Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorbid Saint › Spectrum of Death

Morbid Saint › Spectrum of Death

vinyl 33t • 8 titres • 32:00 min

  • 1Lock Up Your Children03:30
  • 2Burned at the Stake02:16
  • 3Assassin07:03
  • 4Damien02:46
  • 5Crying for Death03:47
  • 6Spectrum of Death00:42
  • 7Scars07:09
  • 8Beyond the Gates of Hell04:47

enregistrement

Enregistré par Al Pangelinan, assisté de Mike Witte, Chris Michalek à l'Opus Recording, Gurnee, Illinois. Produit par Eric "Griffy" Greif et Peter Lupini. Mixé par Eric Greif et Al Pangelinan.

line up

Jim Fergades (guitare), Pat Lind (voix), Tony Paletti (basse), Lee Reynolds (batterie), Jay Visser (guitare)

remarques

Sorti en vinyle, cassette. Réédition vinyle en 2006 (No Colours Records), 2012 (Relapse Records), 2016 (Century Media), 2019 (High Roller Records). Réédition CD en 2008 (Power Play Records), 2016 (Century Media), 2019 (High Roller Records). Illustration par John Kujawa.

chronique

Morbid Saint est un groupe de thrash metal, violent, agressif, vénère. Fondé dans un bled imprononçable du Wisconsin au début des années 80, le groupe a la particularité de n’avoir sorti qu’un album réellement édité chez un label en plus de 30 ans de carrière - enfin presque, le groupe ayant splité en 1994, et n'ayant reformé les bouts qu'en 2010. Le LP chroniqué ici fait référence à l'édition originale mexicaine qui vaut à elle seule la moitié de ma Ford Fiesta sur le marché de la galette - sans compter le prix des démos elle-mêmes dont est issu l'album, cassettes distribuées lors de leurs concerts en 1988, et dont je n’ai pas trouvé de trace tangible dans ce pauvre monde… le seul autre album à se mettre sous la dent est une autre démo introuvable, distribuée par le groupe en 1992 et que l’on peut écouter sur certains bootlegs et sur une compilation que le groupe a sorti lui-même en 2012, et qui doit maintenant coûter un ongle de Bill Gates. Nous avons donc ici un album de thrash très méchant, on va dire de proto ou presque-death metal, au son sec comme un coup de scie dans la gueule. Le chant est super agressif et criard un peu à la Tom Angelripper, ça tombe bien, on se trouve là dans du thrash autobahn no limit car ça bourrine du début à la fin, grâce à des enchainements de riffs dantesques déployés sous les coups d'un batteur d’une finesse de chirurgien dentiste et d’une puissance psychopathe ! Même les breaks un peu mid-tempo semblent s'accélérer en fin de séquence ! C’est ça que j’aime chez Morbid Saint, ces accélérations bordéliques au milieu alors qu’on est déjà bien loin des limites autorisées, à chaque fois ajoutées de doubles grosse-caisse - arrh, la fin de Burned at the Stake!! ! Les solis à la Mustaine oh, c’est un truc de… oublie ! Les guitares riffent, et re-riffent sans fioritures, sans envie de faire compliqué mais de faire vite et brutal : en fait, quand on écoute cette démo de 88 éditée en 1990, rééditée plus tard par Relapse et Century Media, on a l’impression que l’influence a porté chez des groupes bien brutaux war metal pleins de masques à gaz, de linéarité et de clous, plutôt que chez des groupes thrash/crossover mélodieux et fun avec des illustrations bien rondes et colorées à la Edward J. Repka… Non, là, pas une once d’humour ou d’ouverture, c’est evil du début à la fin de l’album, sans aucune envie de s’aventurer vers des terres progressives, même si l’artwork peut induire en erreur et faire penser à un rip-off maladroit de la mascotte d’Iron Maiden qui se serait appropriée le scalp de Bobby Liebling. Ajoutons que le groupe a ouvert pour Death plusieurs fois à la fin des années 80 et je vous laisse rêver sur ces soirées révolues : celles-ci, évidemment, resteront dans mon pochon à frustration de gars né trop tard… Voilà, je ne saurais trop vous recommander de vous procurer les rééditions les plus abordables pour votre porte-monnaie, ce qui peut être compliqué, sauf si vous adorez les bootlegs russes ou que vous voulez enfin revendre votre Fiat Punto pour choper les éditions originales. Cela peut valoir le coup car si comme beaucoup dans ces contrées obscures vous avez un gros besoin de violence sans avoir besoin ni d’amour, d’humour ou de tendresse, ni de quoi que ce soit qui puisse vous faire défroncer les sourcils, et que vous en avez marre d’écouter toujours vos mêmes vieux Bathory, Sodom ou Kreator, ce disque saura vous faire prendre l’air sans vous faire perdre la rage !

note       Publiée le mardi 14 octobre 2014

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

  • Death › Leprosy
    Death - Leprosy
    Voici ce que vous aviez entendu en concert, ce soir froid et pluvieux de novembre 89, vous étiez arrivé en retard, vous aviez loupé Morbid Saint...
  • Sodom › Agent Orange
    Sodom - Agent Orange
    Dans l'accroche ultra riffeuse, pour la voix aussi, mais en un peu moins primitif - c'est dire!

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Spectrum of Death".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spectrum of Death".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spectrum of Death".

Dead26 › mercredi 6 mai 2020 - 11:12  message privé !

Un des albums de thrash les plus violents qui existe. Tout est dit !

Note donnée au disque :       
Dun23 › mercredi 6 mai 2020 - 11:02  message privé !

Lock Up Your Children l'aurait fait sur mon blind...

Marco › mercredi 6 mai 2020 - 10:44  message privé !
avatar

"Damiiiiiien!"

Note donnée au disque :       
Richter › jeudi 19 mars 2015 - 23:00  message privé !

Ca pue les versions russes...j'en ai quelques unes à la maison et j'essaye de m'en débarrasser !

Note donnée au disque :       
yog sothoth › dimanche 19 octobre 2014 - 17:25  message privé !
avatar

sinon la compil citée dans la chro est dispo chez le groupe pour 35$ PC.