Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCovenant (NOR) › In Times before the Light

Covenant (NOR) › In Times before the Light

cd • 10 titres • 51:00 min

  • 1Towards The Crown Of Nights 5:53
  • 2Dragonstorms 4:59
  • 3The Dark Conquest 6:56
  • 4From The Storm Of Shadows 5:15
  • 5Night Of The Blackwinds 3:42
  • 6The Chasm 3:46
  • 7Visions Of A Lost Kingdom 3:27
  • 8Through The Eyes Of The Raven 5:02
  • 9In Times Before The Light 6:03
  • 10Monarch Of The Mighty Darkness 5:54

enregistrement

Enregistré et mixé au X-Ray Studios, Automne 1995. Produit par Covenant & Sire Johannesen. Masterisé à The Exchange, executive production par Noctis Irae. Artwork par Covenant.

line up

N. Blackheart (Vocals, Drums, Keyboards), T. Blackheart (Guitars, Bass, Keyboards)

remarques

Ré-enregistré en 2002 sous leur nouveau blaze.

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
symphonique hibou

1996. Sombre année pour le sympho black que celle qui vit à la fois paraître Stormblast et Dusk and her embrace, et empêcher la sortie du premier Covenant, pour cause de disparition mystérieuse d'artworks. Qu'à cela ne tienne, le disque sort 2 ans après son enregistrement ; et quel disque ! Les autres groupes ont beau eu fignoler leur keubla pendant que Nagash - le frontman - cherchait partout ses pochettes perdues, les Covenant n'ont pris aucun retard perceptible sur la scène. En 1997 donc, sort "In times before the light", un first album qui refoule bon le hibou mouillé. Parfum Mordor, pics ivols sur les épaules, grattes dessus gras dessous, les deux ados norvégiens foutent quand même une bonne branlée à queques'uns de leurs camarades d'époque. Y a certes pas la sauvagerie sophistiquée d'un Emperor, ni même la majesté mélodique d'un Obtained Enslavement : mais tant mieux ! nos garçons sont sur un autre créneau que leurs potes-inspirations, ils sont sur le créneau du synthé à deux balles (vraiment hein... du genre dur à concurrencer), enregistré en plein blizzard une nuit d'hiver norvégien... c'est pas un cliché : c'est la vérité. Le blizzard est présent dans le souffle persistant des amplis, il hurle, il secoue les bras des sapins qui font frou frou frou et effraient les chouettes. Néanmoins, détrompez-vous si vous vous trompez : la production reste excellente et claire. Comme de l'eau de fjord. Quoi de plus audible en effet que cette lointaine batterie, classique et fluidifiante, que ces guitares, souvent perchées dans les aigus d'où elles tarabustent leurs mirifiques leads et envolées arpégées ? Quoi de plus vivifiant que cette voix d'estomac, qui gargouille et rote ses péripéties épiques ? Quoi de plus classieux enfin que ces flûtes & cuivres synthétiques qui, nonobstant leur timbre ridicule et leur jeu dépouillé, arrachent les tripes dans leurs moments de bravoure ? (je pense à "The Dark conquest" et "From the Storm of Shadows" mais pas que). On passerait tout de même à côté de quelque chose si l'on ne s'arrêtait une seconde sur le maître mot du disque : Ambiance. Burlesque, pompeuse, architecturale. Mélancolique, parfois. Mais plus que tout : Ambiance de Chauve-Souris. Qui à elle seule occulte les quelques redondances et fait du skeud un must-have du black sympho, et Satan sait qu'il faut bien du talent pour rivaliser avec les collègues. Alors, foncez-y, c'est un grand cru ! Conservez au congélo et servez glacial.

note       Publiée le lundi 9 juin 2014

Dans le même esprit, Ntnmrn vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "In Times before the Light".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In Times before the Light".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In Times before the Light".

Potters field › vendredi 31 janvier 2020 - 15:06  message privé !

je l'ai depuis des lustres, j'ai pas dû l'écouter jusqu'au bout plus de 5 fois.

Powaviolenza › mercredi 27 août 2014 - 17:06  message privé !
avatar

tiens, je me suis fait la version remixée / réenregistrée façon indus black coloré. occultée à l'époque car "the kovenant". ..bah c'est vraiment chouette. produit par bjorn boge, le monsieur derrière énormément de 666 international. prod fouillée. transcende pas mal les compos un peu vieillottes de cet album, trop propre et trop amateur à la fois.

Powaviolenza › jeudi 12 juin 2014 - 15:52  message privé !
avatar

tu donnes envie :)