Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJust-Ice › Back To The Old School

Just-Ice › Back To The Old School

lp | 35:31 min

x | 4 titres

  • 1 Cold Gettin' Dumb
  • 2 Love Story
  • 3 Back To The Old School
  • 4 Latoya

y | 4 titres

  • 1 Gangster Of Hip Hop
  • 2 Little Bad Johnny
  • 3 Put The Record Back On
  • 4 Turbo Charged

line up

Just-Ice (MC), Mantronix (production), Davy DMX (beatbox, DJ)

remarques

(artwork par Gemini & Gnome)

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
boom bap > futuristix shit

"Retour au Old School", titre d'un album de rap sorti en 86... Un rappeur pouvait déjà, en ces temps reculés, se réclamer de la vieille garde, comme quoi tout n'est qu'éternel recommencement depuis bien des années. Parce que sans vouloir jouer les historiens -pas de ça entre nous voyons- il faut le rappeler car la confusion est souvent faite de nos jours : le old school, à la base, c'est pas du tout Eric B. & Rakim, les Beastie, ou Public Enemy, hein... ni Run-DMC... tout ça, c'est (du moins c'était) le hip-hop NEW school, celui qu'est venu intellectualiser, sampler plus large et plus brutal, et rajouter une troisième dimension au genre, m'voyez... avant le premier Run-DMC c'était de la 2D, c'était Grandmaster Flash, Kurtis et consort, bref les descendants directs du funk et du disco qui avaient encore de la sape à paillettes sur eux et qui préféraient pécho qu'être "street", même si un Bambaataa était plus "cosmique-futuristique". Ce qui nous rammène à ce Back To The Old School, passées ces précisions d'ordre purement encyclopède, et à la question : un disque de hip-hop de 86 peut-il envoyer autre chose que du beat qui kicke et du flow carré qui expose sportivement et proprement ses skills ? Dès "Cold Gettin' Dumb", la réponse survient comme une insulte de robot afro : Grandmaster Bambataa stéroïdé à mort et pumping beat métallurgique stroboscopique ! MUTHAFUCKA, ce machin bourre à sec sans vaseline ! J'en deviens à angle droits...[Mes parenthèses en deviennent même carrées ! owww shit !] Et le reste suit pareil, en développé-couché d'aciérie. A force de se bouffer les beats indécemment FROIDS et surchargés par cette reverb dégueulasse de vieux caveau urbain, on se fige, même si le corps veut bouger en rythme. Parce que rythmiquement, cette saloperie froidement dure fonctionne à plein. Un mix QUI BOURRE, signés par de véritables cubistes audio de la scène hip-hop 80's : Mantronix [= groupe de prod culte issu de l'electro funk qui fera le pont avec le big beat - voire le breakbeat sans trop pousser]. A part le Bomb Squad pour Public Enemy, plus rock qu'industriel, je vois pas qui a fait plus flippant de verticalité à l'époque. Le son de Paid In Full est presque smooth a côté, pour vous situer. Le beatbox psychopathe est omniprésent comme des onomatopées en gras dans un comic's, les claps et les congas se greffent là-dessus comme des frelons avec un dard en diamant, octroyant des pauses rares mais bien viles, sans parler de la touche du vétéran par Davy DMX... car la rythmique stoppe parfois ouais, juste pour mieux re-violer plus profond le ghetto-blaster ou toute autre machine qui fera l'affaire pour dégueuler ça. Si vous écoutez ça au casque un peu trop fort, y a de quoi en devenir maboul jusqu'à dessiner cette pochette. Funk ultra-mécanique de rythmique carcérale, reverb dégueulasse tendance cancérigène, scratches vocaux plus choquants qu'un ponçage vandale de la peinture de ta caisse à l'heure du ptit dèj'... Tout est tellement carré que ça devient triangle. Et pis y a Just-Ice : élément humain avec son flow brutos-déchiré... MC maniaque et mâle fier [rien qu'à voir comment il refait le monde : chez lui y a pas la face A et la face B y a juste la face X et la face Y]. Selon la légende évidemment outrancière le tout premier véritable gangsta rappeur [surtout à cause du morceau "Gangster of Hip-hop" - mais ça tient plus à l'intitulé], mais Just-Ice le MC est en réalité un pur bombeur de skills à la LL Cool J - dans un style nettement plus "crade" cependant, s'autorisant braggadocio ultrarébarbatif, ragga éthylique, et délires lubriques douteux qui préfigurent le Kool G Rap odieux de Wanted dead Or Alive... le papa des Geto Boys, en quelque sorte, avec Schoolly D. Mais s'il n'y avait eu que son flow avec des productions classiques de l'époque, cet album n'aurait pas eu le même intérêt gutsien. Back to the Old School, c'est au hip-hop ce que le premier Robocop est au film de S-F contemporain : un truc qui tabasse sans gants, violent mais toujours froidement cool, et qui te laisse éclaté sur le bitume sans en faire tout un foin, juste-glacé. DUR.

note       Publiée le dimanche 2 mars 2014

partagez 'Back To The Old School' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Back To The Old School"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Back To The Old School".

ajoutez une note sur : "Back To The Old School"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Back To The Old School".

ajoutez un commentaire sur : "Back To The Old School"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Back To The Old School".

Raven › mercredi 5 mars 2014 - 01:17  message privé !
avatar

Check! tu pousses pas non, j'ai sérieusement hésité à coller l'étiquette indus, parce que a côté de ce Just-Ice, Dälek c'est girlie (my bloody valentine quoi...). Mais pour ce genre de fantaisies d'étiquettes je suis beaucoup trop rigide niveau rap 80's - ce qui est approprié avec le son.

Ntnmrn › mardi 4 mars 2014 - 22:15  message privé !
avatar

cimer de la découverte, en partiel ignorant de la scène ricaine rap ça me fait plutôt penser au Ice Cube d'AMW pour le côté fun-kybitch ; marrant si ce genre d'instrus sortaient en ces jours, ça paraitrait sûrement "expé", je me dis. la première fait limite rap indus en mode Einsturzende Neubauten période 1/2 M (allez faut pousser un peu mais... les percus ferriques, la voix filtrée légèrement distordue, les murmures malsains, le vieux sample électro, ça s'imagine un peu...)