Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMohammad Reza Lotfi and Sheyda Ensemble › Yadvareh Aref Ghazvini

Mohammad Reza Lotfi and Sheyda Ensemble › Yadvareh Aref Ghazvini

cd | 7 titres

  • 1 Pishdaramad
  • 2 Taknavazi setar
  • 3 Tasnif Nemidonam che
  • 4 Reng Ghadimi
  • 5 Taknavazi setar
  • 6 Tasnif Az Kafam Raha
  • 7 Tasnif

line up

Mohammad Reza Lotfi (setar), Mohammad Motamedi (chant), et les autres ?

chronique

Styles
world music
Styles personnels
traditionnel savant

Une fois que j'aurais fini de vous parler de cet album hommage à Aref Qazvini, un grand poète et compositeur perse (à l'époque on disait la Perse, mais il s'agit bien de l'Iran), j'aurais pratiquement fais le tour du Sheyda Ensemble – reste encore celui avec Shajarian, ce n'est pas rien. Ça paraît dingue, alors que l'Ensemble a été monté il y a trente ans de ça : ce n'est que dans sa dernière incarnation qu'il nous offre un témoignage. Témoignage, le mot est lâché. Il s'agit ici de compositions de Qazvini, vieille de plus d'un siècle, en Qajar style. Alors c'est sûr, c'est quand même nettement plus austère que ce dont nous avons affaire habituellement. On éprouve ici ce rapport très étroit qu'entretien la tradition avec l'authenticité, avec l'héritage, avec la rigueur et la rectitude. Loin des préoccupations mystiques habituelles de Lotfi, l'ensemble donne plus ouvertement – c'est l'idée, aussi – dans la musique savante. Ritournelles complexes, mélodies abruptes et répétitives, il n'y a guère que le chant de Motamedi, bourré de reverb, pour donner un peu de chaleur à tout ça. La musique d'orchestre étant limitée à l'époque par sa portée acoustique, les techniques de compositions s'en trouvent elle-même circonscrites à ce qu'il est possible d'entendre ; c'est absolument trivial, mais on comprend mieux pourquoi il aura fallu attendre les années soixante dix pour assister au retour du sêtar dans les grâces nationales, et même la naissance d'ensemble uniquement dédiés au sêtar. Les compositions, disais-je, sont circonscrites à ce qu'il est possible d'entendre ; ainsi les instruments jouent « de concert », simultanément, pour un effet relativement minimaliste. Les deux solos de sêtar sont en revanche complètement à tomber, et font la moitié du disque à eux-seuls. A l'écoute de cette page d'histoire, on mesure à quel point l'évolution technologique à chamboulé l'approche et la pratique de la musique iranienne : on inclut désormais le sêtar dans les ensembles parce qu'on peut désormais le distinguer dans la masse ! Ça paraît trivial, et pourtant les conséquences sont gigantesques pour une musique à ce point versée dans l'ornement ; je veux dire par là que l'ornement n'a jamais pu avoir ce relief que lui offre aujourd'hui la technologie. Ces compositions de Qazvini, quand on les compare aux deux solos qui les traversent, et qui sont eux de la main de Lotfi, en prennent un sacré coup. C'est ironique : c'est la technologie, la modernité, qui permet d'accentuer ce qui fait la valeur de la pratique traditionnelle (=l'ornement). On va pas faire les neuneus à dire que ces morceaux ont vieilli, ce n'est pas la question, c'est comme dire que Bach est vieillot à côté de Debussy ; disons simplement que, rétrospectivement, cette musique qui à cette époque, celle des Qajar, se tenait relativement éloignée de toute idée de religiosité, influencée (trop ?) par ses voisins occidentaux, donne un peu trop dans le « savant de cour », dans le guindé, trop proche du roi. Efficace, entêtant, pas de doute. Mais il aurait fallu un petit supplément d'âme pour emporter l'exigence que nous sommes.

note       Publiée le jeudi 10 juillet 2014

partagez 'Yadvareh Aref Ghazvini' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Yadvareh Aref Ghazvini"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Yadvareh Aref Ghazvini".

ajoutez une note sur : "Yadvareh Aref Ghazvini"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Yadvareh Aref Ghazvini".

ajoutez un commentaire sur : "Yadvareh Aref Ghazvini"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Yadvareh Aref Ghazvini".