Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMichael Yonkers Band › Microminiature Love

Michael Yonkers Band › Microminiature Love

lp | 13 titres | 48:22 min

  • Face A
  • 1 Jazontown [2:41]
  • 2 Microminiature Love [3:02]
  • 3 Boy in the Sandbox [3:46]
  • 4 Smile Awhile [4:25]
  • Face B
  • 5 Returning [3:50]
  • 6 Puppeting [3:08]
  • 7 Kill The Enemy [3:40]
  • Bonus du CD
  • 8 The Clock is Running [4:08]
  • 9 My House [3:12]
  • 10 Hush Hush [3:50]
  • 11 Sold America [3:37]
  • 12 The Thunder Speaks [4:43]
  • 13 Scat Jam [4:20]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

1-7 Enregistré par Steve Longman, automne 1968, aux Dove Studios à Dommington MN.
8-13 Enregistré à la maison, dans le sous sol, même période.

line up

Michael Yonkers (guitare, chant), Tom Wallfred (basse), Jim Yunker (batterie)

remarques

Ces enregistrements, bien que datant des années soixante, ne sont écoutables par le grand public que depuis 2002, suite à une édition chez Sub Pop dans la rubrique archives.

chronique

Styles
garage
rock
blues
psychédélique
Styles personnels
proto punk

Grise, rustre, et amère comme venue d’un pays où le ciel nuageux ne s’éclaircit jamais, la musique du Michael Yonkers Band fait dans l’abrupt. Rocker vintage comme il se définit aujourd’hui, Michael avait déjà compris, à l’heure où ses camarades hippies s’envoyaient niaisement des fleurs au visage, que le monde tournait dans tous les sens mais certainement pas rond. Ne vous laissez pas avoir par ce sourire figé sur la pochette. Oh bien sur, c’est lui-même qui le dit : Souris un moment et tous tes problèmes s’envoleront… Sur des racines blues, passage obligé pour tout musicien rock de l’époque, Yonkers nous délivre une musique on ne peut plus brute, résolument lo-fi, à la fois nerveuse et froidement insensible. Les accords tranchent violemment les tympans, appuyés par une rythmique swingante et crasseuse, la production âpre comme il faut n’aidant pas à se sentir à l’aise. Attendez, n’imaginez pas ici un garage rock joué par des morveux qui voulaient juste se défouler, les Yonkers savent exactement où ils vont, et ce premier album est d’une maturité effrayante. Excepté ce premier morceau faussement mélodique (merci la ligne de basse), la musique jetée ici n’est que dégoût et amertume envers le monde, chantés avec cynisme et nonchalance. La voix grave de Michael Yonkers marque l’esprit, et ses paroles sont noires et bilieuses, comme ruminées pendant des années par un cerveau désabusé. ‘Returning’, morceau monotone à faire mourir d’ennui un fan de Jandek nous parle de la misère domestique, celle dont tout le monde se fout, mais à laquelle on est tous confronté un jour ou l'autre. ‘Jasontown’ est un magnifique pamphlet sur le rejet de la vie en société (‘People are the same... Here the garbage grows…’). La déflagration bruitiste finale sur ‘Boy in the Sandbox’ est encore aujourd’hui impressionnante de rudesse. Imaginez les visages à l’époque… Il y a fort à parier que si l’album avait pu sortir en son temps, il serait devenu un classique au même titre que les Velvet Underground, Stooges et autres groupes précurseurs qui sont portés aux nues aujourd’hui. Mais le destin en a décidé autrement : Michael, victime d’un accident du travail frôlera la paralysie et devra renoncer à sa carrière de rockstar pour se contenter de faire des albums acoustiques minimalistes, reclus chez lui… une autre manière d’exposer son désespoir à la partie du globe qui voudra bien l’écouter.

note       Publiée le mercredi 17 décembre 2014

Dans le même esprit, sergent_BUCK vous recommande...

partagez 'Microminiature Love' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Microminiature Love"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Microminiature Love".

ajoutez une note sur : "Microminiature Love"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Microminiature Love".

ajoutez un commentaire sur : "Microminiature Love"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Microminiature Love".

sergent_BUCK › lundi 6 avril 2015 - 16:26  message privé !
avatar

Kill yr idols ouaip y'a de ça, aussi bien dans le fond que dans la forme... et puis c'est vrai que les deux références que j'avais mises étaient des groupes contemporains fin 60's, alors que finalement les Yonkers sont plutôt précurseurs de ce rock indé bien noisy qui arrive dans les décennies suivantes. merci pour le parallèle

Note donnée au disque :       
Reflection › vendredi 3 avril 2015 - 20:19  message privé !

Ouf "Boy in the Sandbox" + "Smile Awhile" qu'est ce que c'est cafardeux... Cette libération et cette décharge de guitare sur le finish de "Boy in the Sandbox" !!! Qu'est-ce que c'est bon... Bluffant en effet pour l'époque. Plus méchant que le Velvet ! Merci pour la découverte. J'ai presque envie de le mettre à coté de "kill your idols" des Sonic youth... (niveau ambiance).

Jean Pierre Moko › mardi 3 février 2015 - 22:12  message privé !

Le mec fabriquait ses propres effets pour avoir ce si salace

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mardi 3 février 2015 - 21:05  message privé !

je remonte... enfin je rajoute une pomme dans le panier, allez

Note donnée au disque :       
Jean Pierre Moko › mardi 3 février 2015 - 20:56  message privé !

Tout l'album est une bombe H, le "solo" bien noise surcramé a la fin de boy in the sandbox, sévère.

Note donnée au disque :