Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesECevdet Erek › Davul

Cevdet Erek › Davul

cd | 7 titres | 37:24 min

  • 1 Heal [7:22]
  • 2 Flow 1 [3:16]
  • 3 Flow 2 [3:25]
  • 4 Prepare [5:21]
  • 5 Kirast [5:26]
  • 6 Walnut Interlude [4:42]
  • 7 Dicylces [7:52]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré pendant deux jours à Berlin à partir d'improvisations. Pas de montage ni d'overdub.

line up

Cevdet Erek (davul)

chronique

Styles
musique improvisée
Styles personnels
tambour

Il tape sur des membranes et c’est numéro un. Dans sa ville on est fou comme on est musicien. Sur Açık Radyo il a des copains. Il fabrique sa musique et ça lui va bien. Cevdet Erek, batteur du groupe de métal expérimental Nekropsi et par ailleurs artiste contemporain reconnu, joue avec un davul. C’est quoi le davul ? Voyez l’illustration n°1. Large tambour à deux faces, joué du côté le plus épais avec le tokmak, une sorte de maillet pour assener des coups de basse, et de l’autre avec le çubuk, une baguette fine qui permet toute sorte d’oscillations rythmiques en usant du poignet. Ni plus, ni moins. Ca paraît sommaire et pourtant ça permet beaucoup, surtout avec la liberté de l’improvisation. On ne va pas se mentir, il faut dépasser quelques à prioris sur le fait de se taper quarante minutes de musique improvisée à partir d’un seul instrument percussif. Car à la longueur des écoutes, sans se focaliser sur quelque attendu que se soit, assez vite se dégage toute la richesse de l’instrument et de ce qu’en fait Erek. On oublie souvent un peu vite qu’un instrument du musique n’est rien sans un corps qui le prend en charge et qu’expérimenter c’est tout simplement voir qu’est ce qui se passe si on tape ici, comme ça, si on frotte dans cette zone, si on fait vibrer pendant quelques secondes, si on se laisse aller à tel tempo puis qu’on s’amuse à l’interrompre, le modifier, heurter d’autres zones et découvrir d’autres tonalités, faire surgir des harmoniques inattendues. En somme, laisser la musique s’exprimer presque seule au fil des intuitions, des idées, des accidents et des envies spontanées. Un simple tambour à deux faces, un maillet, une baguette et deux mains qui parcourent ces surfaces et c’est fou comment l’imagination peu partir très vite, très loin. D’autant que le background de Erek, influencé tout aussi bien par le jeu des musiques turques traditionnelles que par le métal et le drone, fait qu’il se passe de drôles de choses au fur et à mesure que se déroulent ces bouts d’impros sélectionnées sur plusieurs heures enregistrées pendant deux jours. Par la découpe, la sélection, sans le moindre overdub ni montage sonore, la répétition des écoutes, les variations de tons et de rythmiques créant des atmosphères bien différentes et singulières, produisent de vrais petit morceaux qui deviennent familiers. Pas de quoi siffloter sous la douche, certe, mais rien d’abscons, de volontairement impénétrable et encore moins de démonstration technique. Il faut ouvrir les oreilles, fermer les yeux pour peu qu’on ait pas le musicien devant soi, alors que sa pratique physique serait elle-même sans doute fascinante en soi, et se révèlent des petits mondes : ici un motif qui se fracture à coups de zébrures de fouets sur « Prepare », ailleurs un parfum d’indus artisanal, « Dicycles » où on croirait entendre un vieux moteur crachotant de tracteur, les deux parties de « Flow » aux prenantes effluves tribales. Toutes les composantes de l’instrument sont mises en oeuvre, parfois tout rentre en résonance et ça bourdonne par vague, parfois le silence trouve son espace entre chaque frappe, ménageant une tension permanente. C’est pas tous les jours qu’on entend un tambour faire tomber la pluie. Est-ce ici un animal qui gratte dans son terrier? Que de mystères avec si peu de moyens. Comme on sort le lapin du chapeau, il suffit de deux baguettes même pas magiques et d’un gros tambour pour invoquer une infinités d’infra-mondes.

note       Publiée le mardi 19 juin 2018

partagez 'Davul' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Davul"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Davul".

ajoutez une note sur : "Davul"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Davul".

ajoutez un commentaire sur : "Davul"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Davul".

(N°6) › mardi 19 juin 2018 - 21:10  message privé !
avatar

Ah, quelle chance ! Pas vu le film non plus, mais la musique est excellente en effet. (un cheval rétréci ? QUOI ?)

Note donnée au disque :       
glaire › mardi 19 juin 2018 - 18:25  message privé !

je l'ai vu à istanbul kadikoy y'a quelques mois jouer ce disque et c'était fabuleux. Il a aussi sorti en LP le très bon soundtrack de Frenzy (un film que je connais pas) que l'on m'a filé là bas contre un disque de cheval rétréci. Super ambiance avec juste son davul et quelques boucles, on dirait parfois du HNW granuleux.