Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIn Solitude › The world, the flesh, the devil

In Solitude › The world, the flesh, the devil

cd • 8 titres • 57:39 min

  • 1The world, the flesh, the devil05:04
  • 2We were never here06:09
  • 3Serpents are rising04:56
  • 4Poisoned, blessed and burned06:55
  • 5Demons06:44
  • 6To her darkness06:11
  • 7Dance of the adversary07:56
  • 8On burning paths13:44

enregistrement

Enregistré au Gutterview Studio

line up

Hornper (chant), Henrik Palm (guitares), Niklas Lindström (basse), Gottfrid Åhman (basse), Uno Bruniusson (batterie)

Musiciens additionnels : Björn Limander (chant), Daniel Bay (chant, titre [2]), Anna Norberg (chant, titre [4])

remarques

chronique

Avec ce deuxième album, In Solitude enfonce le clou. Après un premier album honnête mais manquant clairement d'accroche et d'expérience, ce ""The world, the flesh, the devil" s'impose comme un excellent disque de revival heavy metal. Là où le premier album posait les bases, ce deuxième essai montre un groupe beaucoup plus mature. Tout est mieux construit et maîtrisé que dans le premier album. La sauce est la même, on a toujours droit à du heavy metal totalement inspiré (et le mot est faible) par Iron Maiden. Le côté épique est là, les riffs saccadés, les solos, les changements de partie donnant du rythme, on peut y ajouter un côté noir et quasi-maléfique, rappelant quant à lui Mercyful Fate, mais dans la globalité, il vaut mieux chercher les influences du côté des anglo-saxons. Le chant de Pelle est incroyablement plus sûr et mature avec un vrai charisme de la part du jeune suédois qui se donne corps et âme dans son chant. On pourra toujours dire qu'ils n'inventent rien et que l'intérêt de rejouer du Maiden de la grande période est limité sachant que tout a déjà été dit. Oui, mais en fait, non, parce que les compositions sont tellement bonnes, tranchantes, inspirées, avec des enchaînements parfaits qu'on s'en fout un peu que ce soit une redite. Du vieux heavy metal, quand c'est fait avec autant de brio et de classe que cela, j'en demande tous les jours ! Les compos sont bien mieux écrites que par le passé avec des évolutions naturelles, des changements de riffs optimaux et une inspiration présente du début à la fin. C'est bien simple, absolument tous les morceaux sont bons ! L'album est une réussite complète du début à la fin, l'énergie et la fougue des adolescents sont présentes, c'est frais, ça donne la pêche et c'est calibré pour le live. Alors non, ce ne sont pas que de simples titres avec deux riffs, couplet/refrain/couplet/refrain/solos/refrain. Non, les morceaux sont très variés avec des parties presque mélancoliques à la guitare sèche, des passages plus mystiques, mais la base reste du bon vieux heavy metal issu de la NWOBHM. Une réussite totale pour les suédois !

note       Publiée le dimanche 13 juillet 2014

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The world, the flesh, the devil" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The world, the flesh, the devil".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The world, the flesh, the devil".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The world, the flesh, the devil".

Pohjola76 Envoyez un message privé àPohjola76

Le meilleur album de heavy metal depuis des lustres ! Ça n'invente rien mais c'est tellement bien foutu que je peux l'écouter plusieurs fois de suite sans ressentir une quelconque pointe de lassitude. Et pourtant, rares sont les albums de plus de 40/45 minutes qui me font cet effet.

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Pas si mal, les vocaux à la King Diamond sans les percées aiguës, les ambiances sombres heavy, ça tient la route.