Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNunslaughter › Angelic Dread

Nunslaughter › Angelic Dread

double vinyl 33t • 31 titres • 66:21 min

  • Disque 1
  • 1Angelic Dread02:14
  • 2Looking into the Abyss02:54
  • 3Twisted Spirit01:59
  • 4Crush the Guff02:01
  • 5Inner Beast02:04
  • 6The Lycanthrope02:29
  • 7Blood Drinker02:05
  • 8God01:07
  • 9Doomtown02:23
  • 10Don't Mourn for Me02:44
  • 11Infested02:20
  • 12Coffins and Crosses02:21
  • 13Three Nails, One Liar03:30
  • 14Death Beyond the Gallows03:11
  • 15One Bad Bitch01:08
  • Disque 2
  • 16Emperor in Hell01:41
  • 17God Has Lied01:29
  • 18The Bog People02:21
  • 19Shadow World02:00
  • 20Healing the Possessed02:35
  • 21It Is I02:39
  • 22Phantom01:24
  • 23In the Graveyard01:37
  • 24Black Horn of the Ram01:27
  • 25Ouija02:47
  • 26Atheist Ways02:20
  • 27Midnight Mass01:23
  • 28Sickened by the Sight of Christ03:21
  • 29Driving Out the Demons01:40
  • 30Deathlehem02:01
  • 31Cerebus02:06

enregistrement

Enregistré et masterisé par Noah Buchanan. Produit par Nunslaughter.

line up

Don Of The Dead (voix), Zach Rose (basse, guitare), Jim Sadist (batterie)

remarques

Le deuxième disque (à partir du morceau Emperor in Hell) est une compilation de morceaux précédemment sortis sur des singles. Sorti en double LP, double CD, cassette. Illustration par George Higham.

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
devil metal

Nunslaughter, je connais ce groupe, mais oui, forcément, j’en ai entendu parler ! Et pourtant, voici le premier disque que j’ai entre mes mains… on connaît tous des groupes comme ça, on n’a entendu qu’un seul morceau en entier, et pourtant on les voit partout en attendant de vraiment se pencher sérieusement sur leur cas. La raison de cette présence dans ma mémoire tient, je pense, à deux facteurs : le nom du groupe qui a gagné le pompon d’or dans la catégorie over the top agressif et rigolo à la fois (“ouaaaaaaiss, massacrer des religieuuuuuuses!”) et le nombre incroyables de disques sortis sous leur nom. Je pourrais pas compter, il y aura toujours des inédits pondus juste pour les copains, trois CDr par ci, un machin enregistré avec tel groupe de death indonésien de là mais on peut estimer leur production totale singles inclus à environ 150 bidules en plastique ou vinyle, alors que le groupe s’est formé en 1987!! ! Le seul groupe dans une scène avoisinante qui pourrait rivaliser avec ces gros ours pleins de pics et de patches doit être Agathocles, ou alors Bull of Heaven dans un genre plutôt “on en fait tellement trop que en fait c’est juste pour un peu, aussi, se foutre de votre tronche d’hyperconsommateur de musique”. Nunslaughter donc, groupe de death metal américain dont l’animal totem serait le mammouth bourré, nous sort un album bien rempli de morceaux assez courts appelant à la déchristianisation du monde sur un rythme parfois disbeat, avec le guitariste de Nekrofilth au poste de créateur de riffs appelant à l’entorse cervicale. Cette haine des chrétiens proclamée par son membre fondateur gueuleur et bassiste Don of the Dead peut également se pratiquer par le headbanging complètement cuit à la Jenlain. Si c’est ce que vous cherchez, et que vous adorez Entombed et l’alcool, ce disque est donc pour vous ! Si vous cherchez des solis à la Trey Azagthoth ou des morceaux aux constructions alambiquées et la tisane de verveine, passez votre chemin : ici on est dans une approche lycanthrope de l’écoute, si ça marche, vous allez vous retrouver à courir et faire des mosh pits dans le salon et vous repeindre de bière tout en hurlant comme un loup qui a besoin de forniquer à fond ce soir ! En tout cas, si vous connaissez déjà le groupe, sachez que tout un disque bonus est disponible avec l'album, avec des réinterprétations de divers morceaux égarés sur de multiples 7 pouces, ceux-ci étant d'humeur bien plus sombre que les autres : le groupe aurait-il pris l'assurance du quinquagénaire qui en a vu et qui en profite bien maintenant ? Leurs nouveaux morceaux et leur identité actuelle reste néanmoins efficace, et leur musique n'est pas si effrayante que ça dans leur approche du Malin. Bref, ce disque de Nunslaughter me fout la banane, et me fait encore me dire que si l’enfer, c’est vraiment gueuler tout en picolant, environné de strip teaseuses langoureuses (cf. leur clip sorti pour cet album), ben je signe de suite ! Là, avec mon sang, dans la case en bas à droite?

note       Publiée le lundi 3 novembre 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Angelic Dread".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Angelic Dread".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Angelic Dread".

Mari. Cremated. Bones. › lundi 3 novembre 2014 - 21:36  message privé !

Du VRAIE Metal extreme à l'ancienne ! Pour tout chronique, ca risque de prendre du temps

Dead26 › lundi 3 novembre 2014 - 18:01  message privé !

Du Nunslaughter ça manquait sur Guts. Pas écouté les derniers mais à mon avis c'est un groupe à suivre de très près pour ceux qui aiment le bon vieux death metal underground bien sale et qui tache avec une ambiance qui sent le mouflon mort. Reste plus qu'à chroniquer les premiers sans compter bien sûr tout les splits, K7, LP, live & compil.