Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCasey › Hostile au Stylo

Casey › Hostile au Stylo

cd • 63 titres • 69:06 min

  • 1On ne peut pas plaire à tout le monde
  • 2DJ Karz Mixtape
  • 3Freestyle 88.2
  • 4DJ Cocko Mixtape
  • 5La procédure est amorcée Mixtape
  • 63'30 pour un freestyle (L432 Compilation)
  • 7Assassin En Freelance (QDH3 Mixtape)
  • 8DJ Poska #50 Mixtape
  • 9Lyricales Représailles (QDH2 Mixtape)
  • 10Fou et morbide (QDH3 Mixtape)
  • 11La Contrebande Mixtape
  • 12Des têtes vont tomber (Samouraï B.O)
  • 13J'élabore
  • 14Chacun son raccourci (À Délivrer D'Urgence Maxi)
  • 15Live Niort
  • 16Neochrome 3
  • 171000 efforts
  • 18Anfalsh Freestyle (QDH1 Mixtape)
  • 19Freestyle 88.2
  • 20La parole est mienne (L432 Compilation)
  • 21Infamie (QDH2 Mixtape)
  • 22Tout c'que tu trouveras (inédit)
  • 23À visage découvert — Inédit
  • 24Cire nos pompes (QDH3 Mixtape)
  • 25Freestyle 88.2
  • 26Intifada Mixtape
  • 27Jamais 2 Sans 3 (QDH3 Mixtape)
  • 28L'Exclu
  • 29L'Exclu (Live au Triptyque)
  • 30Avant que le silence nous dévore (Trafic D'Influence B.O)
  • 31Chez Anfalsh (inédit)
  • 32Only Bizness Mixtape
  • 33Comité d'accueil (QDH2 Mixtape)
  • 34Ouvre tes yeux
  • 35S'ils continuent (QDH2 Mixtape)
  • 36La Valse des Enragés (Less Du Neuf Album)
  • 37Blackarisk Mixtape
  • 38Mortelle Combinaison (QDH2 Mixtape)
  • 39Cités Dortoirs (QDH3 Mixtape)
  • 40C'est L'Histoire — Inédit
  • 41Le Flow — Inédit
  • 42Freestyle (Sang D'Encre Mixtape)
  • 43Freestyle 88.2
  • 44C'est quoi le # (Première Classe Vol.1 Compilation)
  • 45Underground Connexion (QDH1 Mixtape)
  • 46Les Bleus Marines — Inédit
  • 47Délit de faciès — Inédit
  • 48J'tutoie La Mort (QDH3 Mixtape)
  • 49????
  • 50Dualité (Faouzi Tarkani Album)
  • 51Pur produit de la Crise (La Bande Originale Compilation)
  • 52Décor bâclé (À Délivrer D'Urgence Maxi)
  • 53Faîtes du bruit (Les Sales Gosses Album)
  • 54En attendant qu'… (QDH3 Mixtape)
  • 55Champion en titre — Inédit
  • 56Gouffre Mixtape
  • 57Ultime Percée (QDH3 Mixtape)
  • 58Explishit Lyrics Mixtape
  • 59DJ Hamdi Mixtape
  • 6096.2 Mixtape
  • 61On n'a qu'ça (L'Avant Garde Maxi)
  • 62Horreur et Guerre — Inédit
  • 63Ma Haine — Inédit Album Tragédie D'Une Trajectoire

line up

Casey (MC), Laloo & Hery (production)

Musiciens additionnels : B.James, Prodige, Ekoué, Oxy (MC's)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
best-of ?

64 morceaux, plus d'1h de zik. Cette compil rétrospective a l'odeur du collage encore gluant de tous les feats inédits de mixtapes et collabs déterrés à grosses pelletées de la déchetterie... et c'est ce que c'est. Il faut faire le plein de bonne volonté pour écouter ce skeud à densité diamantaire, et en gros, une fois que c'est osé, c'est un peu comme l'enclume sur la tronche : les morceaux sont autant de TGV qu'y a pas le temps de s'accrocher à un qu'un autre a déjà pointé son pif derrière... Les mille et un beats de DJ-clodos pas même honteux de leurs synthés à trois notes s’égrènent au milieu des sirènes de police, des râles de câbles électriques, des cris et des meuglements, hachés sporadiquement par des scratches à effet grand foireux. En bref, un climat de melting-pot de rap céfran basse classe, qui hume fort le torché à la hâte dans diverses caves. Let me draw you un schéma du morceau-type : 50 secondes sont arrachées à une tape où Casey a posé entre 95 et 2006, parmi lesquelles 10 secondes sont couvertes de bruitages, coups de feu et caces-dédi, puis ladite balance son peura alambiqué sur ce qui reste. Et on recommence, ad infinitum. Autant prévenir tout de suite, cette compil est un objet d'initiés, assurément pas une porte d'entrée vers l'androgyne la plus couillue du rap, parce qu'il faut s'accrocher pour avaler la purée. Mais ! (et là, il faut à tout prix insister pour ne pas éloigner les téméraires, car franchement, ça vaut le coup) celui qui daignera y attarder son tympan sera hautement gratifié, parce qu'en fait, cette brioche est pleine de petites perlouzes. On y découvre les débuts de Casey sur freestyles radio et sur les mixtapes "Que d'la haine" d'Anfalsh première période (le crew "petit frère délinquant" de la Rumeur), débarrassés des couplets lourdingues de ses ex-corappeurs. On sourit d'entendre son timbre d'ado choupi encore loin du grincement rauque déprimant qu'elle arbore ces dernières années, et on la trouve globalement plus enjouée, plus fun, à l'image de futurs morceaux comme "A la gloire de mon glaire", à l'humour noir, grinçant, mais extatique, à pousser de provocants "ah ! oh !", toujours plus imaginative dans ses scénarios de représailles, et aussi, malgré la tonalité plus groovy et détendue de l'ensemble, faut dire qu'on se marre franchement du contraste avec Oxy qui vient poser son reggae défoncé sur "Ouvre tes yeux". Un disque de Casey qui file parfois le sourire, donc ; mais faut pas déconner, y a quand même la dose de broyage de noir à hauteur de réputation. Voici le point le plus important : au décours des morceaux, il est d'une jouissance extrême d'assister au renouvellement intarissable de la plume caséeuse. Ah oui... parce qu'on aura beau dire : "le disque est trop long, Casey a un flow de merde, les instrus sont en carton..." bon, non, mais voilà... écoutez les textes. Qui (a) fait mieux, en rap français ? Chaque titre est un monstre d'aisance littéraire, une démonstration de dextérité ; un peura sans aucune punchline, sans variations de flow, qui n'agrémente pas des tonnes, et qui pourtant, te fout un coup d'extinct' à chaque fois, comme dans la gueule du Ténia chez Gaspar Noé. Sur 64 titres, et même sur les disques qui suivront, Casey traite invariablement les mêmes thèmes : vie de cité, colonialisme, égotrip vengeance, critique du rap. Et à chaque fois, oserai-je dire sans faute, c'est une nouvelle combinaison sémantique, marquée par des triples ou quadruples allitérations / assonances (façon Ärsenik), sans être dépourvue de cette immunité anti-Laurent Gerra qu'est l'importance de la signification. Depuis la banlieue du 9-3 dans son paysage urbain de merde, la meuf en a gros sur la patate et en impose plus à la voix que les poseurs musclés des sacs Abercrombie. Casey est avant tout une meuf qui écrit avec les couilles, et pas n'importe quelles couilles : des couilles écrasantes, des qui ont beaucoup à bonnir sur la gueule des nantis, des vendus, des oligarques et des privilégiés de tous bords. Rien à foutre d'être ou pas dans les poncifs du rap, hautaine, haineuse, conquérante, avec sa dégaine de canaille surjouée qui dénote parce que trop intello-timide-à-binocles, Casey a déjà sur cette compil tout de sa personnalité ambiguë et contradictoire, toute la force de son urgence façon "live", et sa voix de femelle prématurément éraillée par la fume et la tise. Le charme de cette compil à débordements, c'est de présenter un max d'instru certes cheap mais qui claquent bien plus que celles des skeuds solo, où Casey vient larguer ses braises du haut du canadaire. Il faut le temps de s'accoutumer à son écriture perso, et à son attitude autisto-marginale d'enfant sauvage. Ce n'est pas tant un disque qui s'écoute d'une traite, qu'un disque qui se picore de temps à autre, quand on a envie de mettre des claques. Peut-être ce qu'il y a de mieux pour compenser le fait que Casey a finalement sorti peu de disques solos.

note       Publiée le mardi 25 mars 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hostile au Stylo".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hostile au Stylo".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hostile au Stylo".