Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGWoody Guthrie › Dust Bowl Ballads

Woody Guthrie › Dust Bowl Ballads

  • 1940 • Shellac Victor P-27, P-28 • 1 LP 33 tours
  • 1964 • Rca victor LPV-502 • 1 LP 33 tours
  • 1964 • Folkways FH-5212 • 1 LP 33 tours
  • 1977 • Rca victor PL 12099 • 1 LP 33 tours
  • 1988 • Rounder CD 1040 • 1 CD
  • 1998 • Camden 74321 578392 • 1 CD
  • 2000 • Buddah records 74465 99724 2 • 1 CD
  • 2009 • Doxy DOY623 • 1 LP 33 tours

lp • 14 titres • 45:44 min

  • A
  • 1The Great Dust Storm (Dust Storm Disaster)3:22
  • 2I Ain't Got No Home2:47
  • 3Talking Dust Bowl Blues2:42
  • 4Vigilante Man3:22
  • 5Dust Can't Kill Me2:57
  • 6Pretty Boy Floyd3:09
  • 7Dust Pneumonia Blues2:47
  • B
  • 8Blowin' Down the Road (I Ain't Going to Be Treated This Way)3:02
  • 9Tom Joad Part 13:27
  • 10Tom Joad Part 23:27
  • 11Dust Bowl Refugee3:06
  • 12Do Re Mi2:35
  • 13Dust Bowl Blues3:27
  • 14Dusty Old Dust (So Long It's Been Good to Know Yuh)3:07

enregistrement

26 avril et 3 mai 1940

line up

Woody Guthrie (guitare, harmonica)

remarques

Collection interminables d'éditions et de rééditions, toutes avec une pochette différente. La pochette présentée ici est celle de l'édition LP 1964 chez RCA Victor

chronique

Woody Guthrie, c'est au travers d'un homme, l'histoire des États-Unis du début XXème. Woody Guthrie, c'est une légende du tout folk américain. Né dans un bled paumé du fond de l'Oklahoma, un père propriétaire et membre du second Ku Klux Klan, une mère cinglée à l'origine supposée de plusieurs feux domestiques (qui ont entre autres coûté la vie à la soeur de Woody), le kid s'est bien vite retrouvé à devoir survivre avec ses frangins et frangines dans le cabanon familial lorsque le paternel s'est tiré au Texas pour tenter d'éponger ses dettes et que sa mère est morte. Petits boulots de cireur de chaussures et colportages, ça a au moins été l'occasion pour Woody d'apprendre à se servir d'un harmonica et d'une guitare, avant que son père le rappelle au Texas, lieu parfait pour faire le musicien ambulant plutôt que d'aller étudier au lycée. Lorsqu'il finit par rencontrer sa femme (à 19 ans), c'est l'époque des Dust Bowl au États-Unis, ces gigantesques tempêtes de poussières qui ont ravagé l'agriculture et ruiné des familles entières. Woody rejoint les milliers de paysans ruinés qui migrent vers la Californie, en laissant derrière lui sa femme et ses gamins à entretenir. Il y passe quelques années où il est introduit dans les cercles d'extrême gauche et se met à jouer des morceaux à la radio locale. Mais avec l'avènement de la Seconde Guerre Mondiale et le besoin d'un discours un peu plus politiquement correct, Woody se voit dans l'obligation de rentrer quelques temps au Texas, d'où il reprendra finalement la route pour New York. Et c'est à New York justement qu'il commence véritablement à faire sensation, avec son allure de déterré droit sorti d'un bouquin de Steinbeck et son folk impertinent. Woody trouve à New York l'occasion d'enregistrer son premier album, les Dust Bowl Ballads, plus reconnu à ce jour. Ce Dust Bowl Ballads, pour le coup, est a compter parmi les premiers concepts-albums de l'histoire. Une collection de chansons à la guitare et à l'harmonica porté par l'élocution bouffie et campagnarde du cowboy de l'Oklahoma. Les arpèges de Woody sont simples, ils laissent libre court à une collection d'anecdotes sur la Dust Bowl era croquées avec un humour noir, cynique et piquant. Woody Guthrie là-dessus ne tombe jamais dans la légèreté. Ses textes sont simples, mais emplis d'une effronterie mordante qui dérange autant qu'elle fait sourire. Il conte le fatalisme d'une amérique pauvre, mais avec le regard désabusé d'un gamin du pays, qui sait ô combien la joie se trouve dans les choses les plus simples. Woody Guthrie se défendait bien d'écrire des chansons tragiques sur des pauvres types condamnés à la misère. Il n'écrivait pas pour faire se sentir mal les gens. Il écrivait pour montrer au triste hère que ce monde était bien le sien, et pour rendre fierté et réconfort à tous les anciens gamins de l'infortune, désespéré de trouver dans ce pays la place qui est la leur.

note       Publiée le mardi 27 mai 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dust Bowl Ballads".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dust Bowl Ballads".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dust Bowl Ballads".

Rastignac › jeudi 5 septembre 2019 - 15:54  message privé !
avatar

"this land is my land, this land is your land, from California, to the New York Islaaand" ; si t'as la carte d'identité ricaine ? Enfin, je découvre qu'il a été chroniqué ici, ça m'en bouche un coin. Un des rares cocos US allongeant jusqu'ici la pointe de ses guitares dans la musique de masse... (il a bien dû être repris par une quantité de folkeux et rockeux ?).

Alfred le Pingouin › dimanche 15 juin 2014 - 23:51  message privé !

fffffffffff... (là je fais le vent qui amène la poussière dans les champs. Si vous voulez j'imite les vaches qui crèvent de faim.)

Note donnée au disque :