Vous êtes ici › Les groupes / artistesMModel 500 › Mind & Body

Model 500 › Mind & Body

  • 1999 • R&S RS99145 CD • 1 CD

cd • 10 titres • 60:52 min

  • 1Psychosomatic06:18
  • 2Everyday09:15
  • 3Incredible06:28
  • 4In and Out05:45
  • 5Rain06:01
  • 6Tipsy05:54
  • 7Just Maybe05:32
  • 8Mind and Body06:20
  • 9Be Brave05:05
  • 10It's Time04:16

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Metroplex Studios, Detroit, et & Los Angeles. Produit par Juan Atkins & Low Res (1, 8) & Robert Hood (2).

line up

Juan Atkins (production, choeurs, chant)

Musiciens additionnels : Robert Hood (production 2), Low Res (production 1, 8), Antoinette Cohill (chant 1, 2, 3, 9, choeurs), Tanisha Holly (chant, rap 2), Rob Odell (choeurs 2, 3, 7), Terry Gandy (choeurs 2)

remarques

chronique

Styles
techno
house
electro
jungle
black music
Styles personnels
techno housey en demi-teinte

Les années quatre-vingt dix. IDM, drum & bass, big beat, french touch, nu jazz. Et Detroit dans tout ça ? La deuxième génération a pris la relève, on parle de Carl Craig, Robert Hood, Jeff Mills ou Drexciya. Les Belleville Three ? Model 500 ? De quoi ? Pauvre Juan Atkins. C'est dur de passer de statut d'innovateur, quasiment d'inventeur d'un genre à part entière, à celui de nom presque oublié, notamment par tous les gamins (blancs, pour la plupart) qui récoltent alors un succès mondial. Et c'est dur de n'être plus à la pointe, de se voir reléguer dans la masse des suiveurs. La touche Atkins, elle est encore là dans quelques morceaux, comme ce "In and Out" aux vocaux péremptoires qui rappellerait un Cybotron minimaliste et customisé avec les nouvelles technologies, et le final "It's Time" dans le même ton techno-cosmique à vocaux d'androïdes vintage, aux saccades à la fois raides et dansantes. Ou dans l'étrange titre introductif, concassé de partout, comme un ordinateur devenu dingo qui se ferait péter les diodes, la carte son qui entonne soudain une mélodie de hardware bourré. Pour le reste, Atkins expérimente comme il peut pour renouveler son panel de son, parfois avec bonheur quand, accompagné de Robert Hood (tiens, encore un disciple qui passe en coup de vent, comme Carl Craig chez Infiniti) il se lance dans une longue marche downtempo, avec une étrange chorale presque gospel et ce passage rapé et irradié de filtres. De là à dire que c'est une version électro-trip-hop de Sun Ra, il y a de la marge, mais c'est en tout cas mille fois plus prenant et hypnotique que les quelques morceaux housey très génériques qui viennent plonger le milieu de l'album dans une torpeur parfois aussi confortable qu'un bon fauteuil de bar lounge ("Rain" accompagne une tequila sunrise à dix-sept euros de façon tout à fait acceptable), mais aussi et surtout sans grande inspiration. Et puis on sent là-dedans une certaine volonté d'aspirer à un succès commercial, ambition tout à fait respectable surtout pour un des grands pionniers, mais encore faut-il que les tracks soient à la hauteur. Il se trouve que dans cette veine seul ressort le single "Be Brave", ouvertement racoleur et au refrain un peu con-con, mais qui, en bonne compagnie (à talons aiguilles de préférence) et sous une lumière had-hoc (tamisée, merci bien), passe comme une gorgée de gin tonic à une heure du mat'. A côté de ça, il reste bien une tentative drum & bass lumineuse pas mal foutue, "Incredible", aux sonorités de base juste assez aliens pour garder le ton historique Model 500, tout en continuant à tartiner des vocaux soulful tout droit sortis du trip-hop le plus cosy et des beats pas franchement bouleversants. C'est dur de devoir piocher à droite à gauche quand il y a le nom de Atkins dans le livret, ça fait un peu peine. Ah ouais, le titre éponyme, "Mind & Body" qui donne lui aussi dans une techno plus expérimentale, surtout pas lounge (ou alors installé dans un vieux hangar pour vaisseaux fantômes, avec comptoir oxydé et fauteuils au cuir dépecé), bégayante, crispée, déréglée, laissant leurs places aux silences, un peu flippée sur les bords. De l'orfèvrerie qui donne à penser le ce bon vieux Atkins en avait encore sous la pédale, l'air de rien, et qu'il aurait du se faire confiance en artisan plutôt que de chercher à courir derrière un succès public qui ne lui reviendrait de toute façon plus.

note       Publiée le vendredi 11 avril 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mind & Body".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mind & Body".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mind & Body".