Vous êtes ici › Les groupes / artistesRMarkus Reuter › Sultry Kissing Lounge

Markus Reuter › Sultry Kissing Lounge

cd • 13 titres • 78:06 min

  • 1Kandi 6:41
  • 2Patricia 4:58
  • 3Francesca 4:38
  • 4Lorena 5:45
  • 5Olga 5:05
  • 6Veronica 6:35
  • 7Valentina 4:12
  • 8Julia 6:05
  • 9Brigitte 4:44
  • 10Josefine 6:57
  • 11Roberta 5:29
  • 12Michaela 6:32
  • 13Gabrielle 9:54

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Composé, joué et enregistré lors de la tournée The Crimson ProjeKCt, en Europe de l'Est, au printemps 2014

line up

Markus Reuter (Guitare Warr, boucles et FX)

remarques

On peut avoir plus d'informations sur cet album en visitant le lien suivant: http://www.iapetus-media.com/markus-reuter-sultry-kissing-lounge/

chronique

Styles
ambient

On connait le nom de Markus Reuter pour ses collaborations avec Ian Boddy et plus dernièrement avec Stephen Parsick. Figure dominante dans les cercles de musique ambiante progressive, il nous présente son dernier album solo depuis Trepanation, paru en 2009. Son 7ième depuis en 1997 avec Taster. Que ce soit avec Centrozoon (il y joue avec Bernhard Wöstheinrich) ou en duo, le guitariste allemand apporte une sulfureuse dimension à des ambiances soniques qui s'enrichissent de son vocabulaire abstrait. Faut entendre Colour Division, avec Ian Boddy, et Laments, avec Stephen Parsick, afin de saisir toute la dimension de cet habile sculpteur d'ambiances énigmatiques qui verse ses larmes et ses ardentes strates de guitares dont les lentes boucles et les longues agonies fusionnent en de nébuleuses ondes vampiriques et donnent une texture sonique intrigante à une musique méditative qui se teint de noir. En solitaire, l'effet est plutôt différent. “Sultry Kissing Lounge” est un recueil sonique de 13 titres où Markus Reuter triture et exorcise sa Touch Guitar afin de lui donner des airs de Robert Fripp qui cherche les ambiances linéales de Brian Eno dans des capsules soniques dépourvues de rythmes. D'ailleurs la référence au duo Fripp /Eno est tout indiqué pour décrire “Sultry Kissing Lounge”. Tant que nos oreilles en sont parfois toutes mélangées.
C'est dans le cadre de la tournée The Crimson ProjeKCt, qui a eu lieu en Europe au printemps 2014, que “Sultry Kissing Lounge”fut composé, joué et enregistré. Ce projet, qui inclut la participation d'artistes aussi renommés qu'Adrian Belew, Tony Levin, Pat Mastelotto, Markus Reuter, Tobias Ralph, et Julie Stick, est un hommage aux œuvres de King Crimson. Et c'est Markus Reuter qui ouvrait les spectacles avec de courts intermèdes soniques auxquelles il a donné des noms de femme. "Kandi" se présente à nos oreilles de façon timide. De fines ondes cartésiennes flottent comme des spectres dans le noir. On y entend de délicates pulsations qui sont étouffées par de lents mouvements arythmiques dont les remous créent d'immenses vagues soniques somme toutes très affectueuses. Intelligent dans sa présentation, Markus Reuter instaure un genre de crescendo sonique qui monte graduellement au fil des titres. Des titres pour la plupart improvisées où les ondes Frippertroniques flottent comme des souvenirs égarés dans nos tiroirs d'incompréhensibilité. Parce qu'ici, la survie de “Sultry Kissing Lounge” est liée à notre degré de tolérance. Derrière ces murs de tritures, fritures et bruits organiques d'une faune métallique se cachent des nappes de guitare en forme de solos flottants comme dans "Patricia", "Veronica", et "Roberta" qui respirent les airs de nomades ambiants d'Erik Wollo. Des airs que l'on retrouve aussi sur le très beau et pénétrant "Michaela". Il y a des titres plus ou moins tranquilles mais avec beaucoup d'émotions comme justement "Kandi", "Francesca", la douce et noire "Olga" et les très ambiants "Valentina" et "Julia". Sans oublier "Gabrielle" qui nous enveloppe de ses ailes noires. Il y a des odes dramatiques. Des trames soniques noires et intenses comme dans "Lorena", "Brigitte" et "Josefine" qui baignent dans des lourdes nappes réverbérantes et des lamentations de guitare Frippiennes. Des nappes qui planent ici et là à la longueur de ce recueil d’improvisations soniques de Markus Reuter mais qui flottent sur ces titres avec plus d'insistance. Et avec la façon dont "Gabrielle" conclut “Sultry Kissing Lounge” on comprend que Markus Reuter avait encore du jus dans les doigts.
“Sultry Kissing Lounge” est un album qui n'est pas à la portée de toutes les oreilles. D'ailleurs, il y a beaucoup d'oreilles qui croiraient entendre les mêmes airs tellement ces structures d'ambiances Frippertroniques sont moulées dans les mêmes parfums hallucinogènes. C'est un album aux ambiances très ectoplasmiques où la Touch Guitar de Markus Reuter hurle des lamentations aux fluidités métalliques comme chante des sombres airs enjôleurs qui éraflent une ouïe des plus curieuse. Les amateurs de Robert Fripp et Brian Eno, de même que Centrozoon et Markus Reuter vont tout simplement s'en délecter.

note       Publiée le dimanche 13 juillet 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sultry Kissing Lounge".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sultry Kissing Lounge".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sultry Kissing Lounge".