Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDiamond Eyed Princess › Korlgueläal

Diamond Eyed Princess › Korlgueläal

cd • 9 titres • 40:31 min

  • 1Ghamäl Sonahven02:22
  • 2Kregan03:13
  • 3Tüm Fornorhvok05:38
  • 4Korlgueläal06:41
  • 5Svarn Lak Dral06:49
  • 6Tüm Dralver Flöna05:23
  • 7Klön02:10
  • 8Drytorr I03:07
  • 9Drytorr II05:08

enregistrement

Enregistré en 2004 et mixé en 2007 aux WL studios.

line up

Ghroth (basse, instruments médiévaux, chœurs), Lwyleina (claviers, instruments médiévaux, chœurs), Darkhyrys (guitare, instruments médiévaux, batterie, chant, concept)

remarques

Sorti au format digibook A5.

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal atmosphérique médiéval

Quelle évolution depuis "Pagan rites" ! Ce qui frappe d'abord de manière évidente, c'est la production. Le premier album prend un véritable coup de vieux, du haut de ses neuf années d'existence. Sur "Korlgueläal" les guitares prennent de la puissance et on sent le groupe bien plus mûr dans les choix qu'il opère. Musicalement, une page s'est tournée, la maturité acquise ayant fait disparaître la spontanéité du premier opus, voire même sa naïveté. Un mal pour un bien dans le fond, puisque cela permet à la musique de DEP de prendre une ampleur qu'il était difficile d'imaginer jusque là. Outre la production, le changement qui s'impose également à nous est la manière d'aborder les parties médiévales. Elles ne sont plus des pistes à part entières, séparées du reste des compositions black metal. Le schéma adopté devient plus classique qu'auparavant en intégrant ces éléments dans les morceaux eux mêmes, nous opposant donc un bloc uni et solide ("Svarn Lak Dral"). J'avoue que dans un premier temps ça m'a un peu bousculé, dans le sens où cette particularité de "Pagan Rites" me satisfaisait pleinement en ancrant l'ambiance de manière très forte. Au final "Korlgueläal" sonne clairement moins médiéval. Non pas que cela soit abandonné, mais plus largement dilué. Il n'en demeure pas moins que l'album y gagne également en force en développant ce qu'on connaissait moins de leur part, un black appuyé par des claviers envoutant et me rappelant ce qui se fait de mieux dans le genre, à savoir "In the nighside eclipse" d'Emperor ("Drytorr I"). Des touches fréquentes mais jamais trop appuyées qui se contentent de renforcer les guitares quand cela est nécessaire. D'un black pagan et médiéval, on est passé à un black mélodique parfois atmosphérique teinté d'ambiance médiévale et surtout d'excellente facture. Parce que c'est bien là le plus important, quelques soient les changements depuis "Pagan Rites", DEP nous propose tout simplement un excellent album, racé, puissant et ensorcelant. De la première seconde à la dernière, on est enchanté. Point barre. En prime, le groupe ne se contente pas de travailler uniquement la musique, puisqu'il propose une véritable histoire à travers les paroles et le livret du digibook, histoire dans laquelle on se retrouve pleinement plongé à n'importe quelle séance d'écoute de "Korlgueläal". Sans aucun doute l'un des meilleurs albums sorti ces dernières années sur la scène française, prenant de bout en bout, sans aucun temps mort, tout en sachant se réinventer avec un concept poussé jusqu'au bout. Grand.

note       Publiée le mardi 23 septembre 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Korlgueläal".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Korlgueläal".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Korlgueläal".

yog sothoth › vendredi 12 juin 2015 - 13:39 Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar

Je ne connais pas leurs premiers efforts mais là effectivement avec le coté médiéval "intégré", ça donne un ambiance païenne bien réussie.

Note donnée au disque :