Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEarth › Hibernaculum

Earth › Hibernaculum

cd | 4 titres | 36:45 min

  • 1 Ouroboros is Broken [08:17]
  • 2 Coda Maestoso In F (Flat) Minor [06:52]
  • 3 Miami Morning Coming Down [05:15]
  • 4 A Plague of Angels [16:21]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Aleph Studios. Produit par Randall Dunn.

line up

Dylan Carlson (guitares), Adrienne Davies (batterie, percussions), Don Mcgreevy (basse, contrebasse), Steve Moore (hammond B3, trombone, piano, mellotron, leslie wurtlitzer)

Musiciens additionnels : Greg Anderson (Korg ms20 bass)

remarques

L'album contient un DVD avec le documentaire Within the Drone, de Seldon Hunt, filmé pendant une tournée de Earth. Pas inintéressant malgré une prise de son assez médiocre.

chronique

Styles
drone
ambient
folk
rock
Styles personnels
americana préhistorique

Après avoir été Roi Bourdon, Dylan Carlson s'est retrouvé une peau de vieil américain, au son d'une américana primitiviste et désolée. Du son de Earth au Paléozoïque, il a gardé les principes de lenteur et répétition pour les embarquer jusqu'à l'ère Secondaire. Et de reprendre quelques un de ses morceaux phares pour les remettre au goût du jour de cette Terre nouvelle mais déjà infiniment ancienne à notre petite, toute petite échelle. L'inaugural "Ouroboros is Broken" du premier EP qui affleure sous la croute terrestre, dont les drones sont à peine repris par de nouveaux instruments, de nouvelles textures, trombone et claviers d'un autre temps qui bourdonnent le temps d'un instant seulement après chaque phrase de cette guitare sobrement pastorale, un son de cloche pour des troupeaux de dinosaures amphibies. C'est la vie animale qui s'approprie lentement mais inexorablement la Terre. Carlson, le pasteur des âmes reptiliennes, Davies la mère nourricière de pulsations lourdes et menaçantes. Autre balise dans les ères géologique de Earth, "Coda Maestoso In F (Flat) Minor", sorte de classique de groupe (Carlson ironise sur le fait de jouer du classic rock à son sujet en concert) se retrouve écrasé par la nouvelle atmosphère, la psychédélisme stoner de l'original cédant le pas (de dino) à une version sous tranxène, beaucoup plus texturée et dont la montée en puissance finale prend moins l'air d'une libération orgasmique que d'un apex dramatique de colère animale pesante, nettement plus intimidant et grandiose. D'autres paysages plus apaisants s'ouvrent avec "Miami Morning Coming Down", en question/réponse piano/guitare répétée à l'envie comme une formule magique qu'il faudrait radoter assez de fois avant d'ouvrir l'espace et respirer une brise nouvelle, de ritournelle magnifique de simplicité, Adrienne Davies se contentant de faire souffler un léger bruissement de cymbale, laissant tout l'air disponible aux autres instruments sans imposer ses frappes irrémédiables de lenteur qu'on retrouve finalement dans l'épique "A Plague of Angels". A nouveau cette guitare pour rassembler un troupeau de bêtes gigantesque et primitives dans ces aires à perte de vue, cette rythmique d'aube du monde, ces silence dans lesquels chaque note prend bien le temps de résonner, sur un fond perpétuel de drone qui susurre doucement une inquiétude sourde. Adrienne mène la marche devant son berger d'époux, comme ahurie par sa propre incessante pesanteur, alors que s'envolent en volutes les accords défaits et lugubres de la petite troupe, fanfare pour les plantes gigantesques et les bêtes écaillées qui rampent à la surface.

note       Publiée le vendredi 4 avril 2014

partagez 'Hibernaculum' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hibernaculum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hibernaculum".

ajoutez une note sur : "Hibernaculum"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hibernaculum".

ajoutez un commentaire sur : "Hibernaculum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hibernaculum".