Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSummoning › Dol Guldur

Summoning › Dol Guldur

cd • 8 titres • 68:44 min

  • 1Angbands Schmieden03:30
  • 2Nightshade Forests10:48
  • 3Elfstone10:51
  • 4Khazad Dúm10:57
  • 5Kôr10:59
  • 6Wyrmvater Glaurung03:05
  • 7Unto a Long Glory...09:37
  • 8Over Old Hills08:57

enregistrement

Enregistré et mixé au Tonstudio Hoernix par Georg Hrauda (octobre 1996).

line up

Protector (at) (guitare, claviers, voix), Silenius (basse, claviers, voix)

remarques

Paroles par Peter Kubik et J.R.R. Tolkien.

chronique

Styles
folk
metal extrême
black metal
Styles personnels
nazgul metal

Je vais encore être obligé de raconter une histoire, voire deux. Vers l'âge de dix/douze ans je fus happé par l'univers de Tolkien via "Les livres dont vous êtes le héros". Pourquoi ? Parce que dans la collection "Défis Fantastiques" il y avait une référence au Seigneur des Anneaux dans le laïus présentant la série. T'sais, juste le titre m'a attiré, c'est con, mais ensuite ce sont ces trois mots uniques qui ont uni ma psyché a un moment clé de la vie, celui où l'on se rend compte que des Mordor poussent dans tous les coins, mais que des Galadriel ou des Aragorn sont là aussi, si on sait taper à la bonne porte de la bonne auberge, genre "Poney Fringant". J'étais tellement imprégné des Terres du Milieu que je me suis envoyé la totale derrière, Silmarillion, Bilbo, ces poèmes de Tom Bombadil tellement mal traduits, Les contes et légendes inachevées et même des thèses sur le mec, des recueils d'articles, etc., enfin, le fan quoi. J'étais tellement imbibé qu'à un certain moment j'ai voulu voir en Tolkien une espèce de prophète de temps tellement anciens qu'ils avaient été oubliés par tous sauf lui, l'anglais d'Oxford, le philologue écolo. Je voyais cet oubli réparé par la cartographie (je refaisais la tectonique des plaques pour figurer la Moria dans les Alpes et la Comté dans le Bugey, c'est pas facile...), mais aussi par la linguistique, par la puissance du romanesque et de l'épique. Je crois que les mecs derrière Summoning ont dû forcément passer par au moins une de ces étapes... Obsédés par le J.R.R., nos autrichiens fleurons du label Napalm ont comme qui dirait recréé leur Tolkien. Comment ? En le black metallisant, et en mettant plein de synthés. Beaucoup, beaucoup de synthés, type trompettes, violons, piano, instruments à vents, orgues, chœurs, sifflotements, tout y passe, donc faudra vous y faire pour aimer... Ce fut longtemps rebutant pour moi, la liaison glaire d'orc et trompettes triomphantes. Et synthétiques. Mais après des heures passées le nez dans des RPG comme Baldur's Gate ou Might and Magic VI, j'ai enfoui dans mon inconscient un réel feeling avec l'alliage improbable du plastic et du fer, du sang froid de Smaug et du warg trop pixellisé. Leurs albums sont donc comme des guides Michelin de notre chère Terre qui êtes au Milieu, que votre nom soit sanctifié, ténébreuse, pleine de clochettes et de flutiaux : après Lugburz et Minas Morgul, nous voilà à Dol Guldur, une des tours de Sauron, celui qui se prend la pâtée dans le dernier épisode des films de Jackson pour les plus novices d'entre vous. La visite des caves et des tourelles de Dol Guldur se fera au rythme incantatoire d'une voix très raclée comme on l'écoute habituellement dans le black, des guitares très épiques et trémolées, beaucoup de folk mais très synthé-nineties, pleines de gros pixels, avec un casque à cornes trônant sur l'écran hénaurme du meuble "multimédia", au coin du salon. Très typé jeu de rôle, très mélodique, parfois un peu martial, comme une version rock synthétiseur de la BO de Barry Lyndon ou de Conan le Barbare, Dol Guldur saura faire vibrer la fibre du métalleux, car, tels les dieux sumériens, le pandémonium et la mythologie nordique, l'imagination monumentale du Vieux Maitre a parcouru sans cesse les sillons du hard rock, du heavy metal et du heavy psych, cf. Led Zeppelin, Black Sabbath, Cirith Ungol (facile çui là)... la liste est longue. A fortiori, les décennies métalliques suivantes resteront fidèles au créateur de ce monde complètement dingue. Summoning, planté comme une tour de Barad-dûr dans le flanc de cette tradition restera un des meilleurs ré-inventeurs de ce monde et du black dit "symphonique" ou "atmosphérique", navigant en père peinard aux frontières du kitsch en l'irriguant de folk, de vision cinématographique et de souffle inspirant. Le groupe saura par la suite encore plus emprunter à d'autres ressources folk et étoffer son propos, tout en gardant cette alliage metal / mélodies poignantes / lumière / obscurité. Dol Guldur restera en tout cas le disque qui a fait cartonner Summoning, et restera aussi, j'imagine, un disque tenant au cœur des admirateurs de Protector et Silenius. Il irritera les mâles alpha ridant des harley et s'envoyant des doses massives de rock sudiste, et il sera une curiosité de plus en plus addictive pour le fan de Tolkien - ce qui est mon cas, au bout du compte, et, au bout de multiples essais et écoutes, force est de constater que j'ai envie de me réécouter cette musique qui me parut parfois irritante, mais toujours fascinante. Et de plus en plus attachante, au final.

note       Publiée le mardi 20 janvier 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dol Guldur".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dol Guldur".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dol Guldur".

Rikkit › lundi 8 janvier 2018 - 23:01  message privé !

Y a un coté kitsch-flippant-psyché dans les sonorités et les couleurs qu’il évoque ce disque qui rappelle fortement les propres dessins de Tolkien, presque hippie-chelou, genre Tom Bombadil qui raconte sa vie et parle à sa gonzesse en poèmes lysergiques-défoncés.

Mon préféré après LMHSYF quoique parfaitement différent !

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › vendredi 6 mars 2015 - 13:22  message privé !

La sauce ne prend pas du tout ici par contre, beaucoup trop long, pas assez de moment fort. Plutôt dur à s'enfiler.

Note donnée au disque :       
merci pour le fusil... › mardi 20 janvier 2015 - 23:58  message privé !

La Madeleine de Proust putaing ! "La Créature venue du chaos" m'avait mis à rude épreuve. Et les premiers Loup Solitaire sont effectivement géniaux : http://www.senscritique.com/liste/Une_Selection_de_livres_dont_vous_etes_le_heros_parmis_les_m/47824

taliesin › mardi 20 janvier 2015 - 20:52  message privé !

'tain, il y avait une collec génialissime sous le nom de 'Sorcellerie', de gros volumes, très dark, très gothiques, avec des illustrations de John Blanche, j'en rêve encore ;-)

Note donnée au disque :       
Mari. Cremated. Bones. › mardi 20 janvier 2015 - 19:52  message privé !

bande de losers