Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrutal Truth › Evolution in One Take : For Grindfreaks Only! Volume 2 - Live at Mark-It-Zero Studios

Brutal Truth › Evolution in One Take : For Grindfreaks Only! Volume 2 - Live at Mark-It-Zero Studios

cd • 19 titres • 36:34 min

  • 1Sugardaddy02:34
  • 2Turmoil01:05
  • 3Daydreamer01:48
  • 4On the Hunt01:00
  • 5Fist in Mouth01:57
  • 6Get a Therapist, Spare the Word02:37
  • 7War Is Good00:48
  • 8Evolution Through Revolution02:58
  • 9Powder Burn01:54
  • 10Attack Dog00:44
  • 11Branded00:03
  • 12Detached03:02
  • 13Global Good Guy01:38
  • 14Humpty Finance01:56
  • 15Itch02:44
  • 16Afterword02:25
  • 17Lifer02:55
  • 18Bob Dylan Wrote Propaganda Songs01:05 [Reprise des Minutemen]
  • 19Grind Fidelity03:21

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré par Dan O'Hare au Mark-It-Zero studio.

line up

Erik Burke (doigts), Richard Hoak (bâtons et pierres), Dan Lilker (pouces préhenseurs), Kevin Sharp (grognements, gémissements)

remarques

(...) thirty five minutes of whip ass grindcore, no overdubs with embraced mistakes.(...)
Réédité par Bones Brigade / Kaotoxin sous forme vinyle en 2011.

chronique

Brutal Truth s’est encore brutalement séparé, cette fois-ci en 2014. La raison officielle, si vous ne la connaissez pas encore est la fatigue exprimée par Dan Lilker à l’occasion de son cinquantième anniversaire : trop de temps passé à trimer dans la marge alors que le corps a besoin de se poser un peu. Concernant le travail de Brutal Truth qui est un groupe parmi bien d’autres dans la carrière des metal punks qui le composent, il représente une génération passée à faire reculer les limites de l’expérimentation concernant le grindcore, genre qu’on pourrait trop vite s’imaginer bien balisé. Ils ont joué leur dernier concert à Nagoya, Japon, il y a une quinzaine de jours de cela, en compagnie de Napalm Death et S.O.B., après une dernière tournée mondiale, une dernière grosse défonce rock and roll ultra vénère, complexe, bourrine, et j’imagine méga fun pour le public (vous confirmerez, je les ai raté pour cette dernière fournée… sic). Vous n’aurez donc plus l’occasion de voir cet incroyable groupe sur scène… mais vous pourrez vous faire une idée de leur psychopathie grind sur plusieurs concerts enregistrés : un split bien crado avec Agathocles, des prises issues de festivals sur les compilations et DVDs dédiées, une vidéo chez Season of Mist, etc. Ah, et les “for grindfreaks only” ! Cette mini-série de Relapse, qui en est seulement à deux volumes à ce jour porte bien son nom : fait pour les fans et seulement pour eux, grosse feuille de cannabis affichée pour bien cibler l’état d’esprit utilisé pour jouer cette musique et l’écouter. Le volume 2 ici chroniqué est un live mais capté dans un studio. Celui-ci est en fait l’interprétation de l’intégralité de l’album “Evolution Through Revolution”, en une prise, pas retouché… comme une répète générale ! C’est d’ailleurs comme cela que le groupe présente ce disque dans le livret, entre deux concerts, comme une pause pleine de bière et de weed dans le studio de Dan O’Hare dans le New Jersey dont la carte est représentée au dos de l’album, si des fois on aurait envie de savoir comment se dessine le territoire des Sopranos. Je vais pas faire dans l’analyse musicale de haut niveau là, parce que, ben, si vous voulez en savoir plus sur l’album “Evolution Through Revolution” vous pourrez lire sa chronique sur guts... et si vous aimez ce disque, vous aimerez cette copie live, qui nous révèle en plus le chaos généré in vivo par ces mecs. Il donne aussi un aperçu du degré de leur technicité, c’est quand même complètement ouf, mention spéciale au jeu psychotique de Richard Hoak, encore, toujours ! Le son est bien cru, vous aurez parfois du mal à bien discerner la guitare quand ça s’emballe trop (donc, en fait, assez souvent). C’est ainsi sans aucune pause que sera déroulé l’album, c'est une demi-heure de bestialité et de chaos qui est proposé au grindfreak, car, là aussi, ce n’est pas un secret, prendre son pied en écoutant Brutal Truth en boucle c’est accepter de faire partie de la tribu des gros tarés incompris - et le groupe en rajoutera d’ailleurs des couches à ce sujet tout le long de leur carrière, dans leur discours politique particulièrement radical, complètement ancré dans un anarchisme vouant un culte au chaos et cultivant une opposition à intégrer toute meute ovine qui soit. Le programme du Brutal Truth restera donc celui d'une critique de tout ordre qui paraîtrait normal, à part, bien sûr, si on se fume un gros cône d’Orange Bud et qu’on voit enfin la brutale vérité en face. Voilà, à vous les studios, je voulais quand même marquer le coup, et dire hurrah à ce groupe qui fait me dire que le metal extrême restera un de mes genres de musique préféré, parce que, ben j’aime bien faire partie de la clique des tarés, on s’y sent moins seul, et on assume ! Allez, hasta siempre les brutaux !

note       Publiée le dimanche 7 décembre 2014

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Evolution in One Take : For Grindfreaks Only! Volume 2 - Live at Mark-It-Zero Studios" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Evolution in One Take : For Grindfreaks Only! Volume 2 - Live at Mark-It-Zero Studios".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Evolution in One Take : For Grindfreaks Only! Volume 2 - Live at Mark-It-Zero Studios".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Evolution in One Take : For Grindfreaks Only! Volume 2 - Live at Mark-It-Zero Studios".

saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Complètement passé à côté de ça, faut que je rattrape

Bernard Envoyez un message privé àBernard

Même principe que le premier plus axé (mais pas que) sur 'Sounds Of The Animal Kingdom'. Vraie mentalité grind, chose presque étonnante pour un groupe ayant atteint une certaine notoriété à un moment de leur carrière. Dans tous les cas, énorme respect.

Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

completement indispensable ce disque, le son n'est pas forcement a la hauteur au debut ca gache les ecoutes mais on s'y habitue vite. Addictif, comme l'indique le signe sur la pochette. Et oui j'ai pu voir ca enfin cette annee, plutot ultra-fun que vraiment bourrin; Kevin ne s'ouvre plus la tete a coups de microphone-headbang, mais fait plutot cowboy freak avec son chapeau. Bref pour revenir aux sorties du groupes, ils ont sorti peu de live mais les deux documents sont indispensables (ce CD et le DVD "For the ugly and unwanted")

Note donnée au disque :