Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Christian › Dark Matters

John Christian › Dark Matters

cd | 5 titres | 47:16 min

  • 1 Domino [ 9:52]
  • 2 Blackwater [ 12:04]
  • 3 Collision [ 10:04]
  • 4 Halo Tenebrous [ 6:04]
  • 5 Shudder [ 9:12]

line up

John Christian (Clavier, synthé et FX)

remarques

On peut avoir plus d'informations et entendre des extraits musicaux ici: http://johnchristian.bandcamp.com/album/dark-matters

chronique

Les fans d'Airsculpture sont choyés dernièrement. Graveyard Shift, Hairsculpture et maintenant ce dernier album de John Christian. Sauf qu'il y a tout un monde de différence entre ces deux œuvres d'Airsculpture et ce “Dark Matters”. Et encore plus entre le dernier album solo de John Christian, Susbarbatus paru en 2009, et cet univers de méditation cabalistique qu'est “Dark Matters”. C'est album respire totalement par des impulsions de drones et réverbérations, ainsi que d'étranges frottements qui tambourinent de vagues structures de rythmes complètement inexistantes, dont les poussées tissent des patterns ambiosphériques aussi noirs que l'infini sans ses étoiles. "Domino" étend ses brises noires avec parcimonie. La matière prend du temps à prendre forme et à générer son champ magnétique qui puise sa force au travers les multiples réverbérations dont les impulsions nourrissent ces cerceaux chevrotants qui forment les axes de la sombre mélodie ambiante de "Domino". Nous sommes vraiment dans le noir. Dans les limites entre le cosmos, à cause du lourd effet d'apesanteur, et les abysses, à cause des inquiétantes atmosphères limitrophes aux ténèbres. J'en parle, parce que cette impression d'étreindre les ténèbres est fortement présente tout au long de “Dark Matters”. Prenons "Blackwater"! Un large mur d'impulsion d'ombres noires, et de leurs souffles méphistophéliques, dessine un lent mouvement flottant où trônent des réverbérations et des bruits, tous teintés de noir, qui se font cajoler par un délicat chant sibyllin. La masse des lignes obscures amplifient la densité du mouvement, alors que le chant spectral ressort avec une nitescence qui est près du lyrisme enténébré. Troublant et pas relaxant pour deux sous, "Collision" est nettement plus ectoplasmique avec une symphonie de chants de spectres dont les hurlements façonnent un mouvement ambiant qui vit à travers ces profondes voix fantomales. Dans tout ce délire de métal hurlant, la structure de "Collision" pige un peu dans les nuances ténébreuses de "Domino". Après une intro truffée d'ondoyantes ondes aux couleurs de l'énigmatisme, "Halo Tenebrous" apporte le seul débit pulsatoire de “Dark Matters”. Sous formes de battements assez accélérés, ce pouls palpite avec une étonnante avidité pour sa survie dans un dense cumulus stratifié de lignes acryliques. Calqué dans ce bassin de lignes ondoyantes qui inspire les noires ambiances de “Dark Matters” et qui ondulent mollement dans des vents intersidéraux, "Shudder" offre ce qu'il y a de plus serein sur ce dernier album de John Christian qui est une pure ode à une solitude torturée de ses idées noires.

note       Publiée le mercredi 1 octobre 2014

partagez 'Dark Matters' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dark Matters"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dark Matters".

ajoutez une note sur : "Dark Matters"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dark Matters".

ajoutez un commentaire sur : "Dark Matters"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dark Matters".