALLLLEEE !!!

'Tain... Je me remets celui-là et je me rappelle (décidément) la violence toute spéciale de TOUS les concerts que j'ai vu d'eux (y compris le dernier, où j'embauchais le lendemain à 4h30 du mat'... Il n'était pas question pourtant que je ne m'en colle pas une - de Race - pour apprécier le truc dans toute son ampleur... J'avoue que ledit samedi d'après avait été... Très long). Ce disque là défonce tout autant, ouais, que la version en direct des gars. Ce qui n'est vraiment pas rien. Et oui, le son plus net que sur les deux EP d'avant - eux carrément crades dans la non-prod - y fait pas mal. (Et Diable Blanc fait bien mal, entre autres, à ralentir comme ça le tempo en ouverture de face B, ouch).

Note donnée au disque :       
Procrastin Envoyez un message privé àProcrastin

Viscères au poing, pompe dans le derche, je fais plus le malin.

Note donnée au disque :       
Kronh Envoyez un message privé àKronh

Écouté ce week-end et rarement eu les yeux aussi exorbités par de la violence, à la fois subie et entendue. Bon disque, surtout la face A.

Note donnée au disque :