Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAura Noir › Deep tracts of hell

Aura Noir › Deep tracts of hell

cd • 10 titres • 37:12 min

  • 1Deep tracts of hell01:57
  • 2Released damnation04:23
  • 3Swarm of vultures02:45
  • 4Blood unity04:47
  • 5Slasher03:29
  • 6Purification of hell02:46
  • 7The spiral scar04:27
  • 8The beautiful, darkest path04:31
  • 9Broth of oblivion04:41
  • 10To wear the mark03:26

enregistrement

Enregistré au Jester Studio en juillet 1998

line up

Carl Michael Eide (chant, guitares, basse, batterie), Apollyon (chant, guitares, basse, batterie)

Musiciens additionnels : Sverre Dæhli (guitares, titre [2])

remarques

L'édition de Peaceville Records de 2012 contient les bonus tracks suivants : 11/ Mirage - 12/ The rape

chronique

Bizarre, ce disque n'était pas chroniqué, pourtant, Aura Noir est une figure incontournable de la scène norvégienne. Certes, j'ai mis le temps avant de m'y mettre, mais il est indéniable qu'on a affaire à un monstre de la scène extrême scandinave. Le groupe possède plusieurs particularités. Déjà, il s'agit d'un trio (duo ici même, sur ce deuxième album) à géométrie variable. Apollyon et Aggressor s'échangent les instruments, basse, batterie, chant, guitare, ils sont touche à tout, avec chacun leur style et même si on pourrait parfois reprocher au groupe de manquer d'unité, surtout au niveau de la production, mais en fait, le rendu général passe très bien. Aggressor a un jeu de batterie dément, crade, plein de dextérité, mais Apollyon lui rend bien la pareille avec un style très furieux. Une autre particularité des norvégiens est de jouer du gros thrash (et pas du black !), bien brutal et extrême, mais du thrash quand même. Je dirais presque qu'on a affaire à une sorte de Slayer du metal extrême tellement l'efficacité est présente du début à la fin avec un énorme feeling, une attitude punk "fuck off and die" que ne reniera pas Darkthrone quelques années plus tard. Bref, Aura Noir, c'est p'tet bête et méchant, mais c'est diablement efficace et bon. C'est énergique, speed, ça donne la pêche quand on est mal réveillé ! Peu d'artifices ici, des riffs qui tuent, mais vraiment, une rythmique pied au plancher, une production agressive et roule ma poule ! Alors ce deuxième album est un poil moins inspiré que le précédent, "Black thrash attack", mais il contient tout de même ce qu'il faut de titres accrocheurs. On retrouve d'ailleurs ce style de riffing en aller-retour typique de la formation. Un très bon disque, cru, brut, agressif, rapide, intense, jouissif, sans compromis !

note       Publiée le samedi 12 juillet 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Deep tracts of hell".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Deep tracts of hell".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Deep tracts of hell".

Klarinetthor › jeudi 17 juillet 2014 - 23:58  message privé !

Certes, les riffs de slasher et l'aggression de le première à la derniere seconde de Black thrash attack ont déserté; mais quelle ambiance, son bien froid et plus BM, voix qui se rapproche de celle de Fenriz. Darkthrone a très certainement emprunte pas mal à la banque Aura Noir au moment de son virage dernière période.

Note donnée au disque :