Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDevil Lee Rot › A Little Devil Ain't Enough

Devil Lee Rot › A Little Devil Ain't Enough

vinyl 33t • 9 titres • 22:46 min

  • 1Execution of the Innocent01:42
  • 2Sworn to Violence02:32
  • 3Rage Plague02:06
  • 4Hellmachine03:39
  • 5Hellhound's Roar02:13
  • 6Fire Walk with Me03:08
  • 7I Am Evil02:28
  • 8The Root of All Evil02:46
  • 9Live like a Devil...02:12

enregistrement

Enregistré au Swerre's studio le 26/01/2002. Produit et mixé par Devil Lee Rot et Swerre.

line up

Vince Black (batterie), Judgement (guitare, basse), Harri Juvonen (guitare, basse), Thomas Karlsson (voix)

remarques

"Devil Lee Rot are free from female whorecalist and gayboardist".
Coédité avec le label City of the Dead.

chronique

Styles
metal
heavy metal
metal extrême
black metal
Styles personnels
blackened heavy metal

Devil Lee Rot, A Little Devil Ain't Enough… et en voilà encore des références bien balisées dans ce monde en manque de repères ! Haro sur les hipsters post-modernes ! Et oui, y a du vrai métallurgiste traditionnel, spécialiste du fer forgé dans le projet solo de ce Thomas Karlsson, frontman suédois ayant joué dans divers groupes de death, doom et black metal, du genre qui ne coule pas du bronze en fusion dans n'importe quel patron et qui ne va pas se laisser empoisonner par des riffs trop éloignés d'une lignée directe Ritchie Blackmore > Quorthon > le guitariste de l'album. MAIS, car il y a un mais, ça vous deviez déjà l’imaginer si vous avez lu la chronique de l’autre disque par Nicko : le guitariste en question devait avoir une tendinite au poignet le jour de l'enregistrement... y a pas de liant dans son black metal là, on l'imagine aisément souffler en rougissant pour sortir ses notes avec une douleur articulaire que les auteurs des démos de Venom ou Hellhammer ont pu rencontrer à leur époque ! Ou comme moi, le soir, quand je me dis “tiens Brassens c’est cool”, et que je m’efforce donc à faire des choses compliquées à la punk, i.e. sans savoir trop bien les faire de manière coulée, ce qui fracasse donc les oreilles de mes voisins. Heureusement que je fais pas de black metal, ahah ! Côté choc des mots, et des photos, le chanteur et leader du groupe ne rigole pas avec le dogme, comme on peut le constater sur la pochette du disque - cartouchière, perfecto, torche, accent scandinave, amour pour le Van Halen pré-Sammy Haggar. On aura donc droit au niveau vocal à un hommage de plus à Nocturno Culto, ce qui n’est pas déplaisant, mais pas très surprenant non plus... Un EP qui ravira en somme les personnes soucieuses de rester dans les balises d'un genre et qui fermeront les yeux sur les nombreuses imperfections guitaristiques singulièrement mises en avant par la production - rien à dire sur la section rythmique, qui de toute manière ne se foule pas trop, et qui ne peut donc commettre d'impairs. Un projet qui en lui-même se doit d’être pris comme il est - on ne sait comment - par les auditeurs pas trop regardants sur la surenchère dans le cliché et le second degré primaire - catégorie blackened heavy metal.

note       Publiée le mardi 14 octobre 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A Little Devil Ain't Enough".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Little Devil Ain't Enough".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Little Devil Ain't Enough".