Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSleepytime Gorilla Museum › Grand opening and closing

Sleepytime Gorilla Museum › Grand opening and closing

  • 2002 • Seeland Seeland 523 • 1 CD digipack

9 titres - 59:03 min

  • 1/ Sleep is Wrong (6:35)
  • 2/ Ambugaton (5:38)
  • 3/ Ablutions (6:05)
  • 4/ 1997 (4:48)
  • 5/ The Miniature (0:59)
  • 6/ Powerless (9:30)
  • 7/ The Stain (6:46)
  • 8/ Sleepytime (10:16)
  • 9/ Sunflower (7:52)

enregistrement

Polymorph recording Studio, Oakland, Californie, USA, 1999 - 2001

line up

Carla Kihlstedt (violon, percussion, guitare, harpe, orgue, chant), David Shamrock (batterie, piano), Nils Frykdahl (guitares, cloches tibetaines, harpe, chant), Moe! Staiano (percussions, marimba, guitare), Dan Rathbun (basse, piano, slide guitar, voix), with Frank Grau (batterie)

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
crossover metal progressif

Trois ans de réalisation auront été nécessaires pour que voit enfin le jour ce "Grand Opening and Closing" on ne peut plus déroutant. Avec Maudlin of the Well, c'est sans aucun doute une des excellentes surprises de cette année deux mille deux qui avait l'air pourtant bien terne. Emballé dans une présentation en digipack très soignée, Sleepytime Gorilla Museum nous propose une grammaire inhabituelle mais ô combien séductrice. Disons que les amateurs de néo-métal (dans les bons côtés des formations telles que Korn ou Deftones), de ce progressif hargneux déployé en son temps par King Crimson période "Larks' Tongues in Aspic", avec ses parties de guitares métalliques constamment appuyées par un violon fou furieux, et du post rock in opposition joué par Thinking Plague ou Motor Totemist Guild, voire les anciens comme Art Bears (sur "Ablutions"), tiennent tous là un disque qui se veut comme l'intersection de tout ces genres. Un croisement hybride, certes, mais nullement contre nature, et dont la tonitruante collision se fait avec un réel bonheur. En fonction de nos accointances, les uns bouderont les assauts vocaux de titres comme "Sleep is Wrong" ou "1997", alors que les autres seront plutôt enchantés par leus essais aux fragrances néo-contemporains comme l'intriguant "Sunflower". Pourtant, le but du groupe est clairement de rassembler, et non de diviser. Le nerf de la guerre semble être le travail rythmique tout au long de cet album ; qu'il s'agisse de la multiplication des percussions, on l'a dit, avec marimba, cloches tibétaines ou cymbales clinquantes, ou de la juxtaposition de temps binaires et ternaires, Sleepytime Gorilla Museum utilise toutes les ficelles possibles et imaginables pour créer cette tension permanente qui confère à l'album une atmosphère oppressante, sans être pour autant foncièrement malsaine. Parmi la grande catégorie des groupes inclassables, cette nouvelle formation américaine trouvera sa place quelque part entre Mr.Bungle et le défunt Höyry-Kone. Une bonne petite surprise.

note       Publiée le dimanche 16 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Grand opening and closing".

notes

Note moyenne        16 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Grand opening and closing".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Grand opening and closing".

Dun23 › vendredi 10 avril 2015 - 18:45  message privé !

Clair qu'il est bon! Après, c'est vrai que l'influence Art Bears s'entend dès que Carla est au micro. Et c'est amusant, parce que j'aime franchement SGM mais j'ai plus que du mal avec Art Bears! M'en touche une sans toucher l'autre, quoi! Et pourtant, la filiation est flagrante!

Note donnée au disque :       
sergent_BUCK › mercredi 8 avril 2015 - 21:55  message privé !
avatar

merdre, je viens de voir que je l'avais noté deux boules en 2006 celui là... qu'est ce que j'avais mangé ?... ré-écouté deux fois aujourd'hui, grosses baffes. Il me semble que c'est leur plus homogène, même le riff Pantera au début de 1997 finit par marcher dans la foulée.
Ouais, les suivants sonneront peut être plus personnel, tandis que celui là reste très proche des Art Bears/Thinking Plague, mais au final rien qui ne justifie de bouder cet excellent disque !

Note donnée au disque :       
blub › mardi 21 octobre 2008 - 01:30  message privé !

Tiens, en parlant de Goya: http://stalker.hautetfort.com/images/medium_asta_su_abuelo.gif

prypiat › vendredi 8 août 2008 - 18:58  message privé !
Entièrement d'accord avec Ribosome... RIEN à jeter là dedans... Tout y est superbe, hypnotique par moments, barré toujours... Encore un chef-d'oeuvre... Ca deviendra une habitude chez SGM...
Note donnée au disque :       
Potters field › vendredi 2 mai 2008 - 14:31  message privé !
imparable