Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUncle Tupelo › Anodyne

Uncle Tupelo › Anodyne

cd • 12 titres • 43:17 min

  • 1Slate3:24
  • 2Acuff-Rose2:35
  • 3The Long Cut3:20
  • 4Give Back the Key to My Heart3:26
  • 5Chickamauga3:42
  • 6New Madrid3:31
  • 7Anodyne4:50
  • 8We've Been Had3:26
  • 9Fifteen Keys3:25
  • 10High Water4:14
  • 11No Sense in Lovin'3:46
  • 12Steal the Crumbs3:38

enregistrement

Mai - juin 1993, Cedar Creek studio, Austin, Texas. Produit par Brian Paulson

line up

Jay Farrar (chant, guitare, mandoline), Jeff Tweedy (chant, basse, guitare), Ken Coomer (batterie), Max Johnston (violon, lap steel guitar, banjo, guitare Dobro), John Stirratt (guitare, basse)

Musiciens additionnels : Joe Ely (chant), Brian Henneman (chant), Lloyd Maines (pedal steel guitar), Doug Sahm (guitare, chant)

remarques

chronique

Paradoxalement, c'est au moment où Farrar et Tweedy, qui se regardaient déjà en chiens de faïence depuis un moment, étaient les plus proches de la rupture que l'alchimie a été la plus forte dans Uncle Tupelo. Anodyne, même s'il est très loin de la furie noisy de No Depression dans ses passages les plus bourrus, offre le meilleur équilibre possible entre les influences country et le simili-grunge des deux affreux. Faut dire qu'ils ont su bien s'entourer pour l'occasion. Heidorn ayant définitivement lâché le groupe, le divorce avec les escrocs de Rockville définitivement consommé, c'est Gary Louris des Jayhawks qui va sortir Uncle Tupelo de l'impasse en les trainant chez Sire Records. De là, ils trouvent un nouveau batteur en la personne de Bill Belzer (après avoir hésité avec le batteur de Clockhammer), ainsi que deux autres prophètes aux mains agiles, John Stirratt et Max Johnston, qui ont sans doute très largement contribué à diluer les conflits internes précédent l'enregistrement. Ce qui est marrant par contre, c'est que sur la tournée qui a suivi, c'était complètement la teuf. En vieille rockstar supapro, Farrar refusait catégoriquement de jouer les titres écrits par Tweedy sur scène, l'insultait lorsque ce dernier osait se saisir du micro entre les morceaux, et ces deux petits cons s'échangeait systématiquement des noms d'oiseaux en backstage avant et après les shows. Anodyne, malgré tout, est un album super cool. Sorte de synthèse réussie entre March (pour ses folks terroirs) et Still Feel Gone (pour son grunge pas assumé). C'est le plus posé des Uncle Tupelo, avec des morceaux bien verrouillés et classy, à savourer comme un pain de viande de grand-mamie.

note       Publiée le mercredi 28 mai 2014

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Anodyne" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Anodyne".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Anodyne".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Anodyne".