Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFulgor › To Be One with the Stars...

Fulgor › To Be One with the Stars...

k7 | 11 titres

  • 1 When the Wind Chimes
  • 2 Below the Moon
  • 3 A Castle of Solitude (Part I)
  • 4 A Landscape Is Changing His Face (Face I-IV)
  • 5 Retrospective View
  • 6 World Beyond the Mirrors
  • 7 Lous Ylenol A Fo Noitcelfer
  • 8 The Dream of My Empire
  • 9 A Castle of Solitude (Part II)
  • 10 Profanus Fulgor...
  • 11 Conclusion

remarques

Aucune information sur l'objet concernant les membres du groupe et le lieu d'enregistrement.

chronique

Styles
ambient
dark ambient
metal extrême
black metal
noise
Styles personnels
fulgor j'adore

Le vent souffle, la cassette aussi. Le son tremble, comme dans un épisode de Derrick, quand les sonneries de téléphone se mettent à onduler dans l’air, encore un coup de fil de Monsieur Kraus... Cette cassette, ce groupe sont allemands. D’où, on s’en fiche, à part si on est allemand et qu’on distingue derrière l’anglais avec l’accent allemand l’accent de la région, pour pouvoir ricaner un “té, ces biens les gens du sud ça!”. Moi, je comprends pas l’allemand, mais j’écoute avec intérêt le début de cette démo qui commence comme dans une 100e minute d’un film de Kubrick, avec du clavecin, du violon, les mecs préparent les fusils pour le duel ! Bon, c’est pas du Metal ça, qu’est ce qui peut se passer alors, ensuite… ben quelque chose d’ultra plat, à base de deux riffs, d’une voix sortant des cabinets en hurlant, de deux synthés, une batterie sous le tufon. Ben alors ? Mais si, vous aussi vous l’aurez dans la tête le “TIN LIN LIN” qui arrive lors du refrain ! Bizarre, je suis déjà accroché. Monsieur scande comme un Herr Romantikus devant une autre mer de nuages, et re-marmonne. Et re-riffs qu’on a déjà entendu. Là, une porte, dans ma tête, s'ouvre sur un plateau télé type Patrick Sabatier, y a de la fausse fumée, des mecs en vinyle noir jouent avec des instruments pleins de touches mais ils ont des peintures sur la figure, quelques traces sur les poignets, ils arrêtent pas de répéter la même chose, un peu comme dans dance machine, mais avec moins de filles… Tiens, c’est qui ce Varg qui déboule avec son épée en mousse au milieu ? Je sais, c’est pas très aguichant ce tableau, mais on a là un groupe qui, pour moi (c’est subjectif si vous suivez bien), est complètement glucose à la tranxene 200, et en même temps m’obsède, et que je trouve super glauque et bon sur cette démo derrière tout cet attirail non-vendeur. Vous savez pourquoi ? Alors, c’est simple Monsieur d’Arvor, enfant, j’ai eu un Amstrad comme outil domestique de calcul et de divertissement. Ce machin machine faisait tourner des jeux ultra durs, regardez le mec du grenier, ils les testent pour vous, vous rirez, moi je pleurerrerererai, parce que j’ai souffert devant Supercopter et Miami Vice, OK ? J’ai aussi été complètement gélifié par les 'bande-son' de ces jeux. 8 bits, répétitifs, entêtants et en même temps fascinants pour ma psyché de huit ans. La durée de ces mélodies était à peu près de deux minutes allez, en gros, et puis elles se répétaient. Vous pouviez laisser tourner ces morceaux subtils d’Exolon ou de Venom Strikes Back pendant toute l’éternité vous m’entendez ? Et bien Fulgor me fait le même effet. Proche d’un Burzum version Filosofem de loin, il n’attaque pas sur les mêmes terres : chez le Varg je me retrouve devant un plateau télé de la haine et du dégoût mais groovy, puis tout flapi, puis groovy. Ici, pas de groove, du flapi mais en plus fortissimo, du FLAPISSIMO, et une grosse impression de vide aspirant les oreilles, ça se répète, c’est morne, mal enregistré, mais si vous vous laissez aller, allez, ben, y a ces petites touches de plus en plus bizarres qui s’incrustent à partir du quatrième morceau, un peu comme si vous entendiez des voix en écoutant l'un de vos disques de Karen Cheryl. A partir de là, je plonge, je prends la mauvaise pilule, celle qu’Orpheus a dans la poche, la violette ! Bzzzz ! Là, on arrive au seuil, après vraiment avoir pété les plombs principaux. On s'avance, guilleret dans des couloirs de traviole, quand on chante notre voix part en diagonale, on essaye de taper sur les murs il en sort du keytar, les oreilles grésillent au son de mélodies sortant de vieilles radios ou encore mieux : de LPs enregistrés sur des cassettes, passant à la radio ! On passe alors dans le filtre des yeux vides d'une Laura Palmer teutonne le sourire figé, la moitié de son corps reposant dans une herbe varda, comme les pastilles. Les morceaux s’enchainent ensuite comme sur Transylvanian Hunger avec des gros toc ! de temps en temps et puis ces riffs tout Monsieur Kraus suuuuuper lents mais super bien foutus, et cette voix a l’accent de pas d’chez moi qui dit je n’sais quoi, ça tourne, pfiou, incantatoire, fou, malade, claustro, regarde derrière la fenêtre on sait jamais, “boooooinnng” fait le laser vert de la tombe maudite entre deux tritons ! L’album s’étirera comme une pâte à modeler grasse avec des morceaux de bruits bizarres dedans, jusqu’à une conclusion complètement ouf à base de cris suraigus et de noise vomitive qu’à côté Malefic se pinçant le doigt dans un cercueil c’est de la purée mouslina ! En somme, écouter Fulgor, (on dirait le nom d'un super héros japonais ce mot), me donne l’impression d’être un chercheur d’or qui a découvert le mauvais parchemin, celui qui fait crever de folie les curieux trop téméraires... Cette démo ne conviendra donc pas forcément aux fans de Pantera, mais ravira ce Vous fatigué trouvant un sens nouveau à trois notes qu’il a entendu depuis l'enfance, fa sol la bémol sol fa, ça devait être dans l’intro de Ghosts and Goblins non ? Elle ravira les amateurs de mystère, de cet infini qui se cache dans chaque grain de poussière, vulgaire et plastique... ou non !

note       Publiée le mardi 11 novembre 2014

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'To Be One with the Stars...' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "To Be One with the Stars..."

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "To Be One with the Stars...".

ajoutez une note sur : "To Be One with the Stars..."

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "To Be One with the Stars...".

ajoutez un commentaire sur : "To Be One with the Stars..."

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "To Be One with the Stars...".

MaxwellsDemon › jeudi 18 février 2016 - 11:33  message privé !

recommandé aux amateurs de minimal synth