Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVictims Family › Headache Remedy

Victims Family › Headache Remedy

cd • 15 titres • 44:07 min

  • 1Powertrip4:46
  • 2Maybe If I...2:50
  • 3I'm So Lost1:59
  • 4Zoo3:00
  • 5Ugly Thing4:29
  • 6August 6th1:54
  • 7White Picket Fence3:53
  • 8Yeah!2:05
  • 9Product2:42
  • 10Indestructable3:22
  • 11Proud to Be Ignorant1:36
  • 12Me vs. Everything2:14
  • 13Suicide Tag3:43
  • 14Griselda, the Cable Lady2:01
  • 15Nopalitos3:33

line up

Larry Boothroyd (basse, vocaux), Tim Solyan (batterie, vocaux), Ralph Spight (guitare, chant)

remarques

chronique

Headache Remedy, c'est un vrai album à bide naissant et à casquette à l'envers. Ou alors casquette à l'endroit visière relevée, façon Suicidal. Mais en tout cas faut de l'embonpoint et un truc vissé sur le crâne pour l'aimer, c'est obligatoire. Je pense que c'est d'ailleurs vrai pour les Victims Family dans leur totalité. Bon, je me détromperai peut-être, si je trouve le temps d'écouter un jour ceux de leurs albums qui sont pas parus chez Alternative Tentacles, mais sinon je me dis que vu que le peu d'évolution qu'il y a d'un disque à l'autre, Victims Family, c'est bien du genre à nous permettre le port d'un même caleçon deux jours de suite sans taper un scandale (on le rtourne tout de même entre les deux, on est pas des porcs non plus). Si je pense à tout ça, c'est parce que derrière leur façade de Voivod Hot Chili Peppers - merci aux riffs et aux structures un peu bigarrés - ils ont surtout la funk furieuse d'un NoMeansNo - groupe à embonpoint naissant par excellence - mais converti au groove de Devo sur le tard. Victims Family, leur morceaux, ils sont tellement bravoure et succulence de curcuma et yaourt à la grecque qu'ils donnent envie de s'accorder un Primus en période de carême. Avec un chanteur à la voix rocailleuse (mais qui sait se faire shower music, dans son timbre de Michael Gerald relooké par Dolce & Gabbana), et qui peut potentiellement rendre fou, si vous d'aventure vous avez l'ivresse facile pour les gros lourds. Avec aussi un de ces bassistes du feu de dieu, qui vous dégaine ses coups de langue avec l'appétit d'un tamanoir sous acides, y'en a de ces choses pour faire de Victims Family un de ses groupes chéris. S'il fallait pas malgré tout un sacré paquet de patience et de nerfs pour se farcir ce genre de disques jusqu'au bout sans broncher, j'aurais moi-même été converti dans la plus totale félicité. C'est juste con qu'on puisse jamais se fier infailliblement à sa propre foi.

note       Publiée le mercredi 4 juin 2014

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Headache Remedy" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Headache Remedy".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Headache Remedy".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Headache Remedy".

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Je me censure sur les images dégueu à base de "faut faire des pompes du gros colon, présidon", parce qu'il faut que je me taille et que ça pourrait choquer nos plus délicats lecteurs mais... Le cour y est. La bise aux Mamas Mormones.

(Et ça va peut-être me filer l'impulsion pour enfin vous enrefiler toute la disco dans pas trop longtemps, tiens, du coup, c't'affaire).

Consultant en informatique Envoyez un message privé àConsultant en informatique
avatar

Ta foi est funk, elle est pure, tu vivras une vie longue et douce (et zoukante). La mienne de foi a trop longtemps été souillée par l'apprentissage du groove scandé par Tonton. J'en ai encore pour des années à m'en remettre, même si je me soigne. J'écouterai bien ceux que je connais pas mais ce groupe à l'air super dangereux. Le groove de blancs c'est un truc faut y toucher avec modération. Déjà que mes viscères sont mises à rude épreuve par mes régimes (culinaire et musical) peu catholiques. Faut que je les ménage un minimum.

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Celui que j'ai le moins écouté, tiens...

Sinon pas complètement d'acc' sur le côté embryon-de-bedaine de l'ensemble de la disco ! Le groupe a toujours eu quelque chose de relou (exprès hein) - dans l'ultra-tendu et cette façon de te marteler le crâne avec insistance et breaks qu'on comprend pas d'où ils sortent - mais sur les premiers (même sur la plupart), ce sont pour moi des casquetteux maigres ! Non parce que tu vois, y'a le bon relou et le mauvais relou. Le bon relou il... Bref. On m'aura compris.

(Et celui-ci, sinon, dans mon souvenir, il set quand-même plus linéaire et moins barré dans les structures que par exemple White Bread Blues ou le tout premier, ou... Ben tous sauf celui de la reformation, là, avec le caniche).

Et bizarrement je me les tire sans broncher, tiens, perso. Dois-je douter de ma foi ?