Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Cale › Paris 1919

John Cale › Paris 1919

  • 1973 • Reprise 44 239/2131 • 1 LP 33 tours
  • 1993 • Reprise 2131-2 • 1 CD
  • 2006 • Rhino 8122 74060 2 • 1 CD

cd • 9 titres • 31:19 min

  • 1Child’s Christmas In Wales3:19
  • 2Hanky Panky Nohow2:43
  • 3The Endless Plain Of Fortune4:10
  • 4Andalucia3:51
  • 5Macbeth3:04
  • 6Paris 19194:03
  • 7Graham Greene2:59
  • 8Half Past France4:17
  • 9Antarctica Starts Here2:53

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré aux Sunwest Studios, Los Angeles. Produit par Chris Thomas.

line up

John Cale (chant), Lowell George (guitare), Peter « Sneaky Pete » Kleinow (steel guitar), Bill Payne (claviers), The Ucla Symphonic Orchestra, Wilton Felder (basse), Richie Hayward (batterie), Paul Barrère (guitare), Keneth Gradney (basse)

remarques

L’édition CD Rhino de 2006 présente onze plages supplémentaires : il s’agit d’un inédit (Burned Out Affair), et de prises « alternatives », versions instrumentales, répétitions ou mixes particuliers de morceaux présents sur l’album original. Selon les éditions, tout ou partie seulement de la liste des musiciens ci-dessus reportée est créditée (en particulier concernant les membres du groupe Little Feat). L’édition originale de 1973 n’en mentionne d’ailleurs aucun.

chronique

La guerre est finie. L’armistice signée. Paris, 1919 : une conférence commence, qui durera dix-huit, dix-neuf mois. Les dirigeants – ceux qui aux bouts des discours avaient jeté les troupes aux tranchées – redécoupent l’Europe, se partagent les peuples, se distribuent les nations. Des empires tombent – l’austro-hongrois, l’ottoman. On s’empare des décombres, on les expose comme récompenses des justes – qui ne furent que les forts, c’est à dire piètrement : parce que mieux équipés, peut-être par accident. L’histoire écrit les vainqueurs. C’est une morne légende, et cette Paix un mensonge. Dans le charnier – répétition d’un autre à venir, plus grand encore, toujours plus mondial, catastrophe plus efficiente – c’est l’humanité qui s’est perdue, entière, sa substance, sa qualité ; le gagnant véritable, c’est la machine morte, mortifère ; l’aboutissement logique, horrible, des révolutions industrielles ; tout s’échange, le sang comme l’argent, et on ricane à l’idée naïve qu’il y aurait même une âme à perdre ; si par contre on pouvait la vendre… La Bourgeoisie est morte aussi, c'est à dire arrêtée, simple rouage de ce système de production qu'elle a monté, nourri ; elle continue de se divertir, à singer une image figée de la noblesse, à simuler une décadence qu’elle ne peut pas goûter, chacun de ses membres n'ayant plus l'heur d'avoir vécu la vigueur ; l’individu souffre encore mais sans pouvoir bouger ; il n’y a plus de dehors, d’extérieur où fuir, se réfugier, se replier pour commencer autre chose, révolte ou lignée d’exil ; la Culture est contrefaite : elle brade ses germes ; Dada et toutes les autres tentatives de frayeur et d’éveil ont tourné œuvres – monnayables – dans les mises à jour des manifestes surréalistes ; les années qui s’ouvrent, on les appellera "folles" ; c’est un abus de langage également : elles seront l’illusion seulement d’un sursis, d’un oubli ; toute rébellion n’est plus qu’une question, qu'une option d'esthétique, pour ce Positivisme qui sonne à toutes les portes ; la nostalgie n’est plus qu’un rêve tiède que le Progrès flétrit – l’Andalousie, dans dix-sept ans, boira le sang d'une république, et la Catalogne, et les Asturies… ; dès le début de cette boucherie qui vient de se clore, on avait exposé les armes au grand clergé : afin qu’il les bénisse et qu’on les porte au front ; et qu’il exhorte les soldats, aussi : qu’il leur assure que la Patrie est bien la fille unique et préférée de Dieu. Et que mourir pour elle n’est qu’un détail, la moindre des reconnaissances… Paris 1919 – l’album – est une suite de scènes, de nouvelles courtes, extraits de journaux intimes, de lettres adressées en vain. Cryptées, saisissantes, de formes parfaites, à la désolation sourde, lasse, couvée, la peur et la colère, le désespoir en consomptions enfouies. Cale – le fin Gallois passé par l’Amérique, raffiné, savant, sorti des fracas du Velvet Underground, producteur entre temps de ces brutes de Stooges, tisseur des voiles où se drapait la voix de deuil aux funèbres heures de son amie Nico – y esquisse, y pique, y perce des bribes historiques ; les constelle, les crible de références fragmentaires, de bouts d’indices – littéraires, politiques. Bien au-delà – aux racines et vers les conséquences désormais connues, toujours subies – de l’année et du lieu annoncés par le titre. C’est le massacre du continent – en attendant de voir plus grand, disais-je – qu’il nous conte d’une voix posée, en pièces brèves, en tableaux animés doucement, traitreusement agréables, caressant l’écoute. Il est question au loin – en face, par l’océan – d’une puissance qui grandit, d’une forme qui s’affirme – nouvelle, jeune, parée de vitalité – du mal qui vient d’en emporter dix-huit millions et six cent mille : hommes, uniformes, femmes et enfants. Qui vient de raser des villes avec leurs siècles. Cale trace des lignes depuis les prémisses, transite par la pensée – amère – du Poilu en partance ou bien rapatrié. Voit dans toutes les époques d’avant ou à venir, depuis ce point cité : jusqu'au mitant du dix-neuvième, aux sagas bien réglées des comptoirs exotiques, exploitations coloniales ; aux salons de ladite entre-deux-guerres où l’on converse avec Graham Greene – dans cette espèce d’ennui victorien qui n’est que l’état passif, éteint, de la terreur. Cent ans d’atermoiements et de chutes continuelles, grimés en Renaissance. On aurait presque l’impression, l’oreille réalisant ce qui se dit, sous la mélodie, de visionner des vieilles bobines d’actualité – images en noir et blanc de liesse, de fastes, films en costumes qui se donnent pour immédiat, réalité – mais qu’une voix commenterait, qui ne serait pas cette tromperie. Qui à la place énoncerait – en périodes élusives, ellipses, allusives – la critique radicale de cette même période, de ces décennies ci. Le regard lucide et horrifié des philosophes de Francfort – Adorno, Herbert Marcuse, mais... Le ton sans panique, la diction mesurée, la métrique élégante. Voire le dernier regard en arrière, résigné, de leur camarade Walter Benjamin avant de prendre son cyanure. Musicalement, pourtant – et jusque dans ce chant articulé, triste mais d’une curieuse cordialité communicative, même, lorsqu’il pose en refrain "ce n’est plus qu’affaire de ‘eux ou moi’" – Paris 1919 s’épargne tout grincement. Toutes les lignes y sont justes, claires, aussi limpides que les mots sont intriqués, inquiétants dans leur manière de ne lancer que des amorces de pistes et des tessons de sentences, des conclusions partielles et sans appel. La tension – la colère blanche, sèche, mate, qui sera celle de Fear – ne vibre pas, ici. Pas de dissonance rock malade. Pas non-plus de contours étranges, d’expérimentations, de trafics sonores. Ce disque se donne comme pop – et de la plus étoffée, détaillée, de la mieux proportionnée. Savante dans sa manière d’arranger les timbres, d’alterner cordes vastes – The Endless Plain Of Fortune et ses montées épiques – claviers liquides, très rares incursions électriques (Macbeth). Ce fut sans doute un coup de génie, d’ailleurs qu’avait eu le producteur Chris Thomas d'engager ces musiciens là pour jouer ces compositions-ci. Des membres du groupe Little Feat, notamment – qui cette même année baignait en plein rhythm’n’blues louisianais, sortait son Dixie Chicken au groove collant et souple. Et même le bassiste des Crusaders, formation de jazz-funk scintillant, luisant, velours… Car une fois aperçu, le tiraillement ne nous lâche plus ; entre cette patte orchestrale luxueuse, la dynamique parfaitement dessinée, balancée ; et ces avis d’imminent, de permanent désastre. Paris 1919 ne clame pas la violence, ne la dénonce pas. Il l’intègre comme menace banale, l’intériorise comme condition de survie, cachée sous l'apparence aimable jusqu'au moment inévitable où la circonstance l'acculera. Crier, en ce temps de stase sise entre deux conflits, deux massacres, serait bien trop risqué : ce serait donner l'alerte, faire spectacle ; ces choses attirent toujours la gloire et la police. Sur les écrans s’étalent les propagandes. Avant de clore le cycle, John Cale chuchote d'un souffle cassé l’histoire de la Grande Star Paranoïaque du Cinéma. C’est bien exact, au fond : le vrai gagnant, c’est Hollywood. "Sous les lumières magiques qui brillent/De la Barbarie jusqu'ici"… Sans chaleur nous mourons. Pour l’heure et pour longtemps, l’Antarctique commence là.

note       Publiée le mardi 8 juillet 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Paris 1919".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Paris 1919".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Paris 1919".

dariev stands › jeudi 9 juillet 2020 - 12:05  message privé !
avatar

Y'a quand même une différence hénaurmissime à mon avis entre Cale et Reed, tout comme entre Cale et Bowie, Iggy Pop ou pratiquement tous les grands pontes du rock ou de la pop 70's : c'est que le mec écrivait et concevait ses arrangements lui-même. Et était capable dès le plus jeune age de diriger un orchestre, et pas pour en faire du Spector ou "juste" du Morricone ou du Goldsmith, ni même du Axelrod (il n'est pas passé par la case "normal" du tout !!). Perso je suis terrassé par un truc comme "The Marble Index", à mon sens 100 fois plus défricheur et radical et tout ce qu'on veut que le premier (ou le 2ème pour le coup) Velvet, produit et arrangé par Cale pour Nico donc. Pour moi, rien que pour cet album, Lou Reed devrait lui lécher les orteils, sans aucune exagération. (faut souligner que Elektra étaient des kamikazes du marketing à l'époque). Mais Lou Reed, exactement comme Bob Dylan, se base sur l'aura livresque qui l'entoure et qui entoure ses (certes extraordinaires) paroles de chansons. Reed sans Cale, on en aurait jamais entendu parler, il aurait jamais été dans le son crade par lui-même. Cale sans Reed, pas grand monde en aurait quelque chose à foutre(le mec est trop anti-commercial et ingérable, soyons honnêtes), mais par contre il serait en bonne place sur ce site parmi d'autres figures cultes, ou peut être serait-il une sorte de Eno destroy et un peu plus "vieille Europe" ? Car Cale est juste un créateur de musique de malade... Alors bien sûr, il n'a pas fait "Transformer", bon, ok. Mais Transformer c'était une équipe de pointures anglaises. Ah et l'autre truc à dire sur Cale, c'est que sa vision est désespérément adulte. C'est trop désabusé et méfiant pour être adolescent, donc c'est anti-rock, même quand il joue les proto-GG allin... ça, ça lui a enlevé des points de punkitude par paquets de 12. (j'ai presque envie d'ouvrir un topic Cale, a vrai dire j'attendais l'occasion).

Dioneo › jeudi 9 juillet 2020 - 11:18  message privé !
avatar

Bah McBeth si... Mais bon, comme tu dis, question de sensibilité sans doute : perso le premier truc que j'ai entendu de Cale c'était la très dépouillée Amsterdam - tirée de Vintage Violence, donc, mais pour ma part c'était sur une grosse compile rock fourre-tout qu'avait chopé mon frère (genre compile du guide du routard rock...) où se cotoyaient du Nick Drake, du Flash & the Pan, XTC, Clash, Men at Work... Et perso j'avais décliqué tout de suite, sans avoir besoin de savoir quelle était la démarche du mec, de capter des références pointues, artistiques, littéraires ou quoi. J'ai eu simplement l'impression de me prendre un truc hyper nu, super lucide mais profondément émotionnel, remué - un truc folk épuré et mélancolique, d'une tristesse insondable, pourtant bien différent de trucs folks tristes insondables que j'avais déjà pu entendre avant, à l'époque...

Après oui, Cale y'a de toute façon tellement de "facettes" à sa disco, son oeuvre, qu'on peut tout à fait rester dehors selon celui par quoi on aborde... Et puis oui, si tu supportes pas la façon dont il chante parfois bah ça risque de jamais passer, tant pis. (Et bien sûr pas d'accord/pas du tout la même que toi concernant Slow Dazzle - pas de pire du tout là-dedans, à mon oreille... Et Sabotage, en passant, t'as jeté une oreille ?)

GrahamBondSwing › jeudi 9 juillet 2020 - 10:25  message privé !

Obligé de répondre @Dioneo, par respect, même si je suis un peu sec sur le sujet, d’abord je vais préciser que je ne suis pas un grand fanatique de Lou Reed mais j’aime beaucoup ses mutations, ses prises de risques sa folie qu’on sent présente même dans les moments calmes. John Cale, c’est une autre histoire, y a besoin de connaissances préalables peut-être, ce n’est pas un reproche, j’ai le cas Brian Eno dans ce genre-là : j’ai vu un documentaire sur lui, il y a des années sur Arte et j’ai découvert un gars hyper intelligent, pédagogue et limpide dans ses explications concernant les théories qui sont derrière son œuvre, et du coup respect total et envie de d’écouter, même si au fil de cette découverte il y a beaucoup de ses albums que je mets de côté (pas ma sensibilité). Donc pour revenir à John Cale, j’ai écouté Slow Dazzle (Tiens, tiens, Eno et Manzarena jouent dessus…) hier après-midi et j’ai trouvé ça amusant car le meilleur (Dirty-Ass Rock 'n' Roll, Heartbreak Hotel) y côtoie le pire (I’m not the loving kind : en fait, je ne supporte pas cette façon de chanter). En écoutant la reprise d’Heartbreak Hotel, je me suis dit que parfois John aurait tout à gagner à faire des reprises de ses propres titres pour les améliorer (bon, ouais, c’est un peu tard maintenant)… Donc, si vous êtes comme moi et qu’un album sans aucune chanson rock (Macbeth ? NON) c’est un peu comme un minou sans poil (on peut dire ça en 2020 ?), commencer par un autre disque que « Paris, 1919 », conseil d’ami.

Note donnée au disque :       
Dioneo › mercredi 8 juillet 2020 - 20:46  message privé !
avatar

Oui, je voulais juste dire que si tu laisses tomber cette éternelle histoire de la rivalité post-velvet - et de l'animosité sans doute bien réelle et ambiguë qu'ils devaient se porter l'un l'autre, doublée sans doute d'une certaine admiration au moins... Bah ça se tient tout seul, de part et d'autre - mais pour moi Cale davantage, pour ce qui est du "les ponts sont coupés avec la vieille légende".

Raven › mercredi 8 juillet 2020 - 20:37  message privé !
avatar

"The Endless Plain of Fortune, quelle merveille !"

Oui. Une de ses plus belles chansons.

"Et en réaliré Cale et Reed n'ont pas besoin mutuellement l'un de l'autre"

L'argument opposé est souvent soulevé par les amateurs du Velvet (et de Songs for Drella), mais chacun de leur côté ils peuvent effectivement être encore meilleurs.

Note donnée au disque :