Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRichmond Fontaine › Post to Wire

Richmond Fontaine › Post to Wire

cd • 16 titres • 47:00 min

  • 1The Longer You Wait2:38
  • 2Barely Losing2:48
  • 3Montgomery Park3:00
  • 4(Walter's on the Lam)1:07
  • 5Through4:30
  • 6(Postcard from California)0:48
  • 7Two Broken Hearts3:22
  • 8Hallway3:20
  • 9(Postcard Written With a Broken Hand)0:54
  • 10Post to Wire2:13
  • 11Polaroid4:20
  • 12Always on the Ride3:37
  • 13(Postcard Postmarked Phoenix, Az)0:58
  • 14Allison Johnson2:24
  • 15Willamette7:52
  • 16Valediction3:16

line up

Willy Vlautin (chant, guitares acoustique et électrique), Dave Harding (basse, guitares électriques, chant), Sean Oldham (batterie, percussions, chant, vibraphone), Dan Eccles (guitare), Paul Brainard (pedal steel, piano, guitare acoustique, trompette, chant, vibraphone)

remarques

chronique

Styles
country
alt-country
rock alternatif
grunge
Styles personnels
no depression

Allez pas croire. Malgré les apparences j'équarris pourtant plus que de raison dans l'alt-country que je m'enquille. Je vous épargne un sacré paquet de trucs que je trouve horriblement borderline même pour moi - en tant qu'être humain s'entend - à me dire que d'ici dix ans à ce rythme j'en serai à me taper la disco de Johnny à la recherche de ses riffs country rock les mieux planqués, et que j'écouterai ce genre de trucs qui me feront me retourner vers le passé en me demandant "peuchère, mec, mais comment t'es arrivé là ?". Mais à chaque chroniqueur ses secrets de fabrication. Faut pas croire que ça vient comme ça, c't'intarrisable pouvoir de la catchphrase dodue. C'est tout le paradoxe. Pour certains d'entre nous on s'enfile des horreurs juste pour le plaisir de pouvoir ensuite dégainer une référence incongrue au détour d'une chronique du dernier Mayhem (et ses penchants incontestables pour le funk carioca) et passer ensuite pour un véritable un audiophile martien. Enfin, donc si j'ai choisi parmi d'autres d'alt-country ce disque de Richmond Fontaine, c'est parce qu'au terme de sa dizaine de morceaux en avatars du No Depression sound (c'est à dire en déclinaison de l'Uncle Tupelo du même nom), y'a ce morceau que je kiffe à mort, "Willamette", qui est un vrai miracle du style, avec sa population de lap steel fantômatiquement sinistres - comme un pic à la constante couleur passéiste qu'elles huilent déjà au disque par ailleurs - et puis sa tambouille de riffs à la déprime, droite sortie d'un Drive-By Truckers d'hiver, cet imaginaire southern rock d'une nuit d'Alaska. Après, Richmond Fontaine, pour en parler quand même vite fait, c'est un groupe qui a aussi l'intérêt de savoir varier les plaisirs d'album en album. Vous pouvez taper le précédent et le suivant, entre autres, ils complètent assez bien celui-là (si déjà vous tentez celui-là, vu le peu de volonté que j'y mets). Et puis c'est aussi un groupe qui accueille en son sein Willy Vlautin, qui au delà de son timbre fantasmagorique, est acclamé par la critique comme parolier tout à fait formidable (il est romancier à côté de Richmond Fontaine, et il en est même à son quatrième bouquin déjà). Bon, moi ça m'a pas secoué plus que ça son talent de stylo-plume, passé les quelques morceaux spoken-wordés où il en fait des tonnes et qui sont relativement sympathiques (merde si ça se trouve Post to Wire c'est un concept album j'ai même pas vérifié). Mais ça suffit néanmoins à m'attacher un minimum au bougre, moi qui me disperse également dans ma vocation d'écrivain raté.

note       Publiée le vendredi 13 juin 2014

Dans le même esprit, Consultant en informatique vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Post to Wire".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Post to Wire".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Post to Wire".