Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFoetus › Gash

Foetus › Gash

cd | 12 titres | 62:52 min

  • 1 Mortgage
  • 2 Mighty Whity
  • 3 Friend Or Foe
  • 4 Hammer Falls
  • 5 Downfall
  • 6 Take It Outside Godboy
  • 7 Verklemmt
  • 8 They Are Not So True
  • 9 Slung
  • 10 Steal Your Life Away
  • 11 Mutapump
  • 12 See Ya Later

line up

J. G. Thirlwell

Musiciens additionnels : Marc Ribot (guitare), Vincent Signorelli (batterie), Tod Ashley (basse), Pablo Calogero (saxophone), Frank London (trompette), Art Barron (trombone), Steve Bernstein (trompette), Marcellus Hall (harmonica)

chronique

Styles
indus
jazz
noise rock
Styles personnels
joker thirlwell's big band

En grande pompe et à grands coups de pompe dans le train : | WELCOME TO DJAY DJEE CITY | Comme dans le meilleur du steampunk ou dans Brazil ou Dark City, on est entre plusieurs époques, au moins deux, probablement trois, peut-être plus. Futur et passé s'accordent comme "cyber" et "retro" pour former un seul groove, qui va t'envoyer valdinguer contre les plinthes comme une boule de billard foldingue contre la verte et douce feutrine. Tu es la proie du Flipper flippant, le jeton d'un Las Vegas psycho. Dans cette ville tenue par des gros droïdes bourrus et des silhouettes d'enseignes en néons farceuses, le Swing Jazz Club ("Slung" pour les intimes du lieu) accueille en bon cabaret les gentlemen, au son chaud des martèlements de toms et des pets de cuivres mortifiants du Gros Groupe de Jamesy La Banane. Le cinéma est quant à lui ouvert 24h/24 et rediffuse les classiques du film de gangster sous filtre rouge (la légende raconte qu'un assassinat de masse y fût commis à la sulfateuse et que ce filtre serait en réalité du SANG), les péripatéticiennes biomécaniques pratiquent leurs tarifs dans la casse automobile. Ici on concasse du beat non-stop, on te déroule des pans entiers de polars des années 30 triturés, on hulule sur onanismes de marteaux-piqueurs. On met du rouge à lèvres sur les dents des bulldozers pour exciter la Terre. On fait trembler la terre. C'est dodu. Gros gros GROS cartoon funky batcave stéroïdé. CARTOON bordel sans catins, on ne devrait jamais esquiver le terme en causant d'Foetus ! Cœurdeboeuf, Tom W. ? Grossièreté again ! Remballez votre matos arty-free-jazz et votre cirque de faux ivrogne bande de brêles molles ! Ce soir Jamesy La Banane Mécanique va (re)reprendre vos rôles avec un robot de cuisine dans chaque main. Il vous chie dans la bouche, votre place est dans des bouquins. La sienne est dans l'Orgie Ferrugineuse Grimaçante. Mort aux esthètes, longue vie à la nouvelle chair ! Partouze ! Autopartouze ! (= branlette de schizophrène). Jim ne carbure pas aux complaintes éthyliques complaisantes : il se boit lui-même, boit de son propre charisme tuméfiant. Rictus Maximus. Il détruit le mobilier comme dans des épisodes de Tom & Jerry, sauf que forcément quand on connaît l'animal, ça vire au psychotique, au pas beau. On savait déjà la turgescence audio de cet australien tout maigrelet grâce aux grimaçants autant qu'embarrassants Hole ou Thaw, et sur Gash, ce truc caricatural est encore plus "larger than life" si possible, avec injection de métaux lourds. Je ne vous parlerais pas de "Mortgage" qui commence comme un certain tube de Michael Jackson (si si) et qui est aussi cradement bon que du vieux Swans gominé et en cuir noir, du tube "Mighty Whity" (un des plus grands hits du King on acid), de "Hammer Falls" qui a dû marquer le petit Patton, de "They Are Not So True", cette espèce de gospel thirwellien qui te troue en beauté, ni de ces minutes évidentes refusées par Kubrick et Spielberg (chronique objective), ni de ce final à la Jesus 'Goat' Lizard, sinon ça va encore être long et pas bon... j'en ai parlé ? Merde... mais, tiens donc... au final, Gash serait-il pas le meilleur Foetus, nom d'une clé à pipe ? Le Thirlwell abominablement cinématographique d'un Hide prend sa source ici, autant que dans les Steroid Maximus. Avant Gash, Foetus était déjà cinéma, oui ! Mais avec Gash il devient (prendre l'accent de Poelvoorde bourré dans tu-sais-quel-film) CINEMÂÂÂÂÂÂÂÂ. Un des albums les moins cheesy de Thirlwell, comme fait par mille mains. Son sans aérations (album de major donc album grand public ? grosse grosse blague les gars, et j'ai toujours vu dans le logo bien visible sur la pochette une grosse marrade), auto-repu, aussi limpide que de l'huile de moteur usagée, qui m'a été pénible à mes premiers contacts, tant il est compact et enchevêtré sur ses propres déjections, tant il synthétise à sa façon et encore plus que les albums d'avant tout ce qui fait l'exhubérance boursouflée jusqu'à l'indécence de Foetus. Mais quand Gash cueille, il démolit la tronche avec un smiley plus large que le barrage Hoover. Foetusifiant. Dangereux comme Al Capone sous coke, jouissif comme une levée de colts pendant un hold-up, épuisant et dégénéré comme 'Qui veut la peau de Robot Rabbit?', et autres bitures de style bien lourdingue de mon cru qui ne sauraient restituer le parfum too-much de ce skeud. Robocop prend Betty Boop en levrette, et c'est cool !

note       Publiée le mercredi 28 mai 2014

partagez 'Gash' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Gash"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Gash".

ajoutez une note sur : "Gash"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gash".

ajoutez un commentaire sur : "Gash"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gash".

bubble › mardi 3 juin 2014 - 10:29  message privé !

cet album avait été mal reçu a l’époque ( non tu n'es pas seul consultant ..) ... pas ré-écouter depuis .. peut être c'est il bonifié ? un des moins bon pour moi ...

Raven › lundi 2 juin 2014 - 21:07  message privé !  Raven est en ligne !
avatar

C'est pas très bon pour votre street cred ça, msieur l'president. :p

heirophant › lundi 2 juin 2014 - 20:46  message privé !

Je trouve aussi ce disque très bitch. A part les 2 premières et slung, ça donne juste envie d'aller se coucher.

Note donnée au disque :       
Consultant en informatique › lundi 2 juin 2014 - 19:43  message privé !
avatar

Ah mais pas du tout, j'ai juste dit que celui là était horrible, et qu'à côté des deux autres cités y'a pas photo. Le côté poseur, vu mon background, ce serait bien audacieux de prétendre que ça me refroidit. "Est-ce que ça claque ?", voilà, on est d'accord sur la question à sa poser, on est juste pas d'accord sur la réponse :))) Ceci étant je suis allé faire un petit tour sur le net du coup, et je suis quand même rassuré de voir que je suis pas le seul à trouver ce disque affreux tout en adorant d'autres Foetus. Ma street cred est 100% intacte.

Raven › lundi 2 juin 2014 - 18:27  message privé !  Raven est en ligne !
avatar

"attention whore" et "trying too hard"... oui, c'est exactement ça... "succeeding too hard", aussi, donc, si on peut dire ; nos sensibilités diverges (et c'est énorme, comme dirait papa) mais bon, toute cette scène est intello-choc, hein, c'est tout aussi valable pour Nick Cave, Lydia Lunch etc... ces gens sont de gros poseurs qui poussent à la caricature, ce sont tous des "attention whores", et pour moi la seule question qu'il faut se poser avec ces gens-là c'est juste "est-ce que ça claque ?", et en l'occurence ici, ça claque tellement que je serais incapable d'intellectualiser la chose de la sorte. C'est bestial. Et la comparaison finale avec Nail et Thaw me laisse plus que perplexe : ce sont justement deux albums encore plus poseurs que celui-ci qui a un son bien plus chargé, mr President, vous semblez vous contredire.