Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnge › Au delà du délire

Ange › Au delà du délire

cd • 8 titres

  • 1Godevin le vilain
  • 2Les longues nuits 'Isaac
  • 3Si j'étais le Messie
  • 4Ballade pour une orgie
  • 5Exode
  • 6La bataille du sucre (inclus La colère des dieux)
  • 7Fils de lumière
  • 8Au delà du délire

enregistrement

Studio des Dames, Paris, France, 1974

line up

Guitare solo, guitare accoustique, flûte, vocal : J-M BREZOVAR Batterie, percussions : G JELSCH Guitare bass : D HASS Orgue Hammond, piano, lead vocal : C DECAMPS Orgue effets spéciaux : F DECAMPS

remarques

chronique

Styles
progressif
rock
ovni inclassable
Styles personnels
médiéval

Le rock médiéval selon Ange. On se laisse facilement emporter dans le temps jusqu'à se retrouver en plein cœur du Moyen-Âge. À la cour du château, le fou du roi nous conte l'histoire de "Godevin le Vilain", pour enchaîner sur "les longues nuits d'Isaac" et une "ballade pour une orgie". La petite histoire finit dans le délire le plus total (d'où le titre de l'album). "Au-delà du délire" donne l'impression d'avoir été enregistré en plein milieu des bois avec pour seuls témoins, des écureuils, des chouettes et toutes sortes de petits animaux, comme si la nature et la musique ne faisait plus qu'une. Le plus grand groupe de rock progressif français a pour mentor Christian Décamps. Très vite attiré par la musique et la scène, il fonde, fin 1969, le groupe ANGE qui va s'affirmer tout au long des années 70 comme étant le n°1 du rock français, avec 6 disques d'or et plus de 3 millions d'albums vendus. Sur scène, Christian Décamps propulse chaque titre du groupe en véritable pièce de théâtre, servie par sa puissance vocale et son côté gestuel très particulier. Musicalement, on pourrait résumer ça par l’appellation de « rock progressif à claviers », dans un esprit très 1970’s, mais sous une forme toute narrative, expressive et mélodique (pas de complexifications harmoniques et mélodiques outre mesure). La musique suit parfaitement les atmosphères et ambiances exposées par les excellentes paroles de Christian Décamps ; surtout, la forme des morceaux est plutôt singulière, car elle est généralement structurée autour des paroles, selon une forme plus « poétique » (propre à la ballade) que la structure de base de la chanson rock. Outre les instruments classiques propres au rock justement, il faut noter l’utilisation de guitares classiques, de mandolines, de flûtes, de clavecin, d’orgue, et bien sûr du fameux mellotron. L'ensemble représente au final une forme de rock médiéval féerique tout à fait unique.

note       Publiée le lundi 17 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Au delà du délire".

notes

Note moyenne        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Au delà du délire".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Au delà du délire".

Dun23 › mercredi 23 décembre 2015 - 16:21  message privé !

Arf! Fallait bien y faire allusion! Un an qu'il attend ça, le Procrastin. Comment lui en vouloir?
Sinon, beau disque! Probablement le meilleur d'Ange dans les années 70 (encore que, Guet Apens...)

Note donnée au disque :       
Procrastin › mardi 22 décembre 2015 - 17:25  message privé !

"C'était en 2015, et Noël arriva. Ce fut un 2015 pour les enfants sans joie, devant leurs verts sapins aux branchages plastiques, comme des santons-pantins en serviettes périodiques. Leurs visages grisaillèrent, leurs yeux devinrent néons, ils auraient fait la guerre pour sucer un bonbon! Les enfants s'éteignirent un à un en pleurant, rendirent dernier soupir, devinrent beaux comme avant.

Indifférents et délaissant le drame, les parents assoiffés léchèrent les larmes de leurs enfants frustrés. Pourquoi me direz-vous? Parce qu'elles étaient sucrées!"

Note donnée au disque :       
Procrastin › dimanche 28 décembre 2014 - 13:39  message privé !

On y est presque.

Note donnée au disque :       
Häxan › samedi 4 janvier 2014 - 02:37  message privé !

Sans doute l'album le + accompli du groupe. Mais ce serait bien le restreindre que de le limiter à cet opus. Ange se renouvelle sans cesse, tout en gardant une cohérence étonnante. En ce sens, loin d'un Genesis qui a longtemps conservé une "ligne de conduite" tout en sachant évoluer, d'un Yes qui s'est concentré autour de sa virtuosité (tout en se renouvelant drastiquement), ou d'un King Crimson qui a vainement tenté de conserver une inspiration unitaire du fait de ses nbreuses mutations, Ange a gardé une véritable identité, un son, une voix et une orientation, bien que mouvante et sans cesse renouvelée. "Les fils de Mandrin" vont bien montrer ce vers quoi peut les conduire leur créativité, envers et contre la "modernité" dévorante de l'époque.

Note donnée au disque :       
(N°6) › mardi 3 décembre 2013 - 01:46  message privé !
avatar

J'aime bien les illustrations de Batwings en com d'albums.