Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRevolting Cocks › Cocked and Loaded

Revolting Cocks › Cocked and Loaded

cd • 11 titres • 55:13 min

  • 1RevColution Medley
  • 2Ten Million Ways To Die
  • 3Calienté (Dark Entries)
  • 4Prune Tang
  • 5Fire Engine
  • 6Dead End Streets
  • 7Pole Grinder
  • 8Jack In The Crack
  • 9Devil Cock
  • 10Viagra Culture
  • 11Revolting Cock Au Lait

enregistrement

2004-2005, Sonic Ranch & 13th Planet Studios, El Paso, Texas.

line up

Mark Baker (batterie, chœurs), Jello Biafra (voix, chœurs), Gibby Haynes (voix, chœurs), Al Jourgensen (guitares, claviers, voix, basse, batteries, programmation), Rick Nielsen (guitares, vocalises Tarzan), Phildo Owen (scratching, voix, choeurs, cowbell, "rooster", toy piano, "bruits"), Stevie Banch (guitares, basse, batterie, programmation, choeurs)

remarques

Dans les credits du digipack, Al Jourgensen vilipende les bouteilles de vin avec bouchon à vis, pourquoi pas, mais il dit aussi qu'il aime le Bordeaux sans citer le Bourgogne, et ça c'est pas bien Alain, c'est paaaaaas bien !

chronique

Il y a encore tout plein de gens qui se forcent à détester ce genre d'albums... serais-je un brin vicieux en affirmant que ça contribue au plaisir qu'on a à les écouter ? Alors : hauts les flingues ! Pas loin de treize piges de néant créatif dans les quilles, voilà un groupe revenu encore plus con et bon. Un groupe ? C'est surtout Jourgensen en effet, et avec lui qui a bien voulu répondre à l'invitation à la sauterie. Alain est reviendu en beaucoup plus rock'n'roll, orgiaque. Genre Caligula. On l'avait laissé dans un terrain un peu morne : là il débarque à Las Vegas pour foutre le dawa. Gueule de bois garantie violente au Caesar's Palace, chambre à reconstruire intégralement. Faut se fier à la pochette : Cocked & Loaded c'est criard et ça fait triquer sévère. Tout d'abord le casting : Alain a dégotté du guest à rendre jaloux Josh Homme - puisque ce skeud est un peu l'album complètement débraillé que QOTSA ont toujours été un peu trop sérieusement poseurs pour sortir - et il nous garantit ici une érection de connerie fière et virile à rendre caduques (s'ils le sont pas déjà) les gentils garçons de Turbonegro. Cocked & Loaded c'est un Revolting Cocks totalement décomplexé du grivois et du beauf, plus que jamais. Plus cartoon et "clap your hands" aussi. Jourgensen veut envahir toutes les fêtes texanes du globe. Ministry est devenu son groupe récréatif, c'est la merde, RevCo devient son groupe à tubes. Et c'est triomphant. Même dans la loose totale ça triomphe : les titres avec Biafra c'est un peu officieusement du Lard refourgué l'air de rien mais tu t'en branles (surtout que "Pole Grinder" c'est presque aussi jouissif que quand tu découvres "Open Up" de Leftfield pour la première fois en bloquant sur Lydon, Jello est ce même genre de chèvre humaine perchée - et sur l'autre il nous ajoute la petite cerise sociale-subversive sur le cocktail). Et Jourgensen se gêne pas pour appeller des mecs de la vague hard FM en renfort (des keums de la b.o. de Top Gun, enfin je crois). Il se gêne pas non plus pour faire une reprise de Bauhaus avec un des barbus de ZZ Top. Je ne vais pas en faire des caisses sur les parties laid-back pattonesques ou yello-esques, ni sur cette saveur connement hip-hop des parties speechées (même que ça dit "wu-tang" sur un morceau on le jurerait, sauf qu'en fait ça devise plutôt fruits séchés qui sentent la marée, if you see what i vouloir dire), ni sur les relents de "Jesus Built My Hotrod" ici et là, ni sur les "cocorico !" sur cet autre titre qui sauront parler aux nationalistes purs et durs de notre beau pays : les morceaux en question se contentent d'en faire assez. Et bien sûr, je ne vous parlerai pas de cet énooooorme final en mash-up péplumesque et lubrique de Queen Floyd Zeppelin, en écho à l'intro, et qui transcende la portée politique de "Another brick in the wall" pour en faire un hymne de respect et de tolérance à la bite. Le seul morceau au monde qui aie été validé par Laibach et par Jean-Marie Bigard. "We don't need some masturbation. We don't need no cock control". Putain, c'est beau... Oh... oui, mon vieux Dominique, maintenant je le sais, oh, je le vois : c'est bien ce skeud qui tournait dans la chambre du sofitel pendant que tu prenais ta douche... alors pourquoi avoir menti aux policiers Dodo, pourquoi ? Tu avais honte toi aussi ? Et Nafissatou alors qu'elle était ébahie par l'efficacité incroyable de ce RevCo, n'a-t-elle pas simplement trébuché pour tomber malencontreusement la bouche ouverte sur ta bite innocente ??? Et même si ce fût bien toi : c'est l'ivresse de la musique qui a guidé ton geste ! Ton sexe a réagi par émotion artistique car tu es atteint du syndrome de stendhal : voilà la clé de l'affaire !!! Mais il n'est pas trop tard pour que le hard rock de RevCo t'apprenne aussi à assumer enfin qui tu es... Le champagne est frappé, les putains sont frémissantes. Alain et moi attendons ton appel, homme de lumière.

note       Publiée le samedi 31 mai 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cocked and Loaded".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cocked and Loaded".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cocked and Loaded".

Bernard › lundi 2 juin 2014 - 13:30  message privé !

Assez mal accueilli à sa sortie par les puristes des précédents albums du groupe, et pourtant ça reste du super bon. J'ai les deux versions, l'une distribuée par défaut sur le marché européen (équivalent au promo américain) et l'autre sur le marché américain (avec le 'Revolting Cock Au Lait' de 12min en intégral). C'est vraiment après que ça s'est méchamment gâté.

Note donnée au disque :       
Raven › samedi 31 mai 2014 - 15:52  message privé !
avatar

Fallait acheter la version avec le Medley marqué sur la fesse gauche de la demoiselle, comme moi, bande de losers ! "If murder is the ultimate expression of art, then I am the goddamn Pablo Picasso of death" ahahahah : cet album ne peut pas commencer autrement !

Dun23 › samedi 31 mai 2014 - 15:32  message privé !

j'l'aime bien cuila! un côté foncièrement con assumé. La suite est par contre vraiment mauvaise. Et comme le grand inquisiteur, j'ai pas cette version et j'ai un beau digipack tout pareil.

Note donnée au disque :       
Raven › samedi 31 mai 2014 - 14:45  message privé !
avatar

Tu as cette version - et j'ai celle-là.

torquemada › samedi 31 mai 2014 - 14:37  message privé !

Non, c'est un digipack tout ce qu'il y a de plus officiel, mais effectivement en regardant sur le net, je me rends compte qu'il s'agit de la tracklist du promo. Pourtant, amazon a l'air de vendre ma version : http://www.amazon.fr/Cocked-Loaded-Revolting-Cocks/dp/B000EBCEH2/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1401539777&sr=8-1&keywords=revolting+cocks+loaded

Note donnée au disque :