Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSwans › Cop

Swans › Cop

lp | 8 titres | 40:41 min

  • A
  • 1 Half Life [4:18]
  • 2 Job [4:45]
  • 3 Why Hide [5:50]
  • 4 Clay Man [5:05]
  • B
  • 5 Your Property [4:46]
  • 6 Cop [6:47]
  • 7 Butcher [4:00]
  • 8 Thug [5:10]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et mixé aux studio Vanguard, NYC, par Jonathan Thaier et Mark Berry ; et Platinum, Zürich, par Harry Lombardi et Voco. Produit par Gira et Mosimann.

line up

Harry Crosby (basse), Michael Gira (voix, bandes, textes), Roli Mosimann (batterie, percussion), Norman Westberg (guitare)

remarques

Les éditions CD K.422 et Young God Records de 1992 regroupent l’album Cop de 1984 et le E.P. de quatre titres – I Crawled/Raping A Slave/Young God/This Is Mine – sorti la même année, généralement désigné depuis sous le titre Young God. Young God Records et Some Bizarre – respectivement en 1999 et 2005 – ont également réédité ces deux disques en y ajoutant la compilation Greed/Holy Money.

chronique

On déteste le flic. C’est l’agent du Mal, sa basse déclinaison ; son pouvoir direct, sa main multiple, emprise et contrôle. Son arme la plus crainte et la plus méprisée : parce que comme nous elle prend forme humaine – et quotidienne, réglée à nos heures. Il est le corps banal de l’Ordre Mort. Son nom est Golem, et il est Légions. Tout le punk-hardcore de ces années envoie régulièrement – presque en rafale – ses crachats les plus rances et plus sanguinolents contre ce laquais vil, son impunité ; "got himself a good job, killing Niggers and Mexicans". Dicks, donc (Hate The Police, plus tard The Police (Force)) ; Dead Kennedys (Police Truck, entre autres) ; MDC (forcément : Millions of Dead Cops, Police Related Death) ; Black Flag, bien sûr (Police Stories)… Mais Gira n’attaque pas la vaste cohorte organisée, une corporation. Il se glisse dans la carcasse du tueur assermenté, de sa victime, tour à tour, de son complice caché dans la foule insoumise ou docile, fasciné par la Force et qui se fait auprès d’elle délateur, consentant, profiteur. Gira, aussi, pousse très au delà de l’ironie, des sarcasmes des autres. Comme toujours jusqu’alors, et toujours plus, ses imprécations, ses péroraisons de fièvres extrêmes sont des slogans, épousent la grammaire, la syntaxe sournoisement simplifiée, l’adhésion parfaite au mensonge proféré de la parole ennemie, la propagande de l’Empire où elles nichent. Absurde hideuse louange. "Rien ne vous tabasse comme un flic en prison". On croirait d’abord que rien n’a bougé depuis Filth. C’est une ruse. Swans, ici, changent de plan. S’approchent dangereusement de la chair, contagieuse et embrasée. Même prises à l’envers, dans toute leur charge négative, ces déclarations d’allégeances enflammées, fanatiques, absolues aux funestes séides, à l’horrible majesté de l’aliénation, ces versets à l’ignoble viennent cette fois-ci se planter, s’enraciner en organismes irrigués, distincts de la Machine en quoi ils font encore mine de se muer… En parlant de glaise : Cop, au delà de son titre (et du morceau homonyme), exalte tous ce qui veut se conformer au Modèle, singer sa puissance, en sucer les miettes sales en s’oubliant, en se reniant. Dont la croissance est une traitrise, une infection vivante. Kyste mobile dans l’organique, vitalité morbide. Le Flic, oui ; mais encore le boucher de toute viande, de tout sang ; et le culturiste creux, qui s’emplit de dévastations potentielles, assemble sur son être les moyens de massacres mineurs, gratifiants, se forge comme vengeance mesquine, fraction de la Domination ; le chasseur égoïste, même, dissident – celui d'hommes et de femmes, d'enfants à recruter – qui se rend à la logique de la prédation, s’en fait le franc-tireur, territoire enclavé aux dépressions des terres captives. Le son de Swans, ici, s’épaissit. Prend une qualité plastique – non plus robot de guerre simplement, disais-je, de métaux, de rouages froids ; mais un monstre animal, un cauchemar humain. La noirceur rampe et s’épand comme une huile épaisse, roulante, écoulement à la lenteur effroyable. Et les braillements de Gira commencent - au delà de la glaciale et calcinante colère – à prendre les accents d'une souffrance véritable, personnelle, d’une ferveur tourmentée de mantra supplicié. Tout ici n’a encore qu’une seule face, sans revers : celle de l’écrasante terreur, de la laideur sublime dans son fracas seulement, de la destruction vibrant chaque atome de l’air et de ce qu’il enveloppe. Mais Swans s’incarnent. L’infâme chape, en prenant noms, faciès, matricules, devient forme vulnérable, affreusement proche, apparentée à ce qu’elle balaye, immerge, démolit. Indéniable, horrifiante révélation (comme on nomme certains textes religieux) : l’Assassin est ton semblable ; et ceux qui le chantent, tout autant. Cop est encore un holocauste. Mais perpétré par des individus visibles, faillibles, pensants, en pleine lutte intérieure sous l’enveloppe d’acier, derrière la main qui tient la crosse. Une sorte de doute guette, de tentation extérieure qui cherche à s’insinuer. Mais le Flic nie, repousse le remord. Jouit de le juguler, d’enfoncer les ossements, de déchirer les viscères de sa proie – son métier la lui désigne et la Loi l’y exhorte. Il n’y aura pas de représailles. Et la lumière, ici – Pourquoi Se Cacher – est encore si crue, qu’on y voit que saccage. Swans, pourtant, cherchent à craqueler cette existence figée. Le flic est un mortel. Ces huit prières sont obscènes. Cette dimension contraire, bientôt, ne pourrait plus suffire.

note       Publiée le vendredi 9 mai 2014

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

partagez 'Cop' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cop"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cop".

ajoutez une note sur : "Cop"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cop".

ajoutez un commentaire sur : "Cop"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cop".

Demonaz Vikernes › vendredi 24 juin 2016 - 16:17  message privé !

Cop j'ai eu du mal lors de mes premières écoutes. Ce n'est qu'une fois le support physique acquis que je me suis replongé dans cette crasse. Je cerne un peu mieux la chose. Plus lent, plus sale, ça reste un album à part je trouve. Pas mon Swans favori, mais indéniablement une réussite.

Note donnée au disque :       
troubadourpaladin › mercredi 9 décembre 2015 - 06:59  message privé !

Bon soyons clair swans a cette époque ce n'est pas de la riggolade, l'atmosphere est suffoquante, c comme se tapper le film iréverssible deux fois d'affiler, cela est fort desagreable ont dois etre unpeu sado-maso et nihiliste pour aprecier cet opus, moi je catégorise cet album sludge indus pionner, mais certains ne serrait pas d'accord et vont les taxer de vulgaire noise-rock, pardon la noise-rock ce que je trouve simpliste moi pour moi le noise-rock c les velvet underground(que je respecte) ou sonic youth(que je déteste parce que c'est des club kids hipsters).

22goingon23 › mercredi 30 juillet 2014 - 17:11  message privé !

J'ai retrouvé cette froide et osseuse violence fille du dégoût à travers le projet éphémère car insoutenable de Lydia Lunch, Beirut Slump. La formation n'a sorti qu'un 7" Try Me/Staircase enregistré fin 78. On peut écouter ces titres sur la compile Shut Up And Bleed réunissant aussi des titres de Teenage Jesus And The Jerks. Le chant ou plutôt la voix organe mutant du chaos assurée par un inconnu, un certain Bobby Swope, me rappelle la sournoise posture vindicative et perverse de Gira.

Dioneo › mercredi 30 juillet 2014 - 15:48  message privé !
avatar

Oui, tous ceux d'après sont encore dans... Un délire différent (le mot n'est pas qu'une simple expression, avec eux...), mais à mon avis cohérent avec le "retournement" de Chrildren of God (qui est leur conversion, ça aussi j'en reste convaincu...). Filth est justement l'agression à l'état pur, dans tous ces premiers, vraiment le truc violent (et quand on voit la date de sortie, ça fout le tournis... Comme ça je vois vraiment rien d'équivalent à la même époque, je trouve vraiment ça unique - en tout cas à ma connaissance).

M'suis mis à The Angels Of Light récemment, de mon côté... Ça vaut le coup d'y jeter l'oreille, si la face plus "apaisée" de Swans te cause, tiens. (C'est en fait beaucoup moins fiévreux que Children of God, par ailleurs, faut être prévenu).

Alvus Dei › mercredi 30 juillet 2014 - 15:39  message privé !

Oui, j'ai vraiment été obligé d'insister en mettant un "presque"... Parce qu'il est franchement radical dans le fond, et après dans la forme! En un sens, ils ont mis le paquet sur celui là, avec plus de moyens, ça s'entend! De toute façon, si on ne se sent pas un minimum dérangé à son écoute, c'est qu'on a visiblement pas compris la démarche du groupe! Mais entre se sentir agressé et dérangé, il y a une petite nuance ;) Je n'ai pas encore essayé Filth, mais je crois qu'il va falloir que je le teste ; plus The Great Annihilator qui m'a l'air pas mal, et à la rigueur The Seer.