Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWitxes › Sorcery / Geography

Witxes › Sorcery / Geography

cd • 10 titres • 44:00 min

  • 1Unlocation
  • 2After The Horsefight
  • 3Thirteen Emeralds
  • 4Canyon Improbable
  • 5The Reason
  • 6Dead Reckoning
  • 7Misscience
  • 8Dunes Of Steel
  • 9Somewhere
  • 10No Sorcerer Of Mine

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Maxime Vavasseur aka Witxes (tout)

Musiciens additionnels : Christopher Honeyman (contrebasse sur 1, 2 , 8 & 9), Pierre-Loup Mollard (saxophone ténor sur 1, 4 & 9), Fabien Mysak (percussions sur 1)

remarques

chronique

Styles
ambient
field recordings
folk
drone
Styles personnels
7ème art

Après plusieurs bandcamp releases bien maigrelettes, voici le premier vrai skeud solo de Maxime Vavasseur, un ptit jeunot qui a déjà fait ses preuves dans des formations miel-pop ou mur-de-son metal. Notre gars manie brillamment la gratte et les cordes vocales - on les entend sur "No Sorcerer of Mine" -, mais a préféré ici un tout autre instrument : le clic de souris. On en parle peu, mais l'utilisation de plus en plus fréquente de cet outil ingénieux permet de faire des collages expérimentaux mirifiques, en déplaçant quelque samples et fields recordings sur Cubase ou assimilé. Le titre : Witxes, c'est pour les sorcières bien sûr ; le proprio du lieu est un obsédé de sorcellerie et de géographie. Etonnant non ? D'hab on nous casse les pieds avec des tourments liés au temps qui passe, qui "file entre les doigts", qui galope, qui "détruit tout", bla bla, mais lui non ! Lui notre gars son obsession c'est l'espace. Ce qui le fait bander c'est pas Hot Video, c'est la cartographie. Un original en somme. - Et sa zik au zigue ça zouke ? - Un adepte des murs de son, j'vous disais... Un peu à la Pyramids, un peu à la Dahlia's Tear, un peu à la Tim Hecker, un peu à la "Monoliths & Dimension", un peu à la Basinski... Rajoutez Bohren aussi, tiens, y a quelques saxos qui chouinent dans les coins. Et notre Maxime Vavasseur a bien du talent, que ça soit dans l'extension du drone, dans le maniement des vagues électriques ou dans les accalmies à la guitare sèche (hmm... "Unlocation"). Son album pour ainsi dire, ne s'écoute pas. On ne focalise sur la zik qu'aux moments paroxystiques, sur "Unlocation", sur le génialissime "The Reason" et son sample aussi terrifiant que le final du Battle of Mice, si vous me suivez. Le reste des titres se confond comme l'UMP et le PS, et sont plus des titres d'ambiance que strictement musicaux. Tunnels humides et plein d'échos, résonances d'outre-monde, douce rêverie devant les pixels, les morceaux sont là, en jonction parfaite, ils tissent les décors. La bobine fait son bonhomme de chemin : on n'écoute pas, on vit. Feng shui. La musique fait office de projecteur - les oreilles d'écran blanc creusé par les diapositives.

note       Publiée le mercredi 28 mai 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sorcery / Geography".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sorcery / Geography".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sorcery / Geography".

A.Z.O.T › samedi 7 juin 2014 - 02:47 Envoyez un message privé àA.Z.O.T

Vus en première partie de bohren und der club of gore, c'était d'un ennui sans nom.

Horn Abboth › jeudi 29 mai 2014 - 15:16 Envoyez un message privé àHorn Abboth

Suis en train d'écouter sur le Bandcamp, ça m'a l'air plutôt pas mal cette affaire.