Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRepuked › Up from the Sewers

Repuked › Up from the Sewers

vinyl 33t | 11 titres

  • 1 Up from the Sewers
  • 2 Enter Gilthdome
  • 3 Fuck You Fucking Whore
  • 4 Nightsoil Drunks
  • 5 Hobo Holocaust
  • 6 The Toilet Odors
  • 7 Day of Depravity
  • 8 Cuntroast
  • 9 Stinkhole
  • 10 Winter Puke Disease
  • 11 Porcelain Deathgod

enregistrement

Enregistré au Death and Violence Studio, Stockholm, début 2013. Mixé par Rob the Slob au Death and Violence. Masterisé par Sverker Widgren au Wingstudio, Stockholm, juin 2013.

line up

Niklas Liliengren (guitare, voix), Max Müssbichler (batterie), Richard Rimjob (guitare, voix, synthétiseur), Robin Westlund (basse, voix)

Musiciens additionnels : Dopi (voix)

remarques

Une version CD est également disponible chez Soulseller Records.

chronique

Il y a des soirs plein d’espoirs : par exemple, ce soir. Ce soir, je me suis fait vomir dessus ! Ach, se faire vomir dessus, c’est bon, surtout si on aime le death metal. Il fut un temps où GG Allin faisait fuir des salles entières en jetant sur le public la merde qu’il venait de pondre sur scène, et y avait encore du monde pour venir le voir malgré tout ! Des gens payent pour se faire repeindre par Costes ! Sans parler des étrons que l'on nous envoie à longueur de journées via publicités, commentaires d'articles du Monde, JT de France 2, etc. Bon, ce soir, ce fut plutôt du blurp symbolique, mais le disque chroniqué donne quand même envie de boire trop et de régurgiter sur son vieux T-Shirt Obituary avec plaisir ! Repuked, en français “Re-vomi”, n’est pas un groupe de goregrind comme son nom pourrait le laisser présager, mais un groupe de death metal suédois fortement influencé par Autopsy - leur premier EP s’appelle “Excremental Funeral”, faut le faire ! - la tradition death métallique de leur pays et par le mauvais goût assumé de mecs comme GG Allin ou des groupes comme Antiseen… on est donc en terre popo agressive à fond les ballons, la photo du groupe sur la back cover les montrant grimaçant dans les chiottes de ce qu’on imagine être un lycée de la dernière chance... Très bien exécuté, le disque passe tout seul, et semble le fruit de musiciens bien calés dans leur truc, mention spéciale au guitariste soliste qui arrive à chier des choses carrées comme rondes tout au long de l’EP et au beugleur bassiste qui régurgite selon des variantes que je n'aurais pas forcément cru possibles. On aura donc droit à des plans rapides avec un gros son à la Dismember, entrecoupés de breaks tous glaireux, lents et stupéfiants à la Autopsy, et puis à des paroles tournant autour des menstrues, des gogues, et de viols après overdose de thorazine, le tout éructé par une voix parfois pitchée, donnant la note goregrind qui mixe encore plus les genres présents sur ce disque, sans que tout cela soit imbuvable. Si vous n’êtes pas rebuté par un certain esprit infantile, des influences très fortes même si très bien digérées, et surtout le début de la face B nous infligeant un synthé à la John Carpenter pendant des minutes qui m’ont paru trop longues, ce disque est pour vous. De manière générale, la simplicité de son propos, la gnaque qu'il me donne ainsi que son transit rapide et sans encombre feront choir quatre boulettes jaunâtres sur le coin de la gueule de ce disque. Bleeeeeuaaaaaaarrggghh!

note       Publiée le samedi 25 octobre 2014

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Up from the Sewers' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Up from the Sewers"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Up from the Sewers".

ajoutez une note sur : "Up from the Sewers"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Up from the Sewers".

ajoutez un commentaire sur : "Up from the Sewers"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Up from the Sewers".