Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSStump › A Fierce Pancake

Stump › A Fierce Pancake

lp • 12 titres • 41:55 min

  • Face A
  • 1Living It Down3:04
  • 2In the Green3:42
  • 3Roll the Bodies Over3:46
  • 4Bone3:49
  • 5Eager Bereaver2:46
  • 6Chaos3:57
  • Face B
  • 7Alcohol4:05
  • 8Charlton Heston3:30
  • 9Heartache3:05
  • 10Doctor (A Visit to The)4:39
  • 11A Fierce Pancake4:05
  • 12Boggy Home1:53

enregistrement

Enregistré par Stephen Street aux Hansa Studios, Berlin. Produit par Holger Hiller et Stump. Post-production et mixage par Hugh Jones, excepté 'Charlton Heston' produit par John Robie.

line up

Kev Hopper (basse, samples), Chris Salmon (guitare), Mick Lynch (chant), Rob McKahey (batterie, bodhran)

Musiciens additionnels : Mimi Izumi Kobayaski (claviers, voix)

remarques

chronique

C’est l’heure pour nos Stumps de s’essayer à l’album studio. Faut dire qu’après un 'Quirk Out' pour le moins juteux, on était en droit d’attendre beaucoup de cette bande d’allumés. Je dois vous faire une confidence : je suis resté de marbre à la première écoute… Surtout à cause de la production qui se fait très froide et synthétique, bien plus que sur "Quirk Out" qui avait pourtant réussi à éviter les sonorités 80’s polissées à l'extrême. Ici, on dirait que les murs du studio sont faits de tôle glacée… les instruments sonnent froids, la réverbération est constante, la batterie résonne loin et des nappes samplées et keyboardées font leur apparition pour englober le tout dans une étrange lumière vert pale… D’autre part, il semblerait que l’enregistrement se soit fait dans une ambiance assez tendue à cause, entre autres, de la maison de disque à tendance despotique du groupe qui leur aurait imposé un producteur tout aussi despotique (pour en faire quoi ? une machine à tubes, ou des freaks de service ? haha )… Alors quand on fait le point, qu’est ce qu’il reste à faire quand il fait trop froid et que les doigts sont gelés et qu’on est trop occupé à claquer des dents pour chanter ? Une bonne bataille de boules de neige pardi ! Et nos énergumènes s’en donnent à cœur joie pour briser, déstructurer et recoller dans tous les sens toute mélodie préconçue. Mick Lynch est un personnage échappé de la tête de Tex Avery, c’est pas possible. Ceux qui ont déjà vu les quelques clips du groupe savent de quoi je parle… Comment rester de marbre face à ‘Charlton Heston’ et sa guitare country rythmée par des croassements de grenouille, ou encore ‘Eager Bereaver’ et ses changements de rythmes névrosés, que dire de l’angoissant ‘A visit to Doctor’, de ‘Chaos’ et ses fontaines de basses en chamallow mutin, de l’étrange procession instrumentale qu’est le morceau titre, suivie de ‘Boggy Home’ qui clos l’album à la manière de ‘Bit Part Actor’ sur l’ep précédent (c'est-à-dire en implosant !)… Je pourrais continuer longtemps à décrire chaque morceau de cet album, mais pas la peine d’essayer d’expliquer que chaque recoin du disque, chaque petit break, chaque partie que l’on pourrait identifier par le mot "refrain", "pont" ou "couplet" semble avoir été placé là, tout simplement, couler de source en suivant sa logique tordue et pourtant si évidente. Stump est un groupe de doux-dingues dans toute sa splendeur. Et il ne tient qu’à vous de vous plonger avec eux dans leurs joyeuses divagations.

note       Publiée le vendredi 28 novembre 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A Fierce Pancake".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Fierce Pancake".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Fierce Pancake".

sergent_BUCK › mardi 28 mars 2017 - 23:30  message privé !
avatar

https://www.youtube.com/watch?v=j-nIP_TYsrU

Pour les amateurs... un clip tout frais de Prescott, le groupe actuel de Kev Hopper, avec entre autres Keith Moliné à la guitare (si si, le gratteux des derniers Pere Ubu). Un nouvel album devrait d'ailleurs arriver sous peu. Vlà qui fait plaisir !

Note donnée au disque :       
sergent_BUCK › mercredi 3 décembre 2014 - 12:47  message privé !
avatar

Ah oui, enfin Holger Hiller n'a participé qu'à la 'pré-production' au moment où l'album a été enregistré. Le plus gros du travail de prod semble avoir été fait par Hugh Jones quand ils sont rentrés en Angleterre. Comme je disais, c'était un peu le bordel à l'enregistrement, avec prises de bec, sessions d'overdub, prises de décisions dans le dos du groupe et tout le tintouin.

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 3 décembre 2014 - 11:48  message privé !
avatar

étonnamment ce lp est plutot facile à trouver ! Chrysalis Records (la cocaïne, c'est mal)... et surtout absolument plus personne ne connaît cette scène. Par contre j'avais même pas vu qui produisait, nom d'une pipe, Holger Hiller en personne, le Conrad Schnitzler Hambourgeois, acolyte de Asmus Tietchens. C'est carrément gutsien comme association de malfaiteur ça.

saïmone › mardi 2 décembre 2014 - 11:58  message privé !  saïmone est en ligne !
avatar

Attention à l'erreur de typo qui vous mène direct chez Kardashian

Klarinetthor › mardi 2 décembre 2014 - 00:28  message privé !

C'est le coté vicelard du sergent, qui socialise, joue de la musique, et fait le travail marketing pour ses albums fétiches, des années avant de les chroniquer, pour s'assurer du soutien et du 5.4/6 de moyenne que ses chros vont récolter. Heureusement j'ai percé à jour sa stratégie, et des fois je mets 4 pour contrecarrer son plan. Pour en savoir plus : buckleaks.com

Note donnée au disque :